Tribune de M. Jacques Chirac, Président de la République, dans "Singapore Straits Times", du 5 octobre 2004, sur les relations entre la France et Singapour et sur un dialogue entre l'Union européenne et l'Asie du Sud-Est, intitulée "France et Singapour pour le rapprochement entre l'Europe et l'Asie". | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Tribune de M. Jacques Chirac, Président de la République, dans "Singapore Straits Times", du 5 octobre 2004, sur les relations entre la France et Singapour et sur un dialogue entre l'Union européenne et l'Asie du Sud-Est, intitulée "France et Singapour pour le rapprochement entre l'Europe et l'Asie".

Personnalité, fonction : CHIRAC Jacques.

FRANCE. Président de la République

Circonstances : Voyage officiel en Asie du 6 au 12 octobre 2004 ; visite de travail à Singapour le 6 ; sommet de l'ASEM à Hanoï les 7 et 8

ti : Depuis trente ans, mes liens avec Singapour se sont développés au fil de mon amitié avec M. Lee Kuan Yew, un des grands hommes d'Etat de notre temps, et avec son successeur, M. Goh Chok Tong.

A l'heure où le Premier ministre Lee Hsien Loong, que j'ai eu le plaisir de rencontrer il y a quelques mois à Paris, accède à son tour au poste de Premier ministre, il est tout naturel pour moi de venir le saluer et marquer la volonté de la France de poursuivre cette relation d'amitié, de confiance et de partenariat avec Singapour, que je remercie de son accueil.

On ne peut qu'admirer l'essor de Singapour, qui a accédé en moins d'une génération à la prospérité et à la modernité. Cette réussite s'explique par une stratégie de long terme, mise en ¿uvre avec constance dans le souci de l'intérêt général. Car depuis son indépendance, Singapour a toujours misé sur le futur, investissant sans relâche dans l'éducation, la formation des hommes et des femmes, la recherche.

Cette politique volontariste a attiré dans ce pays quatre cents des entreprises françaises les plus dynamiques, représentant les secteurs les plus variés de l'économie française (services, transport, mécanique, défense, BTP, santé, distribution, agro-alimentaire, NTIC, etc.). Singapour représente ainsi le troisième partenaire économique de la France en Asie. Au total, près de quatre mille Français vivent ici et contribuent au dynamisme de Singapour. Je me réjouis qu'un si grand nombre de mes compatriotes participent, en harmonie avec la société singapourienne, au développement de nos relations bilatérales. Ils croient en l'avenir de Singapour.

Cette confiance, ces liens de partenariat s'expriment dans des coopérations d'exceptionnelle qualité. Ainsi, nos pays ont développé dans l'aéronautique des relations très fortes, autour notamment de l'A 380. Nous envisageons aujourd'hui de nouveaux développements, de nouveaux partenariats qui contribueront au renforcement de la relation entre nos deux pays. J'évoquerai ces perspectives encourageantes avec mes hôtes.

Sur la scène internationale, Singapour et la France ont en commun la volonté de promouvoir un monde plus pacifique, plus solidaire et plus prospère. Nous sommes, l'un comme l'autre, engagés dans des processus d'intégration régionale où nous voyons une des clés de la paix, de la stabilité et d'un développement économique soutenu. Nous partageons une même volonté d'indépendance, associée à un attachement profond au multilatéralisme. Dans un monde à la recherche de nouveaux équilibres face aux défis globaux que constituent le terrorisme, la prolifération des armes de destruction massive, les risques de grandes pandémies, le sous-développement, la dégradation de l'environnement, nous devons nous concerter et nous unir.

Nous allons vers un temps où l'influence politique, économique et culturelle sera de plus en plus partagée. Déjà, de nouvelles puissances et de nouveaux acteurs s'imposent, en particulier en Asie. Entre ces pôles et les ensembles régionaux qui, tels l'ASEAN ou l'Union européenne, s'affirment, il nous faut construire un dialogue constant. Singapour et la France veulent jouer un rôle pionnier pour favoriser ces échanges confiants entre l'Asie et l'Europe et aider ainsi à bâtir l'ordre international harmonieux auquel nous aspirons.

Alors que l'ASEAN est engagée sur la voie de l'édification d'une communauté de destin autour de trois piliers, politique, économique et socio-culturel, alors que l'Europe connaît une nouvelle étape historique de son développement avec un élargissement sans précédent et l'adoption de sa première constitution, c'est cet attachement commun au dialogue des civilisations que nos deux pays porteront au cinquième sommet de l'ASEM qui se tiendra à Hanoï au lendemain de ma visite à Singapour.

Rechercher