Déclaration de M. Dominique Perben, ministre des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer, sur l'achèvement de la première phase des travaux du Viaduc de la Moselle sur la ligne à grand vitesse Est européenne, Viaduc de la Moselle le 24 octobre 2005. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Dominique Perben, ministre des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer, sur l'achèvement de la première phase des travaux du Viaduc de la Moselle sur la ligne à grand vitesse Est européenne, Viaduc de la Moselle le 24 octobre 2005.

Personnalité, fonction : PERBEN Dominique.

FRANCE. Ministre des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer

Circonstances : Inauguration du Viaduc de la Moselle le 24 octobre 2005

ti : Messieurs les Présidents,
Mesdames et Messieurs les Maires,
Mesdames et Messieurs les Elus,
Mesdames et Messieurs,


Je suis particulièrement heureux de me trouver parmi vous, à la suite de cette visite du Viaduc de la Moselle, le plus long de la ligne à grande vitesse Est européenne, avec ses 1 510 mètres, pour célébrer dignement la fin des travaux de Génie civil de cette ligne à grande vitesse Est européenne.

Le viaduc de la Moselle, c'est en effet un beau symbole de la Ligne à Grande Vitesse Est européenne :
- c'est d'abord un formidable chantier.
- c'est ensuite un modèle d'intégration environnementale.
- c'est enfin un lien entre deux rives.

Ce chantier, qui a commencé en janvier 2002, progresse à un rythme soutenu. Les lots de Génie civil sont réceptionnés, les ouvrages d'art, plus d'un par kilomètre, sont d'ores et déjà terminés.

Comment ne pas être impressionné par ces travaux de Titans : plus de 80 millions de mètres-cube de terres déplacés, 335 ouvrages d'art, 1.288 kilomètres de rails, plus de trois millions de tonnes de ballast, un million de traverses !

Toutes celles et tous ceux qui ont participé, qui participent encore à ce chantier peuvent être fiers des fruits de leurs efforts conjugués. Je tiens à leur exprimer à tous ma plus profonde admiration.

Je félicite Réseau Ferré de France, le maître d'ouvrage, dont c'est le premier chantier de ligne à grande vitesse, la SNCF, vous, Mesdames et Messieurs les élus, qui avez apporté votre soutien tout au long de la préparation du projet, ainsi que tous ceux qui participent à cette fabuleuse aventure :
- les entreprises de construction,
- les bureaux d'études,
- les paysagistes,
- les services de l'Etat,
- mais aussi les simples citoyens, les associations qui se sont formées et qui ont contribué à améliorer au fil des jours cette réalisation.

Je remercie aussi tout particulièrement nos partenaires des collectivités territoriales et le grand Duché de Luxembourg. Grâce à leur mobilisation financière, ils ont contribué de manière décisive à ce résultat.

Ces grands travaux représentent, très concrètement, des emplois pour les régions concernées. Non seulement pour l'exécution des travaux eux-mêmes : sur six ans, ils auront permis de créer 10.000 emplois par an, ce qui revient à la création de 63.000 emplois pendant la seule période du chantier.

Mais aussi parce qu'ils vont induire des créations d'entreprises, de services, dans l'ensemble des régions traversées par la ligne.

L'activité des entreprises de construction connaît donc actuellement une forte augmentation. Mais l'ensemble des autres secteurs économiques de l'Est de la France va profiter de cette formidable opportunité.

Ce qui est en train de se réaliser ici, c'est la concrétisation d'un idéal de Progrès, auxquels croient le Premier Ministre et le Gouvernement.

La France parachève, ici, avec dynamisme, foi en l'avenir, et hauteur de vue, les bases de son ouverture au monde et à l'Europe : pas uniquement vers l'Est, mais aussi en rapprochant l'Europe de l'Ouest et du Sud de l'Europe de l'Est. Ce réseau de lignes à grande vitesse va multiplier les interconnexions, avec une contribution majeure de la SNCF.

