Déclaration de M. Dominique Perben, ministre des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer, sur l'action du ministère en faveur des transports, ferroviaire, maritime et routier et sur l'amélioration de la sécurité, paris le 4 novembre 2005. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Dominique Perben, ministre des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer, sur l'action du ministère en faveur des transports, ferroviaire, maritime et routier et sur l'amélioration de la sécurité, paris le 4 novembre 2005.

Personnalité, fonction : PERBEN Dominique.

FRANCE. Ministre des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer

Circonstances : Fête des transports au Grand Palais à Paris le 4 novembre 2005

ti : Monsieur le Président de l'association Transports Passion,
Mesdames et Messieurs les Membres de cette association,
Mesdames et Messieurs les directeurs des entreprises partenaires de cet événement,
Mesdames et Messieurs,


Je me réjouis de me trouver aujourd'hui parmi vous, à l'occasion de l'inauguration de cette première Fête des Transports. C'est une vraie Première, car elle n'a jamais eu de précédent.

·* Vous nous aviez, cher Gérard FELDZER, donné déjà l'occasion d'admirer sur les Champs Elysées, des avions et des trains. Le public était au rendez-vous.

·* Aujourd'hui, avec tous les bénévoles qui sont à vos côtés, vous réussissez le pari d'organiser cet événement au Grand Palais. Je souhaite vous rendre hommage, en considérant ce matin le résultat magnifique de tant d'enthousiasmes.

·* Le Grand Palais est le symbole de "la Belle Epoque", de son audace, de son sens de la modernité et de son optimisme.

·* Pas seulement par la prouesse architecturale et technique que constituait, à l'époque, cette étonnante voûte de fer et de verre. Les deux quadriges de cuivre de Georges RECIPON, qui se lancent dans le vide, étaient aussi l'expression d'une énergie, d'une volonté et d'une Foi dans le Progrès, qui furent le reflet de cette époque : c'est en 1900 qu'on inaugure à Paris la première ligne de métro, c'est en 1900 que l'industrie automobile prend son essor, c'est en 1900 que se généralise l'utilisation

·* C'est ici même, au Grand Palais, que se déroulèrent le Salon de l'Automobile en 1901, le Salon de l'Aviation en 1908, puis, plus tard, le premier Salon du Nautisme.

·* 100 ans après, que de chemin parcouru ! Les transports représentent pour moi la plus grande aventure des hommes. Le propre de cette aventure, c'est qu'elle se renouvelle sans cesse, qu'elle est source d'une inépuisable créativité. Les pionniers de l'avenir élaborent les projets d'aujourd'hui, qui deviendront notre patrimoine de demain.

·* La mise en scène très réussie de cette exposition met aussi en valeur la dimension esthétique des transports : le voyage représente le rêve. Ce rêve s'exprime par l'utilisation de techniques. Mais il est aussi une quête de beauté, que l'on retrouve dans les bateaux, les avions, les automobiles, les trains, les gares, les grands ouvrages que sont les ponts, les routes, les autoroutes. Le design, dans les transports, participe également de cette recherche de la beauté et d'une forme de bonheur.

·* Cette aventure continue aujourd'hui : l'action de mon ministère en est le reflet.

Nous venons de lancer en même temps la construction de trois lignes à grande vitesse ! Je viens d'inaugurer la réception des travaux de génie civil de la ligne à grande vitesse Est Européenne : ces travaux de Titans représentent plus de 80 millions de mètres-cube de terre déplacés, 335 ouvrages d'art ! En juin 2007, Paris sera à 2h20 de Strasbourg, et les réseaux de lignes ferroviaires à grande vitesse vont unir l'Europe.

Les techniques actuelles de construction nous permettent de creuser un tunnel de 53 km dans les Alpes, qui va relier Lyon et Turin par la voie ferrée. Nous pourrons ainsi reporter massivement le transport des hommes et des marchandises de la route vers le rail.

Les autoroutes ferroviaires et les autoroutes de la Mer illustrent également deux conceptions novatrices du transport, où la France aura à jouer un rôle éminent pour l'avenir en Europe.

Mettre des camions sur des trains ou dans des bateaux, cela concilie à la fois efficacité économique et efficacité pour notre environnement.

