Déclaration de M. Jacques Chirac, Président de la République, sur l'accident aérien au Vénézuela avec 152 victimes françaises, Le Lamentin le 24 août 2005. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Jacques Chirac, Président de la République, sur l'accident aérien au Vénézuela avec 152 victimes françaises, Le Lamentin le 24 août 2005.

Personnalité, fonction : CHIRAC Jacques.

FRANCE. Président de la République

Circonstances : Hommage national aux victimes de la catastrophe aérienne survenue au Vénézuela, Le Lamentin (Martinique) le 24 août 2005

ti : Mes chers compatriotes de Martinique,


Ici à Fort-de-France sur cette terre de Martinique profondément meurtrie par la tragédie, nous sommes rassemblés toutes et tous, dans un moment d'émotion très forte et de recueillement très intense.

Mes pensées vont d'abord vers chacune de celles et chacun de ceux qui ont été des victimes de ce destin tragique et c'est le coeur serré que je m'incline profondément devant la douleur immense des familles et des proches.

Je pense à ces villages, à ces villes, à ces familles qui ont été frappés par la tragédie, ici mais aussi ailleurs en Métropole Outre-mer par les liens familiaux et au nom de toutes les Françaises et de tous les Français, je voudrais leur dire la solidarité profonde et la compassion de la nation tout entière.

Je voudrais aussi les assurer que tout sera fait avec les autorités régionales et nationales, et avec les autorités vénézuéliennes que je tiens à remercier pour leur coopération. Tout sera fait pour que la lumière soit faite sur les circonstances et les responsabilités de cette épouvantable tragédie.

Aujourd'hui, la nation est rassemblée dans l'émotion, dans le recueillement. Elle l'est ici, à Fort-de-France, elle l'est à Paris, à Notre-Dame, elle l'est sur l'ensemble du territoire, métropole ou outre-mer et aussi, je peux en apporter le témoignage partout dans le monde. Et je tiens à signaler l'immense nombre de témoignages qui me sont parvenus de la part de la plupart des pays de la planète.

Aujourd'hui, le coeur de chaque Française, de chaque Français bat à l'unisson de celui de leurs frères et de leurs soeurs martiniquais.

La France est en deuil, elle est meurtrie dans sa chair.

Devant cette épreuve, la France exprime sa compassion, sa douleur, son attachement à la Martinique, aux Martiniquaises et aux Martiniquais meurtris, sa solidarité, en un mot, sa fraternité.

Rechercher