Déclaration de M. Xavier Darcos, ministre délégué à l'enseignement scolaire, sur la coopération européenne en matière d'enseignement supérieur, notamment la participation des étudiants français aux programmes communautaires et le programme Erasmus, Bordeaux le 22 décembre 2003. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Xavier Darcos, ministre délégué à l'enseignement scolaire, sur la coopération européenne en matière d'enseignement supérieur, notamment la participation des étudiants français aux programmes communautaires et le programme Erasmus, Bordeaux le 22 décembre 2003.

Personnalité, fonction : DARCOS Xavier.

FRANCE. Ministre délégué à l'enseignement scolaire

Circonstances : Inauguration des locaux de l'Agence Socrates-Leonardo à Bordeaux le 22 décembre 2003

ti : Je suis très heureux d' être avec vous aujourd'hui et je ne peux que me réjouir à mon tour de ce " nouveau départ " de l'Agence nationale Socrates-Léonardo da Vinci. Après plusieurs années passées Place de la Bourse, où la Chambre de commerce et d'industrie de Bordeaux l'avait très aimablement accueillie, la voici installée Quai des Chartrons, dans ces nouveaux locaux qui lui permettent de regrouper, depuis le mois de juin 2003, l'ensemble de ses services et de ses collaborateurs. Je crois, Mesdames et Messieurs que vous gagnerez ainsi en efficacité, mais aussi en convivialité.

Je voudrais à cette occasion vous rendre hommage. Vous constituez une équipe remarquable, tant par ses qualifications professionnelles et ses compétences, que par sa motivation et son ardeur à développer et à promouvoir l'Europe de l'éducation et de la formation.

L'Agence n'a pas seulement changé de site ; elle a également accueilli, depuis le 1er septembre, une nouvelle directrice, Madame Sonia Dubourg Lavroff, que je suis heureux de féliciter et à laquelle j'exprime tous mes v¿ux de succès. Je suis certain, chère Madame, que vos premières décisions portant sur la réorganisation de l'agence afin de la rendre plus efficace et plus accessible aux publics ont été bien accueillies.

Je tiens également à rendre hommage à la Région Aquitaine et à la Ville de Bordeaux, qui a toujours réservé un accueil particulièrement chaleureux à cet instrument essentiel de la mobilité européenne. Elles vous ont, en effet, aidé à identifier vos locaux, vous ont apporté leur soutien financier et offert toutes leurs potentialités.

Ce partenariat va être prochainement traduit dans une convention de localisation qui associe le préfet de la région Aquitaine, préfet de la Gironde, le recteur de l'Académie de Bordeaux, les collectivités territoriales représentées par le président du Conseil Régional d'Aquitaine, le président de la Communauté Urbaine de Bordeaux et le Maire de Bordeaux. Ainsi Bordeaux et l'Aquitaine deviennent-ils le c¿ur européen de la France de l'éducation. A tous les responsables ici présents, à tous ceux qui ont permis à l'Agence de rassembler l'ensemble de ses services sur ce nouveau site, j'adresse mes plus vifs remerciements.

Les objectifs de l'Agence nationale sont d'améliorer encore la participation des jeunes français aux programmes communautaires.

Nos résultats nationaux sont plus qu'honorables. En particulier, on ne sait pas suffisamment que notre pays occupe la première place pour la mobilité des étudiants partants dans le cadre du programme Erasmus (environ 18 200 étudiants par an). Nous sommes également parmi les premiers pays pour le nombre d'étudiants accueillis (environ 17 800 par an). Ces quelques faits devraient mettre un terme à cette idée préconçue selon laquelle les jeunes Français seraient frileusement repliés sur l'Hexagone.

Votre action, Mesdames et Messieurs, contribue donc à renforcer l'attractivité de notre territoire et répond ainsi à ce qui est pour le Gouvernement une priorité essentielle.

Pour sa part, la région Aquitaine est particulièrement présente dans les actions Comenius du programme Socrates et, à ce titre, pas moins de 55 projets de partenariats scolaires ont été sélectionnés cette année. Nous sommes donc à un bon niveau par rapport aux autres Etats membres. Mais nous pouvons et nous devons mieux faire. Nous savons tous que c'est dans les établissements scolaires et universitaires que se construit l'Europe solidaire de demain.

Je ne doute pas que vous aurez à c¿ur de mieux faire connaître et comprendre encore les programmes aux établissements et de les aider à présenter des dossiers de candidature de qualité.

Le Haut Conseil pour la mobilité internationale, que Dominique de Villepin et Luc Ferry ont installé l'an dernier, proposera sans doute également des améliorations dans ce sens.

En effet, les programmes communautaires sont des outils privilégiés pour que notre jeunesse prenne conscience de sa citoyenneté européenne et de l'enrichissement apporté par la mobilité en termes aussi bien d'insertion professionnelle que de développement de la personnalité.

Pour assurer cette promotion des programmes communautaires, l'Agence nationale peut compter sur l'aide et les conseils du Ministère et notamment de la Direction des relations internationales et de la coopération, dont le directeur, Daniel Vitry, est d'ailleurs avec nous. Elle peut naturellement trouver un appui tout aussi solide auprès des rectorats et plus particulièrement auprès des Délégués académiques aux relations internationales et à la coopération. Je voudrais vous dire enfin que nous sommes à un moment charnière pour l'avenir des programmes communautaires.

La Commission européenne, les Etats membres réfléchissent, en effet, aux nouveaux programmes qui seront lancés en 2006. Ceux-ci devront répondre aux trois objectifs stratégiques définis au sommet de Lisbonne en 2000 : améliorer la qualité des systèmes d'éducation et de formation, faciliter l'accès de tous à ces systèmes et ouvrir ces derniers au monde extérieur.

La France est favorable à une meilleure intégration, à une meilleure complémentarité des mesures des programmes. C'est pourquoi nous appelons de nos v¿ux un programme intégré, présentant une vision globale des projets de mobilité et des projets de coopération et permettant de couvrir tous les niveaux de l'éducation et de la formation tout au long de la vie. Notre pays est le seul à avoir opté pour le regroupement des deux programmes au sein d'une même structure, l'Agence Socrates- Leonardo da Vinci. Ceci constitue pour nous un atout, puisque cette unité fait naître une plus grande cohérence dans la gestion des programmes et leur confère ainsi plus de lisibilité.

Le Ministère compte sur l'Agence Nationale et son expertise pour affiner ces propositions. A cet égard, je me réjouis que la France dispose désormais ici, à Bordeaux, d'un outil unique parfaitement adapté à l'évolution des programmes. Je suis certain que les excellentes conditions de travail dont elle bénéficie aujourd'hui aideront l'Agence nationale Socrates - Leonardo da Vinci à accomplir encore plus efficacement ses missions. Je lui renouvelle mes v¿ux de plein succès

(Source http://www.education.gouv.fr, le 23 décembre 2003)

Rechercher