Déclaration de M. Nicolas Sarkozy, ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire et président de l'UMP, sur les mesures spécifiques de prévention de la délinquance en faveur de La Courneuve (93), notamment le projet d'ouverture d'une école de formation de police des "cadets de la République" au sein d'un lycée dès la rentrée 2005, La Courneuve le 28 juillet 2005. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Nicolas Sarkozy, ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire et président de l'UMP, sur les mesures spécifiques de prévention de la délinquance en faveur de La Courneuve (93), notamment le projet d'ouverture d'une école de formation de police des "cadets de la République" au sein d'un lycée dès la rentrée 2005, La Courneuve le 28 juillet 2005.

Personnalité, fonction : SARKOZY Nicolas.

FRANCE. Ministre d'État, ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire ; FRANCE. UMP, président

ti : Je reviens vous voir comme je l'avais promis il y a un mois. A la fois pour vous tenir au courant des résultats obtenus en matière de sécurité, mais aussi des actions menées en direction des habitants de La Courneuve.

Vous devez pouvoir vivre ici autrement, et l'image de la cité doit changer elle aussi pour que ses habitants n'en souffrent plus.

Le retour à l'ordre est indispensable, non négociable et sans lui rien ne se fera.

Le 28 juin, un commissariat de secteur a ouvert ses portes, dans la cité des 4000, dans un local mis à disposition par la commune. Les effectifs de police ont progressé de 10 éléments depuis le début de l'année et s'élèvent à 145 policiers et 8 adjoints de sécurité. Tous les départs prévus cette année seront remplacés. Nous étudions également le projet d'installation de l'unité canine départementale dans le parc départemental de la Courneuve.

On pourrait annoncer comme une bonne nouvelle que la délinquance de voie publique a reculé de 10 % depuis le début de l'année. Preuve s'il en était que tout ceci n'est pas suffisant, le drame du dimanche 19 juin que nous n'oublierons pas.
Au delà de la sécurisation de la circonscription de la Courneuve, nous avons effectué un travail ciblé depuis six semaines sur la cité des 4000. Au total, 17 opérations de contrôle et de sécurisation ont été menées sur le secteur depuis deux mois. Elles ont concerné les transports en commun, les débits de boisson, les abords des établissements scolaires, les caves et les parties communes des immeubles. Elles ont permis l'interpellation de 101 individus. Une compagnie républicaine de sécurité assure une présence visible et permanente au sein de la cité. Je voudrais donc que l'on cesse de parler d'effet d'annonce. Ce qui est en jeu ici est grave, nous le prenons très au sérieux et nous y travaillons tous les jours. Le groupe local de traitement de la délinquance a été installé le 1er juillet dernier à la Courneuve. La première réunion de travail sous la présidence du Procureur se tiendra demain.

Des résultats ont déjà été obtenus pour faire reculer la violence, mais nous continuerons jusqu'à ce que la vie redevienne possible ici pour tous.

Et pour cela bien sûr nous travaillons activement à la prévention de la délinquance. Cette action emprunte des chemins très différents.

Le cadre de vie est une chose essentielle.

Je suis heureux de ce que les deux familles Hammache viennent d'accepter notre proposition de 2 appartements situés à Drancy. Bien sûr cela ne réparera pas leur malheur. Mais il était trop difficile pour eux de rester ici.

Pour tous ceux qui vivent ici la vie doit devenir décente, normale. Des efforts importants vont être consentis par l'Agence Nationale de Rénovation urbaine sur le dossier de la Courneuve.

Deux réunions techniques ont permis de dégager,parmi les orientations, une mesure très importante que pourrait valider le conseil d'administration : un accord pour un taux dérogatoire d'intervention de l'Agence à hauteur de 60%, au lieu de 40%, taux de droit commun.

L'été doit pouvoir être un peu plus souriant lorsque l'on ne quitte pas La Courneuve. J'ai pu obtenir pour l'été 2005 des crédits exceptionnels "Ville-Vie-Vacances" pour un montant de 150. 000 euros dont 102. 350 euros ont déjà été attribués sur des projets concrets :- formation au permis de conduire- activités culturelles, sportives et éducatives- formation linguistique- ateliers et sorties pour les femmes- - cinéma en plein air¿. . L'attribution du solde de 47650 euros est en cours. Toutes ces activités ont démarré et vont le faire au cours de l'été 2005.

L'école, maintenant.

Le Recteur de l'Académie nous informe qu'il est disposé à faire bénéficier par anticipation, et cela dès la rentrée 2005, des critères dont bénéficient les établissements classés en ZEP en termes de ratio d'effectifs (nombre limité d'élèves par classes) et d'enseignants, les deux collèges seront "Saint-Exupéry" et "Paul Doumer" conformément au souhait du Maire de La Courneuve.

Monsieur le maire, vous le souhaitiez, nous le faisons.

Il y aura aussi un renforcement général de l'encadrement pédagogique pour la rentrée scolaire 2005, avec la création de 198 postes d'assistants pédagogiques en Seine-Saint-Denis, dont 90 affectés dans le bassin Plaine Commune dont fait partie La Courneuve : ce sont des étudiants de niveau bac+2 qui assurent des fonctions de répétiteurs, et l'octroi d'une dotation d'heures supplémentaires aux enseignants qui s'investiront en faveur des lycéens de la Courneuve.

