Déclaration de M. François Fillon, ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche, sur le lancement et la diffusion dans les établissements scolaires du Guide républicain, Paris le 10 juin 2004. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. François Fillon, ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche, sur le lancement et la diffusion dans les établissements scolaires du Guide républicain, Paris le 10 juin 2004.

Personnalité, fonction : FILLON François.

FRANCE. Ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

Circonstances : Présentation à la presse du Guide Républicain à Paris le 10 juin 2004

ti :
Je suis heureux de vous accueillir pour le lancement du Guide Républicain dont la problématique " L'idée républicaine aujourd'hui ", ne manquerait pas d'inspirer ceux qui passent en ce moment même l'épreuve de philosophie du baccalauréat... La raison philosophique n'est jamais éloignée de l'idéal républicain : voilà pourquoi la date d'aujourd'hui a été retenue pour cette manifestation...
Je suis très heureux d'avoir à mes côtés, pour l'occasion, certains de ses auteurs : Mohamed Arkoun, Monique Canto-Sperber, Elisabeth Badinter, Guy Carcassonne, Hanifa Chérifi, Alain Etchegoyen, René Rémond, Alain Renaut, Alain-Gérard Slama, Michel Wieviorka, ...

De gauche à droite, Elisabeth BADINTER, René REMOND, Bernard STASI, François FILLON, Luc FERRY, Alain-Gérard SLAMA, Alain RENAUT, Michel WIEVIORKA, Monique CANTO-SPERBER

Je salue Bernard Stasi qui a apporté sa contribution à ce guide et qui a présidé avec beaucoup de conviction les travaux de la Commission sur la laïcité voulue par le Président de la République.

Je remercie également l'ensemble des personnels et organismes de l'éducation nationale ayant participé à la conception de ce guide (l'Inspection générale de l'Education nationale et le CNDP, notamment...) ainsi que l'éditeur Delagrave qui nous a apporté un concours précieux...

J'ai enfin beaucoup de plaisir à accueillir celui à qui appartient cette initiative : Luc Ferry. Avec passion, il a porté ce projet considérant à juste titre qu'il était un prolongement pédagogique tout à fait utile au débat sur la laïcité. Je crois pouvoir dire, Mon cher Luc, que tu peux regarder avec satisfaction et fierté cet ouvrage que tu as voulu et soutenu.

Les thèmes qu'il aborde sont au coeur de mes engagements, de nos engagements. Ils se situent au centre du débat public et de la problématique qui se pose à notre société : veut-elle toujours faire des valeurs républicaines le socle de sa démocratie ?

Sans ambiguïté les auteurs de cet ouvrage répondent " oui "... Et avec eux beaucoup de Français !

Car nous savons tous que, bien qu'ancienne, la République est une idée toujours neuve !

Elle est plus que jamais d'actualité dès lors qu'elle est enrichie... Et à ceux qui doutent, je réponds que l'Etat républicain est au contraire la seule véritable réponse face aux questions brûlantes que pose ce nouveau siècle.

Face au scénario du conflit des civilisations ; face à la culture du chacun pour soi qui mine nos sociétés modernes ; face à la nécessité d'être uni dans l'adversité d'un univers complexe, j'ai l'intime conviction que la République est la meilleure chance pour la France. Elle est aussi une richesse pour la diversité du monde.

Plus qu'un simple régime juridique, elle est pour notre pays un projet. Un projet politique et social ordonné autour de ces quelques repères que décline cet ouvrage et que l'on appelle les valeurs républicaines. Celles-ci portent une dimension morale et universelle qui inspirent nombre de peuples en quête, aujourd'hui encore, de liberté.

A l'évidence, la République se condamnerait si elle ne vivait que dans la nostalgie de son histoire¿ Il faut faire vivre nos valeurs, les rappeler, les connaître, les défendre, pour continuer à enrichir notre pacte républicain afin d'en conserver sa force et sa jeunesse.

C'est pour cela que nous avons engagé une réflexion sur la place de la laïcité à l'Ecole et que sa permanence y a été réaffirmée.

La laïcité est aujourd'hui, pour tous, une règle de modération, de compréhension et de respect mutuel. Mais à condition que chacun joue le jeu, que chacun apprenne à connaître l'Autre...

Au cours des siècles précédents, la République a revêtu les habits d'un affrontement politique¿ Fort heureusement, cet affrontement n'est plus, mais pour autant, rien n'est définitivement acquis en la matière. La République reste un " combat " intellectuel. C'est ce à quoi conclut Malraux lorsqu'il invite la jeunesse française, dans son discours d'Athènes de 1959, à choisir comme devise " Culture et courage " !

Le " vivre ensemble " est impossible sans le savoir... Pour ne pas être victime des caricatures développées par un certain prosélytisme, pour ne pas céder aux sirènes du populisme, il faut des clés et des outils intellectuels.

Cet ouvrage en est un. Et il est important !

