Déclaration de M. Christian Poncelet, Président du Sénat, sur les techniques d'évaluation pour la transmission des entreprises, Paris le 26 janvier 2005. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Christian Poncelet, Président du Sénat, sur les techniques d'évaluation pour la transmission des entreprises, Paris le 26 janvier 2005.

Personnalité, fonction : PONCELET Christian.

FRANCE. Sénat, président;FRANCE. UMP

Circonstances : Deuxièmes Etats généraux de l'évaluation d'entreprise, à Paris le 26 janvier 2005

ti : Messieurs les Présidents, Président d'honneur et Directeur général du Salon des entrepreneurs,
Monsieur le Président, (Jean-Claude Sptiz, Président du conseil régional de Paris de l'Ordre des experts-comptables)
Madame la Présidente, (Agnès Bricard, Présidente d'honneur du conseil régional de Paris de l'Ordre des experts-comptables)
Mesdames, Messieurs,
Et plus simplement chers amis,


Depuis mon élection en octobre 1998 à la Présidence du Sénat, c'est toujours avec une immense joie que je me rends chaque année au Salon des entrepreneurs.

Rassurez-vous je n'ai pas l'intention de prononcer un long discours. Je sais que les travaux du Salon sont denses, riches et fructueux. Cette rencontre me donne l'occasion de faire deux remarques.

Première remarque : le thème de la conférence de ce matin sur les techniques d'évaluation de l'entreprise s'avère particulièrement important dans la vie de l'entreprise. Nous savons tous que de nombreux acteurs interviennent dans le champ de cette évaluation. Cette hétérogénéité d'appréciation est souvent source de confusion pour l'entrepreneur lui-même et nécessite une clarification des intervenants et des normes d'évaluation, notamment à l'occasion de la transmission ou de la reprise d'activité. La profession des experts-comptables, que j'accueillerai avec un grand plaisir à l'automne au Sénat, les chambres de commerce et d'industrie et le Conseil économique et social dans le rapport présenté par Madame Françoise Vilain en décembre dernier se sont d'ailleurs mobilisés sur ce thème de la reprise et de la transmission d'entreprise. Cette démarche répond à une nécessité puisque environ 100 000 dirigeants d'entreprise sont aujourd'hui âgés de plus de soixante ans. 700 000 chefs d'entreprises sur les 2,7 millions que comptent la France partiront à la retraite d'ici 10 ans.

L'enjeu est donc considérable. La vitalité de notre économie dans les années à venir dépendra de notre capacité à relever ce défi majeur.

C'est pourquoi le combat de toutes les femmes et les hommes d'entreprise en vue d'améliorer et de faciliter le passage de témoin de l'entreprise est celui de tout un chacun qu'il soit entrepreneur, salarié ou homme et femme politiques.

" Gouverner, c'est prévoir ", dit-on en politique ; " anticiper, c'est gagner " pourrait-on dire aujourd'hui concernant la reprise et la transmission d'entreprise...

Seconde remarque : les entrepreneurs savent qu'ils peuvent compter sur le Sénat de la République pour mettre en oeuvre un environnement favorable à la reprise et à la transmission. Ces mots, prononcés voici six ans, auraient été considérés par la plupart d'entre vous comme de " belles paroles "... Vous savez aujourd'hui qu'il n'en est rien. Le Sénat est résolument allé " à la rencontre de l'entreprise ".

Avec la complicité de mes amis du Salon des entrepreneurs, Alain Metternich, Jacques Singer et Xavier Kergall, nous avons créé de toutes pièces la " Semaine de l'entrepreneur ". Il s'agissait d'unir nos forces pour défendre la cause de l'entreprise. Afin de faire progresser l'esprit d'entreprise dans la hiérarchie des valeurs de notre République. Pour dire aux Entrepreneurs qu'ils sont des personnages importants, voire essentiels. Pour dire aux Entrepreneurs qu'ils sont le ciment de notre prospérité.

Ainsi, avant hier, nous avons accueilli avec le ministre délégué au commerce extérieur, en prologue de cette " Semaine de l'Entrepreneur ", une délégation de chefs d'entreprises indiens venus rencontrer leurs homologues français.

Hier, dans l'hémicycle du Sénat, l'un des deux c¿urs battants de notre démocratie, cinq cents lauréats des concours de France à la création d'entreprise pour une séance de question-réponse.

Des mots comme " Tremplin-entreprises ", " Tremplin Recherche ", " Club.Sénat.fr ", " Les rencontres sénatoriales de l'Entreprise ", les 200 " stages d'immersion de sénateurs en entreprise " sont autant de mots qui attestent de la valeur des engagements du Président du Sénat et de l'ensemble des sénateurs ainsi que de la durée de notre action.

Je voudrais, pour conclure, vous rendre à nouveau hommage, Mesdames, Messieurs les entrepreneurs. L'honneur, c'est celui que vous méritez. La France est un grand peuple d'Entrepreneurs. Il est juste que la République reconnaisse la place qui doit être la vôtre.

Je vous remercie de votre attention et vous souhaite à tous, beaucoup de bonheur et de réussite dans votre professionnelle et personnelle.

(Source http://www.senat.fr, le 3 février 2005)

Rechercher