Dans le domaine routier, c'est une liste de 94 chantiers principaux que vient de confirmer le Comité Interministériel pour l'Aménagement du Territoire. Ils feront appel, de plus en plus souvent, à des partenariats public-privé, qui décuplent notre puissance d'aménagement et de construction. Nous renouons là avec des techniques de financement qui ont permis la création des grandes infrastructures de transport dans la deuxième moitié du 19ème siècle, en alliant l'effort public et l'effort privé.

C'est sur ce principe que vient d'être réalisé le Viaduc de Millau, une ¿uvre admirable, à la hauteur du site des Causses aveyronnaises, que les générations futures pourront admirer, comme nous admirons le Grand Palais aujourd'hui, en se disant : "C'était cette époque -là !".

Enfin, la Mer, qui a fondé notre culture, nos valeurs, est essentielle pour nos échanges économiques et commerciaux. Les trois quart d'entre eux sont effectués par la voie maritime.

Notre flotte de commerce est l'une des plus modernes au monde, avec une moyenne d'âge de 8 ans.

Le secteur des transports maritimes est aussi indispensable pour assurer les liaisons de cabotage entre nos ports, pour moderniser les services portuaires, assurer la desserte de nos îles et permettre la découverte du littoral. Je suis très attentif à la mise en ¿uvre des mesures prises en 2005 pour développer la compétitivité des armements français, et pour soutenir les métiers et les emplois maritimes.

·* Le deuxième volet de cette exposition est consacré au respect de l'environnement. Je vous en félicite, car je suis persuadé que le défi des transports de demain, c'est l'environnement.

Les problèmes liés à la congestion, aux émissions polluantes, aux économies d'énergie, au réchauffement climatique sont désormais des préoccupations majeures de nos concitoyens. Mon engagement personnel, comme Ministre des Transports, est de concilier croyance dans le progrès technologique et scientifique, et respect de l'environnement.

Le secteur des transports s'est structuré dans l'illusion du pétrole inépuisable et bon marché. Ces temps-là sont révolus.

Il doit aujourd'hui évoluer avec l'exigence de développement durable et ne peut rester dépendant du pétrole à 97 %.

C'est pourquoi la réduction des émissions de gaz à effet de serre dans les transports doit être notre priorité numéro un. Pour cela, il faut jouer sur les comportements, accélérer le déploiement des technologies les plus propres et faciliter le développement des modes de transports les plus respectueux de l'environnement, chaque fois que cela est possible.

Mon ministère est tout entier mobilisé sur ces enjeux. Il faut mieux faire connaître au grand public les opportunités que représentent les biocarburants, le concept de "voiture propre", sur lequel m'interrogent beaucoup de nos concitoyens.

Dans le domaine de la lutte contre les pollutions, soulignons les progrès constants réalisés aussi bien sur les véhicules que sur les infrastructures : les voitures modernes sont beaucoup moins bruyantes que leurs lointaines ancêtres, les revêtements dits "acoustiques" des routes sont beaucoup plus silencieux. Nous progressons sur les dispositifs de protection à la source.

·* La notion de développement durable que vous déclinez dans cette exposition nous invite aussi à privilégier la sécurité :

- la sécurité maritime : les contrôles dans les ports et le suivi en mer renforcé des navires à risques, le suivi des routes maritimes par radars et surveillance aérienne, la détection et le déroutement systématique des navires à l'origine de dégazages en mer contribuent activement à la prévention des risques de collision ou de pollution au large de nos côtes.

- la sécurité aérienne, ensuite. Malgré les drames récents qui ont endeuillé notre pays, jamais l'avion n'a été un mode de transport aussi sûr, au regard du nombre de personnes transportées.

Pour autant, nous devons poursuivre nos efforts au niveau européen et mondial pour renforcer les outils de coopération en matière de sécurité. Je m'y suis employé en parcourant les capitales européennes depuis trois mois. La France est aujourd'hui à la pointe de ce combat dans les instances internationales.

- Enfin, la Sécurité routière : sécurité des véhicules eux-mêmes, mais aussi sécurité sur les routes, par une plus grande responsabilité de ses usagers.


Si la route reste aujourd'hui le mode de transport dominant, la Sécurité routière, déclarée cause nationale par le Président de la République depuis 2002, a connu des avancées considérables : la baisse de l'accidentalité est flagrante, avec une chute du nombre des tués et des blessés, entre 2002 et 2005, la plus rapide jamais enregistrée jusqu'à lors.

