Déclaration de M. Christian Poncelet, président du Sénat, sur le chemin parcouru par l'Institut national des télécommunications depuis sa création en 1979 et sur la volonté du Sénat de promouvoir les valeurs entrepreneuriales, Paris le 28 février 2004. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Christian Poncelet, président du Sénat, sur le chemin parcouru par l'Institut national des télécommunications depuis sa création en 1979 et sur la volonté du Sénat de promouvoir les valeurs entrepreneuriales, Paris le 28 février 2004.

Personnalité, fonction : PONCELET Christian.

FRANCE. Sénat, président;FRANCE. UMP

Circonstances : Cinquième édition du challenge "Projets d'entreprendre" organisé par l'Institut national des télécommunications au Sénat le 28 avril 2004

ti : Monsieur le Directeur (Michel Lartail de l'institut national des télécommunications),
Mes chers collègues,
Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,
Et plus simplement chers amis,


Je suis heureux de vous souhaiter, à toutes et à tous, la plus cordiale bienvenue ici, dans les salons de Boffrand, pour cette cinquième édition du challenge " Projets d'Entreprendre " organisé par votre école

Cette remise de prix, qui se tient pour la troisième année consécutive au Sénat, est le fruit de la volonté d'une Grande École, l'Institut national des télécommunications, de récompenser des étudiants ingénieurs et managers qui élaborent un projet de création d'entreprise, autour du thème cette année de " l'innovation dans la société de l'information ".

Je souhaite saluer tout particulièrement l'excellence de l'Institut national des télécommunications qui a su développer, à la fois un pôle de compétences technologiques reconnues dans le monde grâce à la qualité de ces élèves ingénieurs, mais aussi sa capacité à former des décideurs : plus que jamais cette double compétence est essentielle et naturelle car elle est au c¿ur des préoccupations des entreprises.

Cette cinquième édition prend cette année un relief particulier, pour au moins trois raisons.

Première raison : votre école fête cette année ses noces d'argent puisque c'est en 1979 qu'elle s'est implantée à Évry. Depuis, le chemin parcouru a été exemplaire puisque vous n'avez cessé de croître en vous enrichissant d'un pôle management, d'un centre de création d'entreprises, d'un établissement de formation continue et d'un centre de recherche.

L'INT représente aujourd'hui 1.200 étudiants, 160 enseignants-chercheurs, 20 groupes de recherche, plus de 10 plates-formes de recherche, 66 thésards et plus de 100 séminaires de formation continue. Votre école est véritablement devenue un cadre propice à la recherche dans le domaine de l'information et de la communication.

Deuxième raison : ce concours pédagogique intègre, pour la première fois, des étudiants de deuxième année de l'Institut national des télécommunications. Ainsi, une place plus importante est faite au développement des compétences professionnelles et à l'enrichissement personnel des étudiants ingénieurs et managers. Vous avez souhaité promouvoir l'innovation en mettant en valeur les meilleurs porteurs de projet. C'était un pari osé. Vous l'avez gagné. Je vous en félicite.

Troisième et dernière raison : l'activité législative dans le secteur des télécommunications a rarement été aussi riche : changement du statut de France Telecom, " Paquet communautaire ", modifications du champ de compétences de l'autorité de régulation des télécommunications...et j'en oublie.

Comment dès lors ne pas prendre conscience de l'importance des télécommunications dans notre vie quotidienne ? Comment ne pas comprendre que les futurs chefs d'entreprise qui sont présents ce soir contribuent de manière exceptionnelle au développement de notre pays. Ils sont porteurs de rêves et d'espérances. Ils sont porteurs de progrès et de mieux être. Ce sont les vrais créateurs de richesses et d'emplois dont notre pays a tant besoin.

Ce sont eux les vrais aventuriers de ce siècle qui commence, " les vrais héros des temps modernes ".

Bravo donc aux lauréats, et à tous ceux qui ont concouru. Bravo aussi aux entreprises partenaires qui savent investir sur les porteurs de projets d'aujourd'hui qui seront, sans aucun doute, les " success story " de demain. Vous êtes les bienvenus au Sénat de la République, dans cette Maison reconnue par tous, aujourd'hui, comme la " Maison des entrepreneurs ".

Cette détermination dans notre volonté de promouvoir les valeurs entrepreuneuriales ne date pas d'aujourd'hui.

Ce n'est pas un effet d'annonce et encore moins un effet de mode. Le Sénat n'a jamais été et n'est pas " l'ami des beaux jours ".

En effet, dès l'automne 1998, j'ai voulu, avec la confiance et l'engagement de mes collègues sénateurs, que notre pays mesure toute l'importance des entrepreneurs dans notre société.

Nous avons en effet la ferme conviction que les entreprises et les entrepreneurs jouent un rôle déterminant dans le bien être des Nations. Pour cela, il est nécessaire que les entrepreneurs soient davantage reconnus et que le dialogue avec les politiques soit approfondi. Le Sénat le sait, il le fait.

En effet, fidèle à sa vocation de Chambre de réflexion, j'ai souhaité jeter le plus de passerelles possibles entre ces deux mondes, par exemple en ouvrant la possibilité à plus de la moitié de mes collègues sénateurs de prendre le chemin de l'entreprise, et notamment dans le secteur des télécommunications.

D'ailleurs, toutes les opérations à caractère économique que j'ai initiées à la Présidence du Sénat prennent en compte ce secteur à haute valeur technologique, qu'il s'agisse du club.senat.fr, laboratoire de réflexion sur l'économie numérique, Tremplin Entreprises, premier événement du capital risque en France et Tremplin recherche, " nouveau venu " qui vise à rassembler les chercheurs, les universitaires, les scientifiques, les investisseurs, les entreprises, les politiques et les administrations sur le thème de la recherche et de sa valorisation.

Mais pourquoi une telle volonté ? Parce qu'il est de la plus haute importance que les hommes et les femmes politiques et les hommes et les femmes d'entreprise se parlent, s'écoutent et se comprennent. Qui mieux que le secteur des télécommunications peut favoriser une telle compréhension ?

Dans l'intérêt de notre pays, il est indispensable que les entrepreneurs aident les hommes politiques à se poser les bonnes questions.

Nous devons donc nous battre, côte à côte. Pouvoirs publics et acteurs privés. Chacun à sa place. Mais tous ensemble. La France n'est jamais aussi forte que lorsqu'elle joue en équipe.

A toutes et à tous je vous donne donc rendez-vous l'année prochaine et vous adresse mes meilleurs voeux de réussite personnelle et professionnelle.

(source http://www.senat.fr, le 6 mai 2004)

Rechercher