Déclaration de M. Dominique Galouzeau de Villepin, ministre de l'intérieur, de la sécurite intérieure et des libertés locales, sur la politique de prévention de la délinquance, à Montluçon le 25 novembre 2004. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Dominique Galouzeau de Villepin, ministre de l'intérieur, de la sécurite intérieure et des libertés locales, sur la politique de prévention de la délinquance, à Montluçon le 25 novembre 2004.

Personnalité, fonction : GALOUZEAU DE VILLEPIN Dominique.

FRANCE. Ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales

Circonstances : Déplacement de Dominique Galouzeau de Villepin et de Michèle Alliot-Marie à l¿occasion de la pose de la 1ère pierre de la Cité administrativeà Montluçon le 25 novembre 2004

ti : Monsieur le Maire,
Mesdames, Messieurs,
Chers amis,

Je tiens à vous remercier Monsieur le Maire pour l'accueil chaleureux que vous et vos concitoyens, venus très nombreux, nous avez réservé en cette belle mairie de Montluçon.

Permettez-moi d'abord d'évoquer en ces lieux la mémoire de l'un de mes prédécesseurs au Ministère de l'Intérieur, Marx DORMOY, qui fut Maire de Montluçon, député et sénateur de l'Allier. Défenseur de la République et des principes de justice, de tolérance et de liberté, il fut assassiné par la Milice en 1941 à Montélimar. Je sais combien sa conviction et son courage ont marqué l'esprit de votre ville.


Au c¿ur du bocage bourbonnais, Montluçon est à l'image de cette terre d'accueil et d'échanges qu'est l'Allier. A l'image de bien d'autres villes françaises vous avez été confrontés ces dernières années à de grandes difficultés : fermeture d'usines, suppressions d'emploi, départ des jeunes générations. Comme ailleurs en France, ces bouleversements éveillent l'inquiétude et le doute. Pourtant Montluçon offre aujourd'hui le visage d'une France solidaire, unie autour de ses principes républicains.

Cet optimisme n'est pas le fruit du hasard. C'est le résultat d'une volonté affirmée : la vôtre, mon Cher Daniel, et celle de votre équipe. Ensemble vous avez su impulser et porter depuis maintenant plus de trois ans un projet d'avenir, de dynamisme et de partage pour Montluçon. Cette volonté c'est aussi celle de toute une population, rassemblée autour d'élus locaux compétents et de services de l'Etat déterminés.


1. Grâce à vous, Montluçon est aujourd'hui confiante dans ses atouts et tournée vers l'avenir.

Sur le front de l'emploi et du développement économique, vous avez su faire face à une conjoncture difficile. Vous avez renforcé vos liens avec plusieurs de nos grandes entreprises. C'est l'exemple de SAGEM qui a décidé d'investir massivement et d'embaucher au sein de votre ville.

Vous avez également convaincu des PME de venir s'installer dans le bassin montluçonnais : en valorisant votre situation de n¿ud routier européen vous avez su transformer la friche industrielle de Dunlop en technopole dynamique. Tout en mettant en valeur le patrimoine historique médiéval de votre ville vous avez voulu préparer l'avenir : Montluçon possède aujourd'hui un vaste éventail d'activités, dans la chimie, le caoutchouc, le plastique, la métallurgie mais aussi l'industrie agroalimentaire et l'électromécanique.

Vous avez accompagné ce dynamisme d'une politique de renouvellement urbain ambitieuse, dont j'ai pu constater la qualité. C'est pourquoi, j'ai été particulièrement heureux de participer à la pose de la première pierre de votre Cité administrative, qui regroupera tous les services de la ville, de l'Agglomération, mais aussi les services déconcentrés du Conseil Général. Les agents pourront ainsi travailler dans de meilleures conditions et répondre plus efficacement aux attentes du public. Ce partenariat entre les trois collectivités permettra de réaliser d'importantes économies d'échelle. Il est la preuve que l'Etat et les collectivités savent travailler ensemble, dans la confiance et avec efficacité, au service de nos concitoyens.


2. Comme je l'ai dit à l'ensemble des maires de France, l'Etat est à vos côtés pour vous aider à relever les défis de la République.

Tout d'abord, le défi de la sécurité. C'est une demande forte de nos concitoyens. Ils attendent de l'Etat, de leurs élus, et notamment du premier d'entre eux, le maire, davantage de protection contre l'insécurité, sous toutes ses formes.

