Déclaration de M. Christian Jacob, ministre délégué à la famille, sur la mise en place des groupes de travail de la Conférence de la famille 2004 dont le thème est l'adolescence, Paris le 12 novembre 2003. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Christian Jacob, ministre délégué à la famille, sur la mise en place des groupes de travail de la Conférence de la famille 2004 dont le thème est l'adolescence, Paris le 12 novembre 2003.

Personnalité, fonction : JACOB Christian.

FRANCE. Ministre délégué à la famille

Circonstances : Installation des groupes de travail préparatoires à la conférence de la famille 2004 à Paris le 12 novembre 2003

ti : La dernière conférence de la famille avait pour thème, comme vous le savez, l'accueil de l'enfant. J'avais souhaité pour préparer cette conférence et contrairement à la pratique antérieure, la mise en place de groupes de travail qui très en amont, en associant le maximum de personnes et de structures devaient alimenter les débats et formuler des propositions concrètes et partagées.

C'est ce qui s'est passé et cela a abouti à la création de la Prestation d'Accueil du Jeune Enfant d'une part, et la mise en place de dispositifs permettant d'augmenter l'offre de garde, d'autre part.

Cette année, j'ai souhaité, en accord avec les partenaires sociaux et familiaux, garder la même méthode; d'ou la mise en place aujourd'hui de ces groupes.

Les rencontres nationales de l'adolescence qui se sont tenues le 18 octobre dernier à la Sorbonne ont constitué en fait le premier acte de la préparation de la Conférence de la famille 2004. La diversité du public a permis des échanges francs et intéressants qui m'ont permis de définir le champ de réflexion des trois groupes que j'ai le plaisir d'installer aujourd'hui avec mes collègues du gouvernement.

Avant de vous les présenter je voudrais faire trois observations :

1ère observation : Par nature, le thème de l'adolescence fait appel à l'action interministérielle et je me réjouis, pour les en remercier, de la présence ce matin ici à mes cotés :
- Luc FERRY, Ministre de la Jeunesse, de l'Education nationale et de la recherche,
- Jean-François MATTEI, Ministre de la Santé, de la famille et des personnes handicapées,
- Jean-François LAMOUR, Ministre des sports, qui va nous rejoindre dans quelques minutes,
- Xavier DARCOS, Ministre délégué à l'Enseignement scolaire,

Elle illustre l'engagement du gouvernement sur ce sujet, autour du Premier Ministre, qui présidera la conférence annuelle au printemps.

Je salue aussi les directeurs des administrations centrales des différents départements ministériels ici présents.

2ème observation: L'adolescence est l'âge de toutes les espérances, de toutes les ambitions, l'âge où se manifestent les aspirations fondamentales de l'existence qui ne doivent pas être déçues.

Nous devons répondre à cette attente. A nous de tenir un discours équilibré et de vérité sans tomber ni dans la caricature ni dans l'angélisme ... En un mot soyons des adultes responsables, en valorisant l'énergie, la générosité, l'engagement, que nos adolescents ne demandent qu'à exprimer.

Enfin, 3ème observation, j'entends associer le maximum d'adolescents à ce travail de réflexion.

C'est pourquoi tout au long des travaux, dans le cadre d'un partenariat privilégié avec le lycée Rabelais de Meudon, nous aurons l'occasion de rencontrer des jeunes de 5ème, de 4ème et 1ère

De plus, des forums Internet s'adressant principalement aux adolescents seront ouverts aux adolescents pour leur permettre d'exprimer leurs préoccupations et d'apporter leurs idées. Ces forums seront proposés sur les sites du gouvernement (www.famille.gouv.fr) ainsi que sur ceux de radios et de publications destinées aux adolescents.

Enfin, plusieurs des jeunes qui sont intervenus, parfois avec vigueur, durant les rencontres de la Sorbonne nous accompagneront tout au long de ces quelques mois.

J'invite par ailleurs les présidents de groupes de travail à solliciter des avis du Conseil de la vie Lycéenne, du Conseil national de la jeunesse, et bien évidemment de la Défenseure des enfants.

S'agissant maintenant des groupes de travail nous avons retenu 3 thèmes :

Tout d'abord un groupe "adolescence: projet personnel et engagements collectifs"

L'adolescence est la période de l'apprentissage et la découverte progressive par le jeune de l'univers des adultes. Or, par exemple, la France est le pays d'Europe où l'entrée des jeunes dans le monde du travail et donc l'accès à l'autonomie est le plus tardif.

