Communiqué du ministère de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales, en date du 17 juin 2004, sur l'interpellation de Saïd Arif. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Communiqué du ministère de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales, en date du 17 juin 2004, sur l'interpellation de Saïd Arif.

ti : Dominique de Villepin, Ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Intérieure et des Libertés Locales confirme l'interpellation de Saïd ARIF, alias Slimane CHABANI, alias Abderrahmane le 17 juin 2004, à l'encontre duquel un mandat d'arrêt international avait été délivré par le juge Jean-Louis BRUGUIERE. Saïd ARIF a été extradé de Syrie.

Il était recherché depuis de longs mois par nos services spécialisés en liaison avec leurs homologues étrangers dans le cadre d'une information judiciaire relative aux filières tchétchènes suivie aux cabinets des juges Jean-Louis BRUGUIERE et Jean-François RICARD.

Le parcours de cet activiste islamiste acquis à la cause du jihad, né le 5 décembre 1965 à Oran (Algérie), très mobile, rompu à toutes les techniques terroristes apprises en Afghanistan ou en Tchétchénie, permet de le considérer comme un des djihadistes les plus aguerris auquel notre pays a eu à faire face ces dernières années.

Il est notamment apparu en relation avec un des plus proches lieutenants d'ABOU MOUSSAB AL ZARQAWI et des réseaux qu'il anime dans la zone du Caucase.

Lieutenant déserteur de l'armée algérienne, Saïd ARIF s'est rendu en Afghanistan où il a été formé dans des camps d'entraînements liés à la mouvance AL QAIDA.

De retour en Europe, il est apparu en étroite relation avec le groupe dit " de Francfort ", démantelé en décembre 2000, qui projetait de commettre un attentat contre la cathédrale ou le marché de Noël de Strasbourg.

ARIF parvenait cependant à échapper aux interpellations et à se rendre dans la zone du Caucase, en particulier en Géorgie où il ralliait des groupes de moudjahidins arabes entraînés par des militants tchétchènes inféodés à la mouvance AL QAIDA.

Il retrouvait notamment des vétérans afghans apparus dans la procédure dite des "filières tchétchènes" interpellés par la DST en décembre 2002 à Romainville et à La Courneuve alors qu'ils projetaient de commettre des attentats en France vraisemblablement avec des produits chimiques.

Saïd ARIF a été conduit devant le magistrat instructeur après notification par la DST du mandat d'arrêt international dont il fait l'objet.


(Source http://www.interieur.gouv.fr, le 21 juin 2004)

Rechercher