Dans ce domaine, depuis près de trois ans, Montluçon est exemplaire. Je sais, mon cher Daniel, l'investissement qui est vôtre dans cette mission, à la fois dans le partenariat avec les forces de sécurité et dans la mise en place de dispositifs préventifs innovants. Ce n'est pas un hasard si le congrès de la Gendarmerie Nationale a élu domicile dans votre ville.

Ici, les Gendarmes et les Policiers se sentent soutenus dans leur action. Et les résultats sont là pour le prouver : dans votre commune, la plus peuplée du département, la baisse de la délinquance est encore plus forte qu'au niveau national : le nombre de faits constatés a diminué de 26 % par rapport à l'an passé. Le taux d'élucidation avoisine les 40 %, témoignant de l'efficacité des services de police nationale, mais également de la coordination exemplaire avec les services de la municipalité.

Tous nos concitoyens, qu'ils soient en zone rurale ou urbaine, doivent bénéficier de ces progrès. Nous ne transigerons jamais sur ce principe d'égalité des Français devant la sécurité. Nos forces de police et de gendarmerie sont à pied d'oeuvre, à vos côtés, dans chaque région, chaque département, chaque commune.

Pour aller plus loin nous devons maintenant prendre le problème à la racine et prévenir les comportements délinquants. Là encore, votre ville a joué un rôle pionnier en mettant en place, dès 2002, le premier centre de loisirs des jeunes, en plein c¿ur de la Cité Dunlop. Avec la nouvelle antenne CLJ inaugurée cette année dans le quartier de Bien-Assis, vous avez renforcé le lien social dont nos villes ont tant besoin. Pour chacun de ces projets, ainsi qu'au sein Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance, créé en février 2003, la coopération des forces de sécurité avec la municipalité est la clé du succès.

Ma conviction, c'est que le maire a vocation à jouer un rôle pilote dans la conception et la mise en oeuvre des actions de prévention au plus près des besoins des habitants. C'est le sens du projet de loi sur la prévention de la délinquance que je présenterai dans quelques semaines avec Dominique Perben.

Ensuite nous devons relever le défi de la cohésion nationale. Notre priorité c'est de faire vivre les valeurs républicaines sur tout le territoire. Ensemble, nous devons défendre l'intérêt général, rassembler les citoyens et renforcer les liens de solidarité.

Or, nous savons que ces liens sont fragilisés chaque fois qu'une usine ferme ses portes après avoir fait vivre une commune pendant des décennies, chaque fois que des agriculteurs ne savent pas s'ils pourront continuer à vivre de leur activité, chaque fois qu'un guichet public disparaît dans un village.

Alors qu'est-ce que les Français attendent de nous ? Ils attendent que l'Etat, avec les collectivités locales, leur assure l'accès à un service public de qualité, qu'ils habitent dans une grande métropole, à la campagne, dans une cité populaire ou dans une petite ville. J'ai demandé aux Préfets d'accorder une importance particulière à cette question et de consulter systématiquement les élus sur tout changement d'organisation territoriale.

Je veillerai à ce que l'application des lois de décentralisation respecte à tout moment cette exigence d'égalité. C'est pourquoi nous avons voulu, avec Jean-François Copé, que la péréquation constitue un véritable gage de solidarité entre les collectivités. Nous avons notamment fait un effort particulier en direction du monde rural, qui constitue l'ossature de la France: la dotation de solidarité rurale augmentera de 20 % en 2005 et même de 40 % pour les 600 bourgs situés en zone de revitalisation rurale. Ces chefs-lieux de cantons, vous le savez, portent souvent à bout de bras tout un territoire. De leur vitalité dépend la possibilité pour les jeunes d'y rester et d'y construire leur avenir.


Mesdames, Messieurs,

La gendarmerie est implantée de longue date dans votre ville. Nous aurons donc l'occasion de nous retrouver à plusieurs reprises, j'en suis certain.

Soyez convaincus d'une chose : sur le front de la protection des Français, comme sur celui de l'emploi, du renouvellement urbain et de la revitalisation des territoires, l'Etat est à vos côtés. C'est vrai à Montluçon, comme à Moulins ou à Vichy.

Aujourd'hui nous devons nous appuyer sur une alliance renouvelée entre l'Etat et les collectivités locales. Nous sommes tous au service de nos concitoyens, avec une exigence de proximité et d'efficacité.

Ce qui nous réunit c'est bien la défense de l'intérêt général, à tous les niveaux. C'est sur ce principe que nous devons unir nos efforts et nos énergies pour mener à bien les grands projets qui feront la France de demain.

Je vous remercie.

(Source http://www.interieur.gouv.fr, le 26 novembre 2004)

Rechercher