Déclaration de M. Hamlaoui Mékachera, secrétaire d'Etat aux anciens combattants, sur l'action gouvernementale en faveur des anciens combattants et de la mémoire et l'activité de commémoration pour 2004, Paris le 13 janvier 2004. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Hamlaoui Mékachera, secrétaire d'Etat aux anciens combattants, sur l'action gouvernementale en faveur des anciens combattants et de la mémoire et l'activité de commémoration pour 2004, Paris le 13 janvier 2004.

Personnalité, fonction : MEKACHERA Hamlaoui.

FRANCE. SE aux anciens combattants

Circonstances : Cérémonie des voeux au Monde combattant, à Paris le 13 janvier 2004

ti : Madame le Ministre,
Mesdames et Messieurs,


Bonne année 2004 !

En ce début d'année, je suis heureux de vous adresser, de vive voix, tous mes voeux. Vous savez qu'ils sont profondément sincères. Je les formule pour chacune et chacun d'entre vous, pour ceux qui vous sont chers, et pour les institutions ou les mouvements que vous représentez.

J'adresse des voeux plus particuliers aux pensionnaires de l'Institution nationale des Invalides, pour lesquels nous avons respect et affection.

Madame le Ministre, avant de poursuivre mon bref propos, je sais pouvoir me faire l'interprète du monde combattant unanime pour vous dire que votre présence ce soir, non seulement nous honore, mais nous réjouit.

Je suis surtout heureux de pouvoir attester publiquement du soutien constant et précieux que vous apportez au monde combattant. Votre présence à Bastia, le 4 octobre dernier, pour les cérémonies du 60ème anniversaire de la libération de la Corse et votre déplacement à Oyonnax pour commémorer le célèbre défilé du 11 novembre 1943, illustrent l'attention que vous portez aux grands rendez-vous de mémoire et, plus généralement, aux Anciens combattants.

Madame le Ministre, Mesdames et Messieurs, permettez-moi de vous le dire comme je le pense : le monde combattant est à l'honneur !

Que ce soit sur le plan de la mémoire ou du droit à réparation, les événements et les décisions importantes se sont succédés en 2003. Tout indique qu'il en sera de même en 2004.

Commençons par la mémoire puisque c'est, chaque jour davantage, notre préoccupation. Je ne citerai pas les innombrables commémorations ou cérémonies patriotiques dans lesquelles nous nous sommes impliqués à un titre ou un autre.

Je signalerai simplement la commémoration de la première réunion du Conseil National de la Résistance, que le Président de la République a tenu à présider lui-même. Il a également accueilli les Médaillés de la Résistance à l'occasion du soixantième anniversaire de la création de cette haute distinction par le Général de GAULLE. Enfin, le Président a voulu manifester l'importance qu'il accorde au symbole de la Flamme sous l'Arc-de-Triomphe en donnant un éclat particulier au 80ème anniversaire de son installation par André MAGINOT.

Je saisis l'occasion qui m'est donnée pour saluer le Président du Comité de la Flamme, notre ami le Général COMBETTE, ainsi que toute son équipe. Ils méritent notre gratitude.

Les premiers " relais de la mémoire ", l'inauguration du Monument aux fusillés du Mont-Valérien et du Centre " Juno Beach " par le Premier ministre.

Le lancement du chantier du Centre européen du Résistant déporté au Struthof, et celui de la rénovation du pavillon français d'Auschwitz. Les hommages rendus au Vietnam, en Corée et en Tunisie à nos vétérans.toutes ses actions témoignent de notre volonté d'honorer celles et ceux qui ont tant donné pour notre pays. Elles traduisent aussi notre détermination à moderniser les modes de transmission de la mémoire, notamment vers les jeunes générations.

Et, à chaque fois, le succès populaire est au rendez-vous. Partout, nos compatriotes, y compris les plus jeunes, sont présents en nombre. Partout, le monde combattant se mobilise. Nous pouvons témoigner de l'exceptionnelle ferveur populaire qui a entouré les commémorations en Corse. Je sais, Madame le Ministre, qu'il en a été de même à Oyonnax.

Le 5 décembre dernier, à Paris comme dans l'ensemble de notre territoire, la nouvelle Journée nationale d'hommage aux " morts pour la France " pendant la Guerre d'Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie, a rassemblé le monde combattant.

