Déclaration de M. Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la culture et de la communication, sur la musique, la chanson française, la francophonie et l'éducation artistique, La Rochelle le 12 juillet 2005. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la culture et de la communication, sur la musique, la chanson française, la francophonie et l'éducation artistique, La Rochelle le 12 juillet 2005.

Personnalité, fonction : DONNEDIEU DE VABRES Renaud.

FRANCE. Ministre de la culture et de la communication

Circonstances : Ouverture des 21èmes Francofolies à La Rochelle le 12 juillet 2005

ti : Monsieur le Maire,
Madame la Ministre,
Madame la Présidente du Conseil régional de Poitou-Charentes,
Madame la Vice-Présidente du Conseil Général,
Monsieur le Président,
cher Gérard Pont,
Mesdames, Messieurs,
Chers amis,


Je suis très heureux d'ouvrir avec vous la 21ème édition des Francofolies. J'étais venu l'an dernier fêter votre 20ème anniversaire. Cette année, j'ai tenu à célébrer à nouveau avec vous le dynamisme de la chanson française et francophone, qui éclaire pour six jours et six nuits votre si belle cité, pour le plus grand bonheur des Rochelais de c¿ur et d'adoption, et de tous les passagers qui viennent embarquer à bord de votre navire, emblématique du rayonnement international de la chanson française et francophone.

Port de commerce, de pêche, et de plaisance, ville résolument tournée vers l'avenir, par son industrie et ses centres de recherches et d'études, La Rochelle dispose, Monsieur le Maire, du formidable atout légué par son histoire millénaire, qui fait la fierté de ses habitants et qui attire un nombre croissant de touristes. Et la force d'attraction de votre cité est décuplée par l'alliance féconde de votre patrimoine avec la création la plus contemporaine et la plus populaire, grâce à la présence, au c¿ur de votre cité, des musiques les plus actuelles : la chanson, le hip hop, la musique électro.

Oui, La Rochelle prouve la réussite de cette alliance entre ce patrimoine et toutes celles et tous ceux qui le font vibrer aux rythmes et aux sons de la diversité culturelle d'aujourd'hui. Cette réussite montre aussi combien les musiques actuelles sont le ferment du dialogue, de l'ouverture, du décloisonnement, entre les générations, entre les communautés, entre toutes les couches de notre société. Elles sont l'expression de la diversité des cultures, des langues, des mouvements de la société, parfois même des combats et des aspirations politiques, mais aussi et surtout l'expression de toutes les émotions qui accompagnent les moments forts de la vie de chacun.

Mais cette réussite, votre réussite, est d'abord celle d'un rêve. Le rêve d'un véritable artiste, auquel je tiens à rendre hommage aujourd'hui, au moment où nous voyons arriver à bon port le navire qu'il a barré, par tous les temps, pendant vingt saisons : Jean-Louis Foulquier.

Oui, c'est grâce à votre engagement et à votre don d'inlassable animateur, de merveilleux détecteur de talents, d'artiste accompli et d'organisateur hors pair, que vous avez pu attirer ici tant de talents venus du monde entier. Votre enthousiasme, votre énergie, vous avez su les transmettre à vos successeurs. Je tiens à les saluer à mon tour et à lui dire combien je suis convaincu qu'ils sauront, comme nous le voyons cette année, rester fidèle à l'esprit fondateur du festival, tout en nous réservant, et en nous faisant partager, toujours plus de nouvelles surprises et de nouvelles révélations. Mais aussi votre souci de diffusion artistique.

Gérard Pont n'en est pas à son coup d'essai. je suis sensible au fait qu'il soit l'auteur de quelques très beaux programmes culturels pour la télévision, avec l'équipe de Morgane Production. Je pense en particulier à ce merveilleux film de 52 minutes, L'Océan des possibles, que vous avez réalisé il y a quelques années, sur Patti Smith. J'ai eu le grand honneur et le grand plaisir, de lui rendre, dimanche, à Solidays, l'hommage de la France, qui signifie tant pour elle. Et je suis heureux que vous participiez aujourd'hui, sur France 4, à la diffusion de toutes les musiques, dans toute leur diversité.

