Déclaration de M. Hamlaoui Mekachera, ministre délégué aux anciens combattants, sur la Libération de Saint-Nazaire, Saint-Nazaire le 11 mai 2005. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Hamlaoui Mekachera, ministre délégué aux anciens combattants, sur la Libération de Saint-Nazaire, Saint-Nazaire le 11 mai 2005.

Personnalité, fonction : MEKACHERA Hamlaoui.

FRANCE. Ministre délégué aux anciens combattants

Circonstances : Célébration du 60ème anniversaire de la Libération de Saint-Nazaire, à la base sous-marine de Saint-Nazaire, le 11 mai 2005

ti : Monsieur le Préfet,
Monsieur le Maire de Saint-Nazaire,
Mesdames et Messieurs les Parlementaires,
Mesdames et Messieurs les élus,
Mesdames et Messieurs les présidents d'associations patriotiques,
Mesdames et Messieurs,


Voici quelques instants, nous étions réunis devant le monument de BOUVRON pour commémorer la reddition de la garnison allemande qui occupa Saint-Nazaire et ses environs jusqu'au 11 mai 1945.

Ainsi, prenait fin, pour vous, une funeste période de cinq années. La plus longue occupation imposée à une ville de France. Une occupation, dont toute la région est sortie meurtrie et endeuillée. Une occupation, cause des terribles bombardements qui ont dévasté votre ville. En cette base sous-marine, cible privilégiée des largages, comment ne pas s'en souvenir avec une émotion toute particulière.

Aujourd'hui, au nom du Président de la République, je suis venu vous dire que la Nation n'oublie pas ce passé dramatique, ses héros et ses martyrs.

Nous nous souvenons des combattants, Alliés et Français, militaires et Résistants, qui ont pris toute leur part à la lutte victorieuse et de tous ceux qui sont allés jusqu'au sacrifice suprême.

Nous nous souvenons de chacune des victimes civiles de ces temps de haine et de douleur.

La mémoire de ces grands malheurs ne s'effacera jamais.

Mesdames et Messieurs, c'est donc ici et avec vous, que se concluent deux années de commémorations de la libération de notre patrie.

Commencées en Corse en septembre 2003, elles se sont poursuivies sur les lieux des grands maquis, puis se sont accélérées après la célébration des Débarquements. Nous avons rappelé les grandes épopées, les libérations mémorables, mais aussi les tragédies inoubliables qui ont marqué ces mois décisifs.

Ces dernières semaines, nous nous sommes souvenus de la libération des camps de concentration et des camps d'extermination.

Enfin, ces derniers jours à Reims, à Paris, à Moscou, nous avons commémoré la Victoire sur le nazisme.

Pour toutes ces cérémonies, comme aujourd'hui encore, nos compatriotes se sont réunis en très grand nombre. C'est le signe de leur intérêt pour leur histoire et, plus encore, de leur fidélité aux idéaux défendus par nos libérateurs. Des idéaux de liberté, d'égalité, de fraternité, de respect de la dignité humaine. Leur modernité est intacte.

A chaque occasion, ensemble, nous avons rendu hommage aux hommes et aux femmes, de France et du monde entier, qui ont vaincu la barbarie nazie, ont permis notre libération et ont relevé notre honneur. En toutes circonstances, nous nous sommes remémorés les souffrances des populations pendant ces années noires.

Partout, il faut le souligner et s'en réjouir, les jeunes étaient présents, nombreux, attentifs, émus. Avec nous, ils ont pris conscience de l'immensité du chemin parcouru au cours des soixante dernières années.

En soixante ans, à l'image de votre ville, notre pays s'est reconstruit et modernisé. Surtout, en soixante ans, la paix s'est installée sur notre continent. Une paix véritable, librement consentie, durable.

Notre Europe, à l'origine de deux guerres mondiales, est devenue le modèle de la réconciliation entre les peuples. Un exemple envié par bien des nations.

Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs, voici soixante ans, comme tant de villes en Europe, Saint-Nazaire était un vaste champ de ruines. Les images d'archives sont saisissantes. Pour beaucoup, elles sont des souvenirs de jeunesse, gravés pour toujours au fond de leur c¿ur comme une blessure longue à cicatriser. Forts, courageux, déterminés, vous avez rebâti une cité dans laquelle vous êtes heureux et fiers de vivre.

C'est conscient de ces drames du passé, et témoin des progrès accomplis depuis, que nous devons aborder l'avenir.

A nous d'être toujours vigilants et rassemblés pour défendre nos principes humanistes.

A nous de toujours regarder vers le futur, sans oublier les enseignements de l'Histoire.

A nous de toujours faire preuve d'esprit de responsabilité quand la paix, l'unité et le renforcement de l'Europe sont en jeu.


Je vous remercie.


(Source http://www.defense.gouv.fr, le 13 mai 2005)

Rechercher