Discours de M. Jacques Chirac, Président de la République, sur le développement de la ville de Nouméa, Nouméa le 23 juillet 2003. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Discours de M. Jacques Chirac, Président de la République, sur le développement de la ville de Nouméa, Nouméa le 23 juillet 2003.

Personnalité, fonction : CHIRAC Jacques.

FRANCE. Président de la République

Circonstances : Visite officielle de M. Jacques Chirac en Nouvelle-Calédonie du 23 au 25 juillet 2003

ti : Madame la Ministre,
Monsieur le Maire,
Cher Jacques LAFLEUR,
Mesdames et Messieurs les parlementaires et élus
Mesdames, Messieurs, Chers Amis,


Monsieur le Maire, au moment où je retrouve avec, croyez-le bien, beaucoup de joie cette superbe ville de Nouméa, votre accueil me touche infiniment.. Nous avons vécu ici des moments forts dans des périodes où le sens des événements était incertain.

Et je suis heureux de retrouver, au-delà de mon ami Jacques LAFLEUR, des hommes et des femmes aux visages connus dont j'ai apprécié, au fil des ans, l'engagement et la fidélité à une certaine idée de la France et à une certaine idée de la Nouvelle-Calédonie. Je voudrais saluer le souvenir de celles et de ceux que nous avons connus et qui nous ont quittés, mais qui ont oeuvré avec vous, Monsieur le Maire, pour le bien être de cette cité.

Je sais que Nouméa a été très durement touchée par le cyclone Érika. Et vous avez fait face, avec l'ensemble des habitants de cette ville, à cette épreuve avec courage et vous n'avez pas ménagé votre peine, Monsieur le Maire, Messieurs les parlementaires, en mobilisant toutes les énergies pour panser les plaies, pour réparer les dégâts le plus rapidement et le plus humainement possible avec chacun l'a reconnu une remarquable efficacité qui doit être soulignée. L'Etat s'est de son côté, vous l'avez dit, attaché à mettre en oeuvre les ressources de la solidarité nationale. Et je souhaite vous témoigner personnellement la sympathie, comme je l'ai fait immédiatement après l'épreuve et je tiens à la renouveler aujourd'hui, et le soutien de tous les Français.

Nouméa offre aujourd'hui une image, c'est vrai, particulièrement séduisante. Et c'est pour moi une véritable fierté en tant que Français de voir une ville qui représente si bien la France aux antipodes de l'hexagone.

Des efforts considérables ont été réalisés pour améliorer le cadre de vie des habitants. Depuis le plan directeur dont vous vous êtes dotés en 1997, l'urbanisme a été maîtrisé. La modernisation des équipements publics a beaucoup progressé. Un vaste chantier d'assainissement, dont vous êtes fier à juste titre, a permis de protéger efficacement le lagon dans les baies de Nouméa. La commune est devenue, je crois qu'on peut le dire, un exemple en matière de protection de l'environnement marin. Et je félicite en particulier celles et ceux qui s'occupent d'environnement et qui sont attentifs aux exigences de l'avenir dans ce domaine afin que nous laissions à nos enfants une cité, un paysage qui soit à l'égal de ce que nous avons trouvé.

Centre économique de la Nouvelle-Calédonie, votre ville attire des habitants toujours plus nombreux, qui viennent chercher ici un emploi, un logement, un cadre de vie. Et j'en entends souvent parlé par vos parlementaires et notamment par Jacques LAFLEUR.

Vous vous êtes donné les moyens de répondre aux difficultés qu'engendre, ici comme ailleurs, la croissance urbaine que vous connaissez. A travers le contrat d'agglomération que vous évoquiez Monsieur le Maire, vous avez uni vos efforts à ceux des communes voisines pour mettre en oeuvre les objectifs de la politique de la ville. Cette coopération intercommunale doit s'exercer pleinement. Elle s'inscrit dans le cadre des exigences de l'avenir. Il en va de la cohésion aussi de la société calédonienne. Et l'Etat partage vos objectifs et vous accompagne dans cette grande ambition.

Votre ville est également tournée vers la culture et vers la recherche.

Le Centre Culturel TJIBAOU, est devenu un lieu de renommé, un lieu de rencontres, un lieu connu dans le monde entier. Il contribue à l'émergence de références culturelles nouvelles, communes à la Nouvelle-Calédonie et au Pacifique Sud. Il offre aussi une large ouverture sur les arts océaniens et sur l'art contemporain. Il est un élément essentiel, l'affirmation de l'identité de la Nouvelle-Calédonie.

L'université française du Pacifique, que nous avons créée, Cher Jacques, en 1987, et les Instituts de recherche installés sur le territoire de la commune, offrent maintenant une véritable alternative aux universités anglophones de votre région. Ils permettent à la Nouvelle-Calédonie de former les cadres dont elle a besoin et je sais l'importance que vous attachez à ce problème. Ils participent aussi pleinement aux échanges scientifiques et universitaires entre les pays de l'ensemble de la région.

Année après année, on peut le dire, Nouméa s'affirme, et je dirai s'affirme brillamment, comme un lieu de dialogue pour les peuples du Pacifique, en même temps qu'une destination touristique recherchée et qui je n'en doute pas, le sera de plus en plus avec l'amélioration des équipements et l'impulsion donnée à la politique de développement du tourisme.

Alors, je suis heureux et fier, Monsieur le Maire et cher ami, de saluer ici l'ensemble des élus et de leur dire ma confiance dans l'avenir de votre grande et belle cité. Je vous remercie. Et c'est vraiment de tout coeur qu'après vous je dis vive Nouméa, vive la Nouvelle-Calédonie et vive la France.

Rechercher