Permettez-moi de vous faire part aussi de l'accueil exceptionnel réservé à notre site Internet consacré aux " morts pour la France " de la guerre de 14-18. Lancé le 11 novembre, ce site, qui sera progressivement enrichi, a déjà été consulté par plus de 750 000 internautes, de plus de 170 pays. Nous enregistrons environ 5 000 connexions par jour. Ce succès remarquable, et inattendu par son ampleur, démontre, me semble-t-il, l'intérêt de nos concitoyens pour la mémoire combattante et le potentiel de mobilisation dont nous disposons.

Mesdames et Messieurs, je souhaite évoquer maintenant rapidement les questions, également importantes, de la réparation et de la reconnaissance, car nous avons aussi pris des mesures fortes. Celles-ci sont le fruit de la concertation que nous avons mis en place et dont l'un des temps forts a été, en mars, le déjeuner au cours duquel le Premier ministre, Jean-Pierre RAFFARIN, a reçu les présidents des principales associations du monde combattant.

En 2003, ont été prises toutes les dispositions nécessaires pour la mise en .uvre effective de la décristallisation. C'est désormais chose faite.
Toujours en 2003, le Premier ministre a annoncé sa décision d'accorder aux orphelins des déportés, fusillés et massacrés, non concernés par le décret du 13 juillet 2000, une indemnisation d'un montant identique. Le décret sera publié dès la fin des travaux préparatoires, qui sont déjà très engagés.

Madame le Ministre, Mesdames et Messieurs, j'en arrive ainsi tout naturellement à cette année 2004 qui verra l'entrée en vigueur concrète des grandes mesures décidées dans le cadre du budget. Je rappelle qu'en 2004, la Nation consacrera 3,39 milliards d'euros aux Anciens combattants. Notre budget demeure le douzième budget de l'Etat.

Ainsi, les pensions des veuves de guerre, des veuves d'invalides et de grands invalides vont augmenter de 15 points. Ainsi, les conditions d'attribution de la carte du combattant AFN seront harmonisées à 4 mois de présence pour tous. C'est la fin d'une situation inéquitable. Ainsi, l'ONAC verra ses crédits sociaux consolidés, alors même que sa modernisation se poursuit dans d'excellentes conditions.

Oui, vraiment, en toute objectivité, il me semble que ces mesures, ajoutées à celles déjà prises, permettent d'affirmer que ces dix-huit derniers mois n'auront pas été perdus et je vous assure de notre détermination à poursuivre résolument l'effort engagé. Nous le ferons en développant le dialogue et le partenariat qui me semblent essentiels pour répondre effectivement aux attentes de nos frères d'armes.
Nous poursuivrons également la modernisation de nos structures, afin de les rendre toujours plus efficientes. Je pense notamment aux relais locaux de la politique de mémoire qui seront simplifiés et donc l'organisation deviendra plus lisible.

Toutefois, Madame le Ministre, Mesdames et Messieurs, je ne surprendrai personne en disant que cette année 2004 sera évidemment dominée par l'actualité mémorielle.

Le 90ème anniversaire du début de la Première Guerre mondiale et de la victoire essentielle de la Marne. Le 60ème anniversaire des Débarquements et de la Libération. Le cinquantième anniversaire de la bataille de Dien Bien Phu et de la fin de la Guerre d'Indochine.
.Voilà autant d'occasions exceptionnelles de rendre un juste hommage aux acteurs de ces grandes pages d'histoires.
.Voilà autant d'occasions exceptionnelles de transmettre aux jeunes générations les valeurs que nos combattants ont si vaillamment illustrées.

Je ne peux détailler maintenant ces commémorations tant elles seront nombreuses. Les points d'orgues en seront naturellement le 6 juin en Normandie, le 15 août en Provence et le 25 août à Paris. Mais, nous n'oublierons pas la campagne d'Italie. J'envisage de m'y rendre pour rendre hommage à ces combattants. Les Glières, Tulle, Oradour, le Vercors. Ces noms qui résonnent glorieusement ou tragiquement dans la mémoire nationale ne seront pas non plus oubliés.

Toutes ces occasions nous replongeront au coeur de l'histoire de notre pays.

Un pays qui retrouve, grâce à l'action du Président Jacques CHIRAC, toute sa place dans le monde.

Un pays qui veut et qui peut, à nouveau, porter haut et loin son message de paix et d'humanisme.

Un pays qui retrouve les moyens de ses ambitions.

Madame le Ministre, chacun sait ici votre rôle personnel dans ce redressement auquel nous sommes particulièrement sensibles et dont nous sommes fiers.

C'est avec intérêt, attention et confiance que le monde combattant va maintenant écouter vos propos.

Je renouvelle à chacune et chacun d'entre vous tous mes voeux et je vous remercie.

(Source http://www.défense.gouv.fr, le 22 janvier 2004)

Rechercher