Déclaration de M. François Chérèque, secrétaire général de la CFDