Conseil des ministres du 25 août 2005. Les mesures prises par le Gouvernement face au risque d'extension de l'épizootie de grippe aviaire. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conseil des ministres du 25 août 2005. Les mesures prises par le Gouvernement face au risque d'extension de l'épizootie de grippe aviaire.

Personnalité, fonction : BERTRAND Xavier.

FRANCE. Ministre de la santé et des solidarités

ti : Le ministre de la santé et des solidarités a présenté une communication sur les premières conclusions des experts de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) sur les risques de contamination des élevages français par des oiseaux infectés par le virus de la grippe aviaire et les premières mesures engagées par le Gouvernement.

Depuis janvier 2004, des foyers de grippe aviaire à virus H5N1 sont apparus dans de nombreux pays d'Asie du Sud-Est causant la maladie et l'abattage de millions d'oiseaux d'élevage. Dans quatre pays (Thaïlande, Vietnam, Indonésie, Cambodge), plus d'une centaine de personnes ont été infectées par ce virus et plus de la moitié en sont décédées. Depuis juillet 2005, l'épizootie s'est propagée vers le Nord-Ouest et a touché des élevages de volailles en Mongolie, au Kazakhstan et en Sibérie. Le 19 août dernier, certaines informations ont fait état d'une propagation possible du virus à la Kalmoukie, région située au bord de la mer Caspienne.

Les ministres chargés de la santé et de l'agriculture ont immédiatement saisi l'AFSSA afin d'évaluer le risque d'expansion de l'épizootie vers l'Europe et de déterminer les mesures de protection des élevages avicoles à mettre en place. L'avis du comité d'experts de l'agence évalue à l'heure actuelle le risque d'expansion de l'épizootie vers la France comme faible en raison de l'absence de flux migratoires habituels d'Est en Ouest.

Dans le cadre du plan gouvernemental de lutte contre une pandémie grippale et compte tenu de l'avis de l'AFSSA, le Gouvernement se fixe trois objectifs : détecter au plus tôt les éventuels oiseaux malades ou porteurs du virus, protéger nos élevages domestiques de l'épizootie et éviter la transformation du virus en un virus transmissible d'homme à homme. Compte tenu du risque actuel, il a décidé immédiatement les mesures suivantes :

1.- La détection au plus tôt des oiseaux malades ou porteurs du virus : la surveillance et le dépistage tant des animaux sauvages que des élevages domestiques seront renforcés en lien avec les professionnels de l'agriculture, les chasseurs et l'Office national de la chasse et de la faune sauvage.

2.- La protection des élevages (volailles et gibier) :

- pour les élevages disposant d'un parcours en plein air (moins de 20 % des volailles françaises), les éleveurs seront invités à ne pas nourrir ni abreuver les animaux à l'extérieur ; des mesures supplémentaires de claustration ne sont pas nécessaires à ce stade ;

- pour les élevages fermés, les éleveurs seront invités à ne pas abreuver leurs animaux ni nettoyer leurs bâtiments avec des eaux provenant de plans d'eau extérieurs ;

- des études épidémiologiques complémentaires seront menées sur les oiseaux migrateurs et les volailles élevées en plein air.

3.- Pour éviter la transformation du virus en un virus transmissible d'homme à homme, il sera recommandé à tous les professionnels de la filière avicole au contact des animaux de se vacciner contre la grippe saisonnière " habituelle ".

4.- Enfin, la France développera ses initiatives au plan international.

Rechercher