Déclaration de M. Christian Poncelet, président du Sénat, sur les enjeux du colloque "Tremplin Recherche" organisé par le Sénat, Paris le 8 février 2005. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Christian Poncelet, président du Sénat, sur les enjeux du colloque "Tremplin Recherche" organisé par le Sénat, Paris le 8 février 2005.

Personnalité, fonction : PONCELET Christian.

FRANCE. Sénat, président;FRANCE. UMP

Circonstances : Ouverture de la 1ère édition de "Tremplin Recherche", au Sénat le 8 février 2005

ti : Monsieur le Ministre de la Recherche,
cher François d'Aubert,
Mesdames, Messieurs,


Je vous souhaite à toutes et à tous la plus cordiale bienvenue au Sénat pour la première édition de " Tremplin Recherche ".

Un paradoxe nous interpelle car il résulte d'un constat, celui d'un décalage entre, d'une part des chercheurs français brillants qui s'exportent dans le monde entier et d'autre part, une recherche française mal en point qui donne l'impression d'avoir perdu tout repère.

Paradoxe absolu ou simple lien de cause à effet ?

Probablement, ni l'un, ni l'autre.

Depuis plus de dix-huit mois, la recherche a occupé le " devant " de la scène politique et médiatique. L'absence de véritables priorités en matière de recherche, la lourdeur des tâches administratives pour les chercheurs, le saupoudrage des budgets, la complexité des structures amplifient les mouvements d'insatisfaction.

Nous avons tous le sentiment d'un énorme gâchis !

Que s'est-il passé ? Comment en sommes-nous arrivés là ? Pourquoi notre recherche qui faisait notre fierté d'antan, est-elle aujourd'hui à la dérive ?

Parce que nous avons oublié l'essentiel ! ANTICIPER et S'ADAPTER.

Anticiper, c'est avoir le courage politique de définir des priorités à long terme que la Nation s'engage à respecter, même si le quotidien budgétaire nous incite, en permanence, à les remettre en cause. Malgré des réussites indéniables, et que le monde entier nous envie en matière aéronautique, ferroviaire, nucléaire et automobile, nous n'avons pas su mettre en place une politique cohérente, structurée et volontariste de recherche.

S'adapter, c'est être en mesure de faire face au nouvel espace économique et financier mondial en marche, à l'accélération des moyens de transports, à l'explosion des nouvelles technologies et à l'indispensable prise en compte des facteurs sociaux.

Malgré de multiples mises en garde, nous sommes demeurés trop longtemps aveugles, sourds et muets. Notre environnement se transformait sous nos yeux et nous sommes restés immobiles. Réflexe d'un pays " trop gâté " alors même que d'aucuns estiment qu'il porte en lui les stigmates d'un certain repli.

Face à un tel constat que d'aucuns qualifieraient d'alarmiste alors qu'il n'est que réaliste, doit-on chercher le ou les responsables ?

Non, mais le temps de l'inaction est terminé ! Il n'y a de déclin que si nous acceptons aujourd'hui de baisser les bras et de poursuivre une politique de gestion modeste alors que notre recherche exige l'ambition !

Le Gouvernement l'a compris puisque depuis bientôt trois ans notre pays a été réformé comme jamais il ne l'avait été depuis plus de cinquante ans.

Pour certains, ces réformes sont nettement insuffisantes pour gagner le combat de la compétitivité dans un environnement globalisé ;

Pour d'autres, ces réformes sont excessives car elles remettent en cause l'ensemble des droits acquis. Notre pays est depuis longtemps habitué à ces sempiternels combats idéologiques qui conspirent à son immobilité...

Il est grand temps d'y mettre fin. Notre avenir en dépend. Une France sans véritable politique de recherche de niveau européen et mondial serait vite reléguée aux oubliettes du futur.

Le monde de la recherche a organisé l'automne dernier les Etats généraux de la recherche et le Gouvernement achève la préparation du projet de loi d'orientation et de programmation de la recherche. Le Sénat sera au rendez-vous de cette volonté !

J'ai souhaité inscrire notre Haute Assemblée, avec l'ensemble de mes collègues sénateurs, dans cette action en faveur de la politique de la recherche.

Certes, les sénateurs, en tant que bâtisseurs de la loi, seront très vigilants lors de l'examen de ce projet de loi dans les semaines à venir, soyez-en sûr, monsieur le Ministre.

Rien, en effet, ne serait pire que d'apporter de mauvaises réponses à de vraies questions. Mais au-delà de sa mission législative, le Sénat se doit de contribuer à faire évoluer les mentalités.

Tout simplement parce que l'on ne gouverne pas un pays avec des intentions et des formules.

Le Sénat le sait. Et c'est pourquoi, fidèle à sa vocation de Chambre de réflexion, il a souhaité jeter le plus de passerelles possibles entre le monde politique, le monde des entreprises et celui des chercheurs.

Il est de la plus grande importance que les femmes et les hommes politiques, les chefs d'entreprise et les chercheurs se parlent, s'écoutent et se comprennent. Ce dialogue est fondamental. Il ne se résume pas à faire de belles proclamations en faveur de notre recherche. Ce doit être au contraire un dialogue de tous les jours, un dialogue banalisé, mais un dialogue de qualité qui devrait nous permettre d'anticiper les évolutions d'un monde incertain et de mettre en place une politique de recherche à la hauteur de notre pays.

Pour y arriver, ce ne sont pas tant les lois qu'il faut changer, mais les esprits qui font les lois.

C'est pourquoi j'ai pris l'initiative de créer, avec mes collègues sénateurs, " Tremplin Recherche " dont la première édition se tient aujourd'hui. Cette manifestation, menée en étroite collaboration avec le monde de la recherche et celui de l'entreprise vous, nous réunit au Sénat, chercheurs, universitaires, investisseurs, entrepreneurs et politiques afin de réfléchir ensemble et de proposer des mesures concrètes et utiles susceptibles d'améliorer la valorisation de la recherche, véritable priorité politique en Europe.

Je vous souhaite à tous une excellente journée et de fructueux débats sur un thème capital pour notre avenir.


(Source http://www.senat.fr, le 28 février 2005)

Rechercher