Message de M. Hamlaoui Mekachera, ministre délégué aux anciens combattants, en commémoration du 8 mai 1945. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Message de M. Hamlaoui Mekachera, ministre délégué aux anciens combattants, en commémoration du 8 mai 1945.

Personnalité, fonction : MEKACHERA Hamlaoui.

FRANCE. Ministre délégué aux anciens combattants

Circonstances : Commémoration du 8 mai 1945, à Paris le 8 mai 2005

ti : A tous les vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale et à toutes les victimes de cette tragédie sans pareille, la Nation rend aujourd'hui un hommage solennel.

A nos compatriotes et à leurs frères d'armes, Français libres qui n'ont jamais cessé le combat, Résistants de l'intérieur ayant héroïquement rejoint la lutte, soldats de l'Armée d'Afrique couverts de gloire, combattants rassemblés pour libérer notre terre opprimée et poursuivre le combat au-delà du Rhin et des Alpes, à tous, nous exprimons notre gratitude et notre admiration. A la suite du Général de Gaulle, ils ont relevé notre honneur et permis à la France d'être à la table des vainqueurs. Leur épopée est entrée pour toujours dans l'Histoire.

A nos alliés américains, britanniques, russes, aux soldats des pays du Commonwealth et de tant d'autres nations d'Europe et du monde, nous renouvelons l'expression de notre indéfectible reconnaissance. Nous sommes conscients des sacrifices immenses qu'ils ont consentis. Nous ne les oublierons jamais.

Ensemble, au prix d'infinies souffrances, ils sont sortis victorieux du combat décisif pour la liberté, pour l'honneur, pour la dignité des hommes.

Le 8 mai 1945, quand les combats cessèrent, notre continent était exsangue. Le temps n'efface pas le malheur des veuves et des orphelins de guerre, des victimes civiles, de celles de l'annexion, des victimes de la déportation, de l'extermination, des massacres et des crimes du nazisme. Nous n'oublions pas que, dans le Pacifique, la guerre se poursuivit encore plusieurs mois avec son cortège de souffrances.

Le 8 mai 1945, prenait fin la captivité imposée aux combattants de 1940. Après s'être courageusement battus, ils ont subi une longue et cruelle peine. Pour ceux qui n'avaient pu échapper au service du travail obligatoire, s'achevait une injuste épreuve. Pour toutes celles et tous ceux dont la guerre avait bouleversé la vie, pouvait renaître l'espoir.

Le 8 mai 1945, ruines et cendres, deuils et blessures, joie et liesse populaire se mêlaient. Ils devinrent, peu à peu, le terreau de temps nouveaux. L'Europe, meurtrie, s'engagea sur la voie d'une paix durable. Peu à peu, se bâtit une Union dont le destin est désormais entre nos mains.

En ce jour où nous célébrons le soixantième anniversaire de cette date emblématique, nous mesurons combien la mémoire du passé éclaire l'avenir.

(Source http://www.defense.gouv.fr, le 18 mai 2005)

Rechercher