Parmi les points prioritaires qu'il nous reste pourtant à améliorer figure la question des deux roues. Ils représentent un mode de transport quotidien de plus en plus fréquemment choisi par les citadins français, avec une explosion du nombre des grands scooters en circulation. C'est un phénomène de société que nous devons mieux prendre en compte, tant pour ce qui concerne la circulation que le stationnement.

Je juge par ailleurs inacceptable que la part d'accidentalité ne cesse de croître chez les motocyclistes, et que le nombre de jeunes de 18 à 24 ans tués sur les routes continue d'augmenter.

Comptez sur moi pour favoriser l'avènement d'une culture citoyenne de la Sécurité routière, en encourageant l'émergence de comportements responsables et respectueux des autres.

·* Le développement durable, c'est aussi la solidarité. Elle doit s'exercer pour les handicapés. Le handicap est en effet la première cause de discrimination en France. Nous ne devons pas l'accepter. J'ai rappelé hier, lors d'un colloque sur le recrutement et l'insertion des travailleurs handicapés dans mon Ministère, que tout sera fait pour que les infrastructures de transports garantissent dans notre pays un accès exemplaire aux handicapés.

La solidarité concerne aussi l'assistance aux personnes en danger.

Je sais que l'Association des Sauveteurs en Mer, l'Association Sans Frontières, et de nombreuses autres associations bénévoles participent à cette Fête des Transports, et contribuent à son succès.

En choisissant de donner votre temps et votre énergie pour voler au secours de celles et ceux qui souffrent, vous apportez une pierre essentielle à la cohésion de notre nation, vous illustrez une conception généreuse et humaine des transports. Soyez-en remerciés.

·* L'un des aspects les plus passionnants et les plus originaux de cette manifestation concerne les nouvelles technologies, et les métiers des transports. Je vous suis reconnaissant de rendre ces problématiques accessibles au grand public, et de mieux faire connaître ces métiers anciens et nouveaux :

- Les transports sont un moteur puissant pour la recherche, qui puise dans toutes les disciplines scientifiques.

Ce volet de la Fête des Transports me paraît parfaitement réussi sur ce point, avec des simulations étonnantes, comme cette possibilité offerte aux visiteurs de faire entrer un cargo dans un port.

Quelles belles illustrations de l'inventivité humaine que toutes ces réalisations novatrices dans le domaine des transports : l'automobile, les aéronefs, le TGV¿ et quel talent de la part des ingénieurs et des concepteurs français dans ces domaines, des frères Montgolfier aux pères de l'A380 !

La Fête des Transports est une occasion unique de célébrer cette inventivité, à la fois source de liberté et de richesse.

- Enfin, nous prenons conscience ici que les transports génèrent des centaines de milliers d'emplois dans notre pays.

En lançant de grands travaux d'aménagement d'infrastructures routières, ferroviaires et portuaires, le Gouvernement crée des emplois directs et indirects.

Dans le domaine des travaux publics, par exemple, on ne peut pas stocker la production. Le carnet des commandes de demain, c'est donc les emplois d'aujourd'hui.

Les transports, cela représente aussi, tous secteurs confondus, plus de 800 000 emplois directs.

Sans compter l'impact économique primordial des transports sur nos échanges commerciaux, sur le tourisme.


Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs,

·* Je vous félicite d'avoir pris l'initiative de cette Fête de tous les Transports et d'en avoir fait une manifestation aussi attrayante et aussi réussie, dans ce lieu emblématique.

·* Je souhaite que cette manifestation devienne le rendez-vous incontournable des Français avec leurs transports, et les 800.000 personnes qui y travaillent.

·* Les transports aujourd'hui représentent un défi nouveau, celui de concilier Progrès, amélioration de la qualité de la vie avec respect de l'environnement et du développement durable.

·* Pour y parvenir soyons plus responsables, plus solidaires, et restons inventifs. Ce sera la contribution de notre époque à l'aventure sans cesse renouvelée des transports, génération après génération.

·* Je vous donne donc rendez-vous l'année prochaine pour une deuxième édition de cette Fête des Transports, qui pourra bénéficier du savoir-faire de cette avant-première.

·* Comptez sur moi pour vous y aider !

(Source http://www.equipement.gouv.fr, le 9 novembre 2005)

Rechercher