Je veux dire aussi quelques mots de l'internat scolaire, qui est un sujet très important.

Afin d'avoir une réponse concrète dès la rentrée scolaire 2005, je veux que soit retenue l'idée d'un "internat scolaire", ouvert aux élèves rencontrant des difficultés matérielles pour travailler mais ayant la volonté manifeste de " s'accrocher ". Il s'agira de proposer un lieu d'accueil, permettant un travail scolaire dans de bonnes conditions, ouvert après les cours. Ce projet est envisagé au niveau d'un collège et d'un lycée.

Les établissements retenus seraient le collège Raymond Poincaré et le lycée Jacques Brel : 2 études d'une vingtaine d'élèves chacune seront organisées, l'une au collège, l'autre au lycée, soit 40 élèves :
- Pour les lycéens, l'étude durerait de 18h30 à 20h30,
- Pour les collégiens, elle durerait de 17h à 19h.

Les besoins horaires s'élèvent au total à 40h hebdomadaires, soit 20h pour chaque établissement, qui seraient confiées à deux personnels de surveillance.

Le directeur de cabinet du Ministre de l'Éducation Nationale a donné ses instructions au recteur pour qu'il n'y ait pas de difficulté d'encadrement à la rentrée de septembre 2005. Cet internat pourra préfigurer la mise en place d'un internat " urbain".

Je veux aussi faire un bilan des opérations menées pour l'emploi, sujet évidemment majeur :

Tout d'abord, le bilan des Offres des entreprises que nous avons sollicitées.

Au 25 juillet, 21 entreprises et structures se sont mobilisées sur cette opération, et je veux les en remercier.
257 embauches directes ont été recueillies dont 158 à pourvoir immédiatement et 99 à formaliser en septembre 2005 ;
45 à 65 contrats en alternance sont à pourvoir immédiatement et 26 en septembre 2005 ;
156 places de parcours d'insertion (il s'agit de passerelles entreprises) sont proposées : 19 immédiatement et 137 en septembre 2005.

Ensuite, la mise en relation et le Suivi des demandeurs d'emploi par l'ANPE :
410 convocations (2 convocations par jeunes en moyenne) ont été adressées aux 226 jeunes demandeurs d'emplois et donc inscrits - je dis inscrits car beaucoup ne le sont pas !
Au total 98 jeunes ont été reçus par l'ANPE depuis le début de l'opération (le 27 juin). Plus de 200 propositions d'emploi effectif vont être faites à ces jeunes. D'ailleurs, certains postes ont déjà été pourvus.
71 prestations de services ont également été mises en ¿uvre, il s'agit essentiellement d'ateliers de préparation aux entretiens d'embauche et d'accompagnement à la recherche d'emploi.
12 jeunes ont été orientés en formation qualifiante : aide-soignante, électricien, technicien, bureautique. . .

A terme, 513 jeunes pourront se voir proposer une solution en terme d'emploi ou d'insertion. Les procédures de recrutement sont en cours.

Ce bilan est donc très loin d'être négligeable. Il va s'enrichir encore car ces opérations se poursuivent.

Enfin, je voudrais évoquer un sujet qui me tient à c¿ur : celui des cadets de la République.

Dans le cadre du nouveau dispositif de recrutement des cadets de la République, dès la prochaine rentrée scolaire, la Seine-Saint-Denis a été retenue pour abriter une école de formation, au sein du Lycée Denis Papin de La Courneuve- sous réserve de l'accord du Conseil d'Administration et des enseignants de l'établissement-, pour 20 cadets pour la prochaine rentrée - c'est un droit de tirage " accordé par le Ministère de l'Intérieur.

Il a été décidé de concentrer le recrutement sur les deux quartiers " pilotes " du département : Orgemont à Epinay-sur-Seine et La Roche des Vents à Aulnay-sous-Bois et sur la commune de La Courneuve. Les 3 maires ont été personnellement contactés. Monsieur le maire, vous nous avez déjà fait parvenir une liste de 13 noms.

Le jury de recrutement se réunit le 27 juillet, et parmi les 20 " cadets " qui seront retenus, une part sera réservée aux jeunes de La Courneuve. La formation débutera en septembre prochain.
Cette opération a une valeur d'exemplarité très forte à mes yeux. La police nationale est un creuset d'intégration pour les jeunes.

Voilà ce que je voulais vous annoncer, quatre semaines après ma visite. Bien sûr, tous les problèmes ne sont pas résolus, mais autour de tous ces efforts, qui sont sans précédent, est en train de se créer une dynamique positive. Nous veillerons à ce qu'elle aille beaucoup plus loin encore. Encore une fois, notre but ne sera atteint que lorsque l'on n'aura plus envie de quitter La Courneuve. On a le droit de pouvoir vivre ici comme partout ailleurs en France.


(Source : http ://www. interieur. gouv. fr, le 28 juillet 2005)

Rechercher