Vous saurez, j'en suis sûr, faire fructifier ce magnifique héritage. Depuis 1985, ce sont plus de 1800 artistes qui ont donné le meilleur d'eux-mêmes au public nombreux et divers de La Rochelle. Et qui ont tenu leurs promesses. Je pense, par exemple, à Sanseverino, Cali ou Gérald de Palmas, qui se sont lancés, ici, Sur la route du succès.

Oui, les Francofolies sont un lieu de découverte essentiel de nouveaux et de grands talents. Ainsi, le Chantier des Francos propose à des jeunes artistes de travailler à leurs créations, en échangeant avec d'autres artistes, et en rencontrant ici tous les professionnels, qui leur permettent de donner corps à leur passion et de transformer leur vocation en carrière. C'est à La Rochelle que les Francofolies assurent la relève et la diversité de la chanson de demain.

L'esplanade Saint Jean d'Acre est le passage obligé des plus grands artistes de la scène francophone, marqué par tant de moments intenses de bonheur partagé. Je pense à Véronique Sanson entourée de ses hommes¿ou à Léo Ferré dirigeant un orchestre symphonique au pied des remparts. Et comment oublier les fêtes hip hop de IAM, de Passi ou du Ministère Amer ?

Et cette année, vous allez accueillir, au grand théâtre de La Coursive, le figure de proue de la chanson française, qui a chanté et fait chanter notre langue dans le monde entier. Sartre a écrit que vous avez " des millions dans la voix, des millions de poèmes ", chère Juliette Gréco. Je tiens à saluer votre présence exceptionnelle, Madame. Vous êtes une immense artiste et je suis très heureux que nous puissions découvrir ensemble, tout à l'heure, l'hommage qui vous est rendu dans la salle de l'arsenal. Vous êtes l'interprète de nos plus grands poètes. Et vous prêtez votre voix sans égale, accompagnée de vos musiciens et de Gérard Jouannest, aux auteurs et aux compositeurs de la nouvelle scène française, éclose sous le soleil de La Rochelle, et qui a pris une grande part à votre dernier album : Aimez-vous les uns les autres ou ¿ disparaissez. Car La Rochelle est le lieu où toutes les générations partagent leurs passions et leurs talents. Cela vaut pour la confrontation entre les jeunes artistes et les plus prestigieuses figures de la chanson française et francophone. Cela vaut aussi pour les nouveaux publics et pour les jeunes publics. Ils viennent à La Rochelle. Et vous allez aussi à leur rencontre, en aidant les enseignants à faire découvrir à leurs élèves le magnifique répertoire de la chanson francophone. Ainsi, le Chantier des Profs réunit, à l'occasion d'une session du Chantier des Francos, une trentaine d'acteurs de l'éducation artistique.

Le CD/livret " Les Enfants de la Zique ", qui sera diffusé en octobre dans toute la France, est une autre opération exemplaire de l'éducation artistique et culturelle telle que je la conçois, ouverte à tous, et permettant aux enfants et aux adolescents d'accéder à notre patrimoine vivant. Je suis heureux de lui apporter le soutien du ministère de la culture et de la communication.

Si le succès des Francofolies me tient personnellement à c¿ur, c'est parce qu'il est exemplaire du rayonnement international de notre culture et de sa contribution au dialogue des identités, plus que jamais nécessaire aujourd'hui. Non seulement chez nos voisins de Genève, de Spa, et de Berlin, mais aussi à Blagoevgrad, en Bulgarie, et jusqu'à Montréal, Buenos-Aires et Santiago-du-Chili.

Je me félicite que la 21ème édition des Francofolies, brillante et fidèle à sa tradition, accueille tous les genres et tous les talents de la chanson, avec Mickey 3D, Camille, Mano Solo, Bernard Lavilliers, jusqu'aux scènes les plus alternatives, avec Tiken Jah Fakoly, DJ Science et Big Red, ou Lord Issa. Il m'est évidemment impossible de citer tout le monde. Je me réjouis, pour ma part, de faire ce soir, avec vous tous, " la fête à Bernard Lavilliers ".

Je souhaite bon vent aux Francos !


Je vous remercie.


(Source http://www.culture.gouv.fr, le 13 juillet 2005)

Rechercher