Une politique familiale constructive doit donc accompagner cet âge de la vie. Pour aider les adolescents à se prendre davantage en charge individuellement mais aussi dans la société, il nous faut réfléchir au cadre juridique et aux mesures incitatives favorisant :
- l'engagement des adolescents notamment dans des actions de solidarité de proximité;
- l'orientation professionnelle et la découverte des métiers.
- une meilleure connaissance du monde du travail, la construction d'un projet personnel et la réussite d'une première approche de l'emploi.

Puis, un groupe "santé, adolescence et familles"

Bien que la très grande majorité des adolescents soient en bonne santé, chacun sait que l'adolescence est une période de transformations physiologiques et psychologiques considérables.

En accord avec Jean-François Mattei, je pense que le groupe de travail devra se pencher sur les problématiques liées :

- aux troubles du comportement alimentaires et aux conséquences négatives de la sédentarité : prise de poids et obésité, boulimie, anorexie;
- aux conduites addictives: alcool, tabac, drogues;
- au suicide, deuxième cause de mortalité dans cette tranche d'âge;
- aux maladies chroniques des adolescents;
- aux diverses formes de prise de risques, enfin, en particulier en matière de violence routière.

Par ailleurs, bien que l'on parle davantage aujourd'hui de sexualité aux jeunes, et en particulier aux jeunes filles, le nombre encore important de grossesses précoces, de maladies sexuellement transmissibles et d'interruptions volontaires de grossesse démontre que la thématique des comportements affectifs et sexuels des adolescents devra être traitée par ce groupe.

J'attends donc des propositions d'actions permettant une implication directe des adolescents eux-mêmes et de leurs familles, dans le cadre par exemple de maisons de l'adolescence telles qu'elles existent au Havre, à Bordeaux, à Marseille et bientôt à Paris.

Enfin, un groupe "adolescence, familles et loisirs"

Il existe de nombreux dispositifs privés ou publics, nationaux ou locaux, destinés aux adolescents dans le domaine du sport, des loisirs, de la culture, des médias ou des transports.
Il y a à l'évidence un travail de communication à faire tant à l'égard des parents que des adolescents pour mieux faire connaître ces dispositifs, les valoriser et en renforcer l'efficacité.
Le groupe pourra réfléchir à la création d'outils innovants destinés à faciliter l'accès à l'ensemble des activités culturelles, sportives et de loisirs, en lien avec les collectivités locales, les mouvements d'éducation populaire, les fédérations sportives et les organismes sociaux.

Il conviendra d'intégrer dans cette réflexion la problématique de la mobilité, notamment pour l'accès aux activités culturelles et sportives en milieu rural. Au-delà de celle-ci, les adolescents doivent pouvoir effectuer plus facilement qu'aujourd'hui des déplacements à l'étranger, notamment chez nos partenaires européens.

La relation entre les adolescents et les médias sera aussi abordée dans ce groupe. D'une façon plus générale, j'attends de ce groupe qu'il puisse apporter sa contribution à la politique de l'éducation à l'image menée par les pouvoirs publics, et plus particulièrement au décodage des images pour les parents et les jeunes.

Enfin, ce groupe devra étudier les conditions permettant aux adolescents de se familiariser avec la presse écrite, en particulier la presse quotidienne régionale, dans le cadre de la politique du gouvernement en faveur de la presse.

J'attends les conclusions de ces travaux pour le 15 février prochain, afin d'être en mesure de les évaluer, de faire des choix et de proposer au Premier Ministre un ensemble de mesures répondant aux besoins des adolescents et de leurs familles.

J'ai demandé au professeur Marcel RUFO, qu'on ne présente plus, de bien vouloir animer cette concertation avec les adolescents et leurs familles. Je suis sûr qu'en raison de son expérience, de son sens du dialogue, mais aussi par son sens de l'humour et par sa profonde générosité, il saura veiller à la cohérence des propositions des groupes de travail et au maintien tout au long des travaux d'un dialogue réel avec les jeunes et leurs familles pour répondre le plus utilement à leurs attentes et à leurs préoccupations.

Je cède maintenant la parole à mes collègues, et à Jean-François Mattei pour commencer.



(source http://www.famille.gouv.fr, le 13 novembre 2003)

Rechercher