Déclaration de M. Pierre Méhaignerie, secrétaire général de l'UMP et président de la Commission des finances de l'Assemblée nationale, sur le financement des équipements culturels, à l'Assemblée nationale le 9 décembre 2004. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Pierre Méhaignerie, secrétaire général de l'UMP et président de la Commission des finances de l'Assemblée nationale, sur le financement des équipements culturels, à l'Assemblée nationale le 9 décembre 2004.

Personnalité, fonction : MEHAIGNERIE Pierre.

FRANCE. UMP, secrétaire général

Circonstances : Déclaration du Gouvernement sur le spectacle vivant suivi d'un débat, à l'Assemblée nationale le 9 décembre 2004

ti : Je participais ce matin à un débat avec le président Camdessus et son diagnostic rejoint celui d'une dizaine de rapports, quelle que soit la sensibilité politique de leurs rédacteurs. La France peut retrouver la croissance, retrouver un taux de chômage de 5%, mais à condition de poursuivre la réforme de l'Etat ainsi que la maîtrise des dépenses publiques.

Depuis trois heures, j'ai écouté avec attention les différents intervenants. J'apprécie votre travail, Monsieur le ministre, et je partage votre passion, mais la lucidité me conduit à insister sur les contraintes à venir. Si la croissance est de 2,5%, les deux tiers des recettes supplémentaires doivent aller aux dépenses de santé et de vieillesse. A quoi doit donc être consacré le tiers restant ? Aux dépenses collectives, à l'amélioration du pouvoir d'achat ? Il me semble qu'un chemin de crête existe néanmoins. Il s'agit tout d'abord de rappeler les progrès des dernières années, notamment en matière d'éducation artistique et de développement de la pratique amateur. En outre, la croissance globale des recettes de taxe professionnelle de nos collectivités a augmenté de 3% en euros constants, ce qui a permis à nombre de collectivités de consacrer l'essentiel de ces recettes à la dépense culturelle.

Il s'agit ensuite d'utiliser la LOLF de manière plus responsable, avec la nouvelle nomenclature des programmes. Un travail considérable d'évaluation doit également permettre d'engager des moyens nouveaux, en particulier en faveur des jeunes compagnies ou de l'aménagement culturel de notre pays. Il convient donc d'accorder une attention particulière au rapport de la Cour des comptes, concernant en particulier l'éclatement des corps et des statuts - qui ne favorise pas toujours la créativité -, la multiplication des établissements publics, le niveau d'absentéisme dans certains secteurs et notamment les musées, l'empilement des structures enfin.

Nous avons débattu du Centre national des variétés et du jazz. Il accomplit un travail important certes, mais doit-il être pour autant le sixième " arrosoir " servant à financer les équipements culturels alors que des marges de redéploiement sont possibles ?

Enfin, l'OCDE évoquait à propos de notre pays une " monarchie culturelle " en raison des grandes institutions qui absorbent d'importants moyens. Là encore, des efforts doivent être faits. Nous sommes prêts à vous y aider, Monsieur le ministre afin de nous montrer responsables avec vous.

(Source http://www.ump.assemblee-nationale, le 14 décembre 2004)

Rechercher