Tiré à 250 000 exemplaires, il sera envoyé à tous les établissements pour que chaque élève puisse le consulter au centre de documentation et d'information. Par ailleurs, j'ai demandé aux chefs d'établissement de le fournir aux professeurs - notamment de français, d'histoire et d'éducation civique.

Je compte sur eux pour qu'ils fassent de cet ouvrage un livre au quotidien. Qu'ils le présentent et le commentent, afin qu'il puisse, en chaque élève, susciter un éveil à la citoyenneté.

Deux grandes parties résument son esprit :

o Un abécédaire des mots clés de la République, rédigé par d'éminents spécialistes dont la compétence fait autorité. Je tiens une fois encore à les remercier...

Avec talent et conviction, ils ont cherché à mettre en perspective ces valeurs communes autour desquelles s'ordonne la vie d'une grande Nation. Leur expérience personnelle et intellectuelle fait la force de ce cet ouvrage.

o La seconde partie est un recueil de textes, qu'il s'agisse de récits, de poèmes ou encore de chansons que nous devons à la fois à des personnalités intellectuelles ainsi qu'à des femmes et des hommes qui ont chanté la République, et leur foi en l'Homme, avec leur coeur et leur talent.

Car la République, ce n'est pas que des textes juridiques et de grandes déclarations... Elle est aussi faite d'émotion et de sensibilité qu'expriment admirablement les textes reproduits dans ce guide.

J'en ai pioché quelques extraits :

" Bonheur à tous ceux qui vont nous survivre et goûter la douceur de la Liberté et de la Paix de demain. " Voilà ce qu'écrivait Missak Manouchian à son épouse, quelques heures avant d'être fusillé. Oui, la Liberté n'est pas un acquis intangible ; elle est un don de soi, parfois au prix même de sa vie.

" Sache -écrit Tahar Ben Jelloun- que chaque visage est un miracle. Il est unique. Tu ne rencontreras jamais deux visages absolument identiques. Qu'importe la beauté ou la laideur. Ce sont des choses relatives. Chaque visage est unique. " Derrière ces mots, les jeunes auront à l'esprit que, quelles que soient nos différences, nous sommes de la même chaîne fraternelle.

" Au-delà de nos oripeaux ; Noir et blanc sont ressemblants ; Comme deux gouttes d'eau " : Claude Nougaro, avec ses mots, dit la même chose...

Il enchante cet alinéa du préambule de notre Constitution : " La France assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens, sans distinction de race ou de religion "

Toutes ces références nous renvoient à un idéal humaniste, que je crois indissociable de l'idéal républicain.

Elles nous renvoient également à l'épreuve de philosophie du Baccalauréat qui se déroule depuis ce matin. Vous n'attendrez pas de moi le corrigé : le " ministre philosophe ", c'est Luc !

Néanmoins, comment résister à la tentation de quelques mots sur : " Toute vérité est-elle démontrable ? ", sujet de la série ES.

Le vrai par sa force devrait s'imposer de lui-même rendant toute démonstration superflue. Or, il suffit d'ouvrir les yeux pour s'apercevoir qu'au quotidien, cela ne va pas de soi... On a beau dire " et pourtant elle tourne ", si les gens ne sont pas prêts à entendre qu'elle tourne, alors elle ne tourne pas !

Et donc, si le vrai était évident pour tous et le même pour tous, les hommes se gouverneraient dans la vérité...

Mais c'est impossible car une accumulation de vérités personnelles ne construit pas une société et ne permet donc pas d'atteindre l'intérêt général...

Ce qui m'amène au sujet de la série S : " Faut-il chercher à tout démontrer ? ".

En tant que responsable politique, et au risque de vous surprendre, je pense qu'il ne faut pas chercher à tout démontrer mais avoir un objectif encore plus exigeant : celui de convaincre sur l'essentiel... Elle est là, la pédagogie de la réforme !

Pour atteindre cet assentiment général, il faut une force de conviction qui n'est pas assimilable à la démonstration scientifique. C'est tout l'art du politique !

Mais attention, cela ne veut pas dire, pour rebondir sur le sujet de la série L, que l'on devrait tout attendre de l'Etat !

Certains ont pu dire que l'Etat ne pouvait pas tout... Mais c'est hors-sujet !

A mon sens, la véritable question c'est " doit-on tout attendre de l'Etat ? ", en d'autre termes " que doit faire l'Etat et que ne doit-il pas faire ? "

C'est dans sa légitimité que réside le fondement de l'Etat ; une légitimité qu'il puise dans le consentement éclairé des citoyens

Mais pour que ceux-ci acceptent de confier librement à l'Etat une part de leur autonomie, il faut qu'ils y trouvent leur compte. Et pour ce faire, l'Etat doit être efficace dans les grands pans qui fondent son existence. C'est le pacte
républicain... !

C'est dire la pertinence du sujet qui nous réunit aujourd'hui. Mais sur tous ces sujets, je suis sûr que Luc Ferry a aussi des choses à nous dire.


(Source http://www.education.gouv.fr, le 11 juin 2004)

Rechercher