Déclaration de M. Dominique Galouzeau de Villepin, ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales, sur la baisse de la délinquance, la lutte contre les violences envers les personnes, les violences urbaines, les trafics de drogue et le terrorisme, à l'Assemblée nationale le 12 mai 2004. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Dominique Galouzeau de Villepin, ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales, sur la baisse de la délinquance, la lutte contre les violences envers les personnes, les violences urbaines, les trafics de drogue et le terrorisme, à l'Assemblée nationale le 12 mai 2004.

Personnalité, fonction : GALOUZEAU DE VILLEPIN Dominique.

FRANCE. Ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales

ti : 1. Je veux vous confirmer ma détermination à poursuivre l'effort engagé.
- Comme en témoignent les résultats du mois d'avril, la délinquance générale a encore baissé de 4,63% par rapport au mois d'avril 2003, et de près de 10% pour celle de voie publique.

- Je salue la motivation des forces de sécurité :
· Les infractions révélées à leur initiative sont en augmentation de 12,49% par rapport au mois d'avril 2003.
· Et le nombre de faits élucidés est en forte progression

2. L'effort doit être poursuivi mais aussi amplifié pour s'inscrire dans la durée. J'ai quatre priorités.
- D'abord les atteintes aux personnes
· Depuis vingt ans elles ne cessent de progresser
· Je veux engager une action ciblée contre ce type de violence. Contre les violences intrafamiliales, j'entends mener un travail de prévention, notamment en ce qui concerne l'alerte, avec le ministère de la Cohésion sociale, avec l'Education nationale, avec la Justice.

- Ensuite la lutte contre les violences urbaines.
· Avec davantage de présence policière la nuit et dans les quartiers difficiles
· Avec un effort sur les interpellations en flagrant délit pour faciliter le travail de la justice.
· J'ai donné des instructions aux préfets dans ce sens

- Troisième priorité : la lutte contre la drogue et le crime organisé, notamment en sollicitant davantage les GIR,
o dans les quartiers sensibles
o sur tout le territoire face à la délinquance itinérante ;
o en accroissant la lutte contre les réseaux de financement et le blanchiment d'argent.

- Enfin, alors même que les tensions au Moyen Orient et dans le monde s'accroissent et que le calendrier est extrêmement lourd, la lutte contre le terrorisme appelle une vigilance de tous les services et de tous les instants.

(Source http://www.interieur.gouv.fr, le 13 mai 2004)

Rechercher