Déclaration de M. Jacques Chirac, président de la République, à l'occasion de la réception en l'honneur des médaillés aux jeux olympiques et paralympiques d'hiver de Salt Lake City, à Paris, Palais de l'Elysée, le 7 avril 2003. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Jacques Chirac, président de la République, à l'occasion de la réception en l'honneur des médaillés aux jeux olympiques et paralympiques d'hiver de Salt Lake City, à Paris, Palais de l'Elysée, le 7 avril 2003.

Personnalité, fonction : CHIRAC Jacques.

FRANCE. Président de la République

Circonstances : Réception en l'honneur des médaillés aux jeux olympiques et paralympiques d'hiver de Salt Lake City (2002), à Paris, Palais de l'Elysée, le 7 avril 2003

ti : Monsieur le Ministre,
Mesdames et Messieurs les Champions,
Messieurs les membres du Comité International Olympique,
Monsieur le Président du Comité National Olympique et Sportif Français,
Messieurs les Présidents des Fédérations,
Mesdames, Messieurs,
Mes chers amis,


Soyez les bienvenus à l'Elysée, où je suis, vous l'imaginez, particulièrement heureux de vous recevoir.

Une tradition désormais bien établie veut que notre pays honore ses champions et le fasse dans la maison de la République, qui est le Palais de l'Elysée. C'est une tradition à laquelle je tiens et c'est avec une très grande joie que je vous reçois toutes et tous aujourd'hui pour célébrer, comme ils le méritent, les exploits que vous avez accomplis l'an dernier à Salt Lake City.

Jamais moisson olympique n'a été aussi belle. Plus belle qu'à Albertville en 1992. Plus belle qu'à Grenoble en 1968 : onze médailles, dont quatre d'or ! Et dix pour les sports de neige : quatre pour le ski alpin, quatre pour le snow board et le freestyle, deux pour le ski nordique. Des doublets historiques en snow board et en ski alpin et, pour la première fois, une Française, Carole Montillet, le porte-drapeau brillant de notre délégation, sacrée Championne olympique de descente. Une championne qui vient de remporter brillamment la Coupe du Monde de Super G. Je tiens à l'en féliciter chaleureusement et à lui adresser, aujourd'hui, un clin d'oeil affectueux à l'occasion de son anniversaire. Vous pouvez l'applaudir.

Aux onze médailles olympiques, des médailles magnifiques, obtenues avec un talent, une grâce, un enthousiasme et une énergie exceptionnels, il faut ajouter dix-neuf médailles paralympiques, remportées en ski alpin et en ski nordique : deux en or, onze en argent, six en bronze. Des médailles également extraordinaires, qui ont été conquises au cours d'épreuves plus disputées que jamais, par des athlètes et des équipes de mieux en mieux entraînés, de mieux en mieux équipés pour une compétition de plus en plus disputée. Dans ces VIIIes Jeux Paralympiques d'hiver, la France a tenu son rang. Vous, les athlètes paralympiques, vous avez montré ce que pouvaient être la combativité, la soif de gagner, la rage de vaincre. Vos victoires sont les victoires de la volonté, de la rigueur, de l'esprit d'équipe, que partagent tous les Champions, les Champions olympiques comme les Champions paralympiques.

Ce sont aussi pour vous, athlètes paralympiques, une formidable victoire sur vous-mêmes et la consécration d'une liberté reconquise. Le public français et mondial ne s'y est pas trompé : il vous a soutenus jusqu'aux podiums.

Mesdames, Messieurs les Champions, vous avez fait honneur à notre drapeau et à l'esprit de l'Olympisme. Peuvent en témoigner le Président du Comité National Olympique et Sportif Français, Henri Sérandour, que je suis heureux de saluer, tout comme les membres français du Comité International Olympique, Jean-Claude Killy et Guy Drut, et notre Ministre des Sports, Jean-François Lamour, trois grands Champions olympiques, qui ont tenu à être avec nous, bien sûr, pour vous rendre hommage. Je veux aussi saluer vos familles, vos proches et toutes celles et ceux qui vous ont accompagnés tout au long de cette préparation : vos entraîneurs, les cadres techniques, les responsables des fédérations. Parce qu'ils ont pris toute leur part dans ces superbes résultats, votre réussite est également la leur et ils sont aussi à l'honneur.

Ces victoires françaises sont un symbole fort qui parle à tout un peuple, un symbole qui entraîne tout un pays dans l'élan que vous lui avez donné. Lorsque, sur les podiums, retentit la Marseillaise, c'est la France tout entière qui, avec ses Champions, vibre d'une émotion intense.

Mais le sport, c'est plus que cela. C'est une image de l'excellence. Une image de l'exigence. Une image du courage. Une image du désir d'aller jusqu'au bout, de réussir. En un mot, c'est l'expression d'une passion.

Vivre cette passion n'est pas, sans aucun doute, toujours facile : il y faut du travail, des efforts, des sacrifices, des années et des années d'entraînement, de persévérance, de rigueur, de patience pour obtenir une performance, une médaille et, pour certains, la plus haute marche du podium. Tout en sachant que, par delà les résultats les plus brillants, rien n'est jamais acquis, rien n'est jamais figé, rien n'est jamais définitifà C'est la grande leçon d'humilité que nous donnent la pratique d'un sport et l'exemple des sportifs de très haut niveau.

Le sport, c'est aussi, et c'est même peut-être avant tout, l'apprentissage d'une fraternité, une certaine manière de vivre ensemble, solidaire, loyale, l'idée que l'on peut se mesurer avec fair-play, que l'on peut chercher à être le meilleur tout en respectant profondément l'autre. Le sport est, c'est vrai, une formidable expérience de vie.

Cette belle image du sport, vous toutes et tous, Champions olympiques et paralympiques, vous nous l'avez montrée au cours de ces semaines de compétition que tous les Français ont suivies avec passion. Ils ont partagé avec vous vos joies et aussi, parfois, bien sûr, vos déceptions. Et ils ont savouré avec vous le goût de la victoire : la France tout entière était à vos côtés, vous le savez malgré le décalage horaire, à Salt Lake City pour vous encourager et pour saluer votre fabuleuse moisson d'hiver.

Vos succès, vos exploits sont pour nous un magnifique exemple de courage et de générosité. C'est pourquoi j'ai souhaité vous réunir tous ensemble et vous exprimer à nouveau la gratitude et la fierté des Français au moment où je vais vous remettre en leur nom les insignes de l'Ordre National de la Légion d'Honneur et de l'Ordre National du Mérite dont la République récompense celles et ceux qui portent haut et bien ses couleurs.

Je sais que vous pensez désormais aux prochains Jeux de 2006, à Turin. Vous rêvez, j'imagine, de cette future aventure. Vous vivez déjà pleinement votre engagement. Je souhaite de tout coeur que les Alpes italiennes soient aussi favorables que l'ont été les Montagnes Rocheuses et je vous adresse à toutes et à tous du fond du coeur mes encouragements pour les compétitions à venir.

Je vous exprime, en mon nom et surtout au nom de toutes les Françaises, de tous les Français, mes félicitations les plus chaleureuses, les plus admiratives et les plus sincères. Merci pour ce magnifique spectacle, merci pour ces moments inoubliables que vous nous avez offerts, merci pour cette belle image que vous faites rayonner dans le monde, l'image d'une France enthousiaste, d'une France passionnée, d'une France généreuse !

Rechercher