Elle rapproche aussi les Français les uns des autres. Elle lie plus encore ses territoires entre eux, au bénéfice de ses populations.

Elle va permettre à tous nos concitoyens d'améliorer leur qualité de vie, de gagner de la liberté sur le temps et sur l'espace.

Elle prépare durablement, pour nos générations et pour celles qui les suivront, un avenir qui facilitera notablement les échanges culturels et les relations entre les hommes.

La mise en service de cette ligne favorisera enfin, j'en suis convaincu, comme cela s'est vérifié avec le TGV Méditerranée, l'éclosion de dynamiques nouvelles
:
- ces dynamiques nouvelles, vous aurez, Mesdames et Messieurs les élus, à les accompagner, que ce soit en termes de développement urbain autour des gares, d'actions économiques en faveur des entreprises, ou encore d'amélioration des transports de rabattement.
- car cette Ligne à grande vitesse, c'est une réduction des temps de parcours avec Paris et une mise en réseau de nos grands centres économiques.
- ce sont des quartiers entiers en centre ville qui se métamorphosent pour accueillir le TGV.
- ce sont des retombées touristiques.

Lorsque ces objectifs deviendront des réalités, c'est à dire dans vingt mois maintenant, notre investissement commun sera alors pleinement valorisé.

Ce chantier est ensuite exemplaire par son intégration dans l'environnement.

Résultat de l'alliance exemplaire des architectes, des paysagistes et des techniciens, le Viaduc de la Moselle s'intègre parfaitement dans son environnement au terme d'une large concertation, avec :
- de nombreuses plantations le long de la ligne,
- des passages aménagés pour la grande faune,
- une protection de la qualité des eaux souterraines et de surface.

Je sais combien, chacun à son niveau, services de l'Etat, associations, simples citoyens, ont ¿uvré pour que cette ligne allie une haute technicité, à la sauvegarde de notre patrimoine environnemental.

Je salue la volonté exigeante de RFF de respecter au mieux les sites traversés, conformément aux engagements de l'Etat, que ce soit en termes de paysage, de protection des milieux naturels, de la faune, de la flore, ou bien encore du patrimoine aquatique.

Enfin, cette ligne va redessiner la carte de la France et de l'Europe : Strasbourg ne sera plus qu'à deux heures et 20 minutes de Paris, Reims à 45 minutes, les TGV d'interconnexion permettront, par exemple, de mettre Nantes ou Lyon à moins de 4 heures de la gare Lorraine.

A l'image de la Moselle, qui arrose l'Allemagne, le Luxembourg et la France, la mise en service de la première phase placera la France au c¿ur de l'Europe. Elle va améliorer considérablement la qualité des relations franco-luxembourgeoises et franco-allemandes par le chemin de fer.

Avec les nouvelles dessertes TGV de Luxembourg, Sarrebruck, Karlsruhe, Mannheim, Francfort, Stuttgart, Munich, Bâle, Zurich : la place de Strasbourg comme capitale européenne sera ainsi considérablement renforcée.

Conscient des enjeux et de vos attentes locales vis à vis de la 2ème phase du projet, je vous confirme mon souhait que les travaux soient engagés le plus rapidement possible, dans la foulée de cette 1ère phase.

Aussi, j'espère que les collectivités locales continueront à participer, aux côtés de l'Etat et de RFF, à financer ce grand projet.

Réunir les financements nécessaires était, vous le savez, le sens de la mission que mon prédécesseur avait confiée à Claude LIEBERMANN. J'ai souhaité que les conclusions de cette mission se traduisent au plus tôt dans les faits.


Soyez remerciés, Mesdames et Messieurs les Représentants des Collectivités locales, d'avoir participé, aux côtés de l'Etat, de RFF et de la SNCF, au financement de ce grand dessein.

C'est en nous mobilisant encore, en unissant nos volontés et nos moyens, que nous parviendrons à transformer l'essai réussi de la 1ère phase !


(Source http://www.equipement.gouv.fr, le 25 octobre 2005)

Rechercher