Conférence de presse de M. François d'Aubert, ministre délégué à la recherche, sur l'utilisation et les usages du "haut débit" pour l'internet, l'offre de services sur ce réseau et les enjeux pour les projets venus des collectivités locales, Paris le 5 novembre 2004. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conférence de presse de M. François d'Aubert, ministre délégué à la recherche, sur l'utilisation et les usages du "haut débit" pour l'internet, l'offre de services sur ce réseau et les enjeux pour les projets venus des collectivités locales, Paris le 5 novembre 2004.

Personnalité, fonction : AUBERT François d'.

FRANCE. Ministre délégué à la recherche

Circonstances : Lancement du guide "Haut débit : pour tous, partout" à Paris le 5 novembre 2004

ti : Permettez-moi tout d'abord de vous inviter à nous réjouir tous ensemble de la croissance exceptionnelle du haut débit en France sur ces deux dernières années.

Les pouvoirs publics se sont mobilisés avec le plan RE/SO2007 lancé par Jean-Pierre RAFFARIN en 2002. L'opérateur France Télécom a fait de nombreux efforts pour améliorer la couverture du territoire et a pris de nouveaux engagements encore plus ambitieux. Les opérateurs nouveaux entrants et les fournisseurs d'accès, ont fait preuve de dynamisme et d'innovation. Le régulateur a joué son rôle d'arbitre éclairé.

Bref, grâce aux efforts de tous, nous avons désormais plus de 5 millions de nos concitoyens abonnés au haut débit. Il y a seulement deux ans, ils n'étaient que 500 000 !

En termes de taux de pénétration du haut débit, la France a longtemps été montrée du doigt comme le " mauvais élève " européen. Notre pays a désormais dépassé l'Allemagne et le Royaume-Uni !

Cet éclatant succès ne doit pas nous faire perdre de vue qu'il nous faut aujourd'hui appréhender des évolutions réglementaires et technologiques majeures :

Evolution réglementaire, car la loi pour la confiance dans l'économie numérique du 21 juin 2004 permet désormais aux collectivités territoriales de devenir opérateurs de télécommunications.

Evolution technologique, car les technologies " alternatives à l'ADSL " ont atteint un degré de maturité permettant de dépasser le stade de l'expérimentation.

En parallèle, l'offre de service sur les réseaux à haut débit s'est considérablement enrichie, avec notamment l'arrivée de la télévision et de la téléphonie sur Internet.

Avec les possibilités réglementaires et technologiques nouvelles qui s'offrent aux collectivités, les questions, sont devenues beaucoup plus complexes.

Pour anticiper ces évolutions majeures, j'ai demandé en mai dernier à la Délégation aux usages de l'internet de réaliser le guide du " haut débit pour tous, partout ". J'ai souhaité vous réunir ce matin pour vous le présenter.

Ce guide s'adresse aux décideurs des collectivités territoriales. Il est volontairement didactique et illustré de nombreux exemples. Partant des enjeux, le guide passe en revue les usages du haut débit.

Certains sont déjà considérés comme classiques : l'" e-administration ", l'" e-santé ", l'enseignement à distance.

D'autres sont novateurs et à fort potentiel, par exemple dans le domaine du tourisme (campings connectés au haut débit,¿) ou de l'agriculture (veille sanitaire, traçabilité des produits alimentaires,¿).

Le guide fait le point sur les avantages et inconvénients des nouvelles possibilités qui s'ouvrent aux collectivités : entre devenir opérateur, être " opérateur d'opérateurs ", passer un marché de services, quels choix sont envisageables ? dans quelle situation ?

Sur le volet technologique, le guide décrit quelques projets qui ont été menés dans le cadre des appels à projets " technologies alternatives " et " usages de l'internet ", lancés en partenariat entre le Ministère, la DATAR et la Caisse des Dépôts et Consignations.

Il s'agit concrètement d'encourager l'étude et l'expérimentation de technologies d'accès alternatives ou complémentaires à l'ADSL, d'essayer de dégager les enseignements de ces expériences. Il s'agit en particulier de voir si des usages novateurs et un modèle économique peuvent se dessiner à partir de ces résultats.

Je suis très heureux d'accueillir aujourd'hui trois porteurs de projets venus de plusieurs régions de France.

- le projet " Altermed ", qui expérimente notamment la continuité des soins médicaux entre Vannes et les îles bretonnes d'Houat, Hoedic et Belle Ile. Il utilise pour cela des faisceaux hertziens et les " courants porteurs en ligne " (CPL).
- le projet " chaumière haut débit ", qui offre une connexion internet haut débit à des populations très variées (agriculteurs, personnes âgées, infrastructures touristiques). Ces populations sont situées dans une zone rurale isolée du Périgord noir. Il utilise pour cela la technologie du satellite couplé à des bornes " sans fil ".
- le projet du " syndicat électrique du pays Chartrain ", qui expérimente les nouveaux services que l'on peut offrir à 71 communes rurales et semi-urbaines, en transportant l'Internet haut débit par le biais du réseau électrique existant.

Les trois porteurs de projets, que je remercie d'être ici, vont vous présenter leur projet et sont prêts à en discuter avec vous dans un instant.

Avant de leur céder la parole, je souhaite insister sur deux points :

- il s'agit bien dans notre démarche d'encourager l'expérimentation et non le déploiement à grande échelle : j'estime en effet qu'une stratégie de déploiement dépasse le cadre de la " petite commune isolée " et doit se construire de manière coordonnée à l'échelle régionale. Le guide " haut débit pour tous, partout " offre aux collectivités désireuses de construire cette stratégie coordonnée de premières bases.

- Les trois projets que nous vous présentons aujourd'hui ne sont bien entendu pas les seuls. Vous pourrez dialoguer avec d'autres porteurs de projets ici présents lors du cocktail et je vous invite à découvrir tous les autres projets dans les fiches du dossier de presse. J'ajouterai qu'il existe aussi des projets d'excellente qualité menés en dehors de cet appel à projets national.

Enfin, je souhaite que les expérimentations que nous menons continuent. Nous allons donc lancer, à la fin du mois de novembre un nouvel appel à projets " Accès et usages à haut débit pour les territoires ".

Avant de passer la parole aux porteurs de projets, qui sont impatients de vous faire partager les premiers résultats de leurs expérimentations, je laisse Benoît Sillard, Délégué aux usages de l'internet et François Philizot, Directeur de la DATAR vous présenter brièvement ce nouvel appel à projets.

(Source http://www.recherche.gouv.fr, le 8 novembre 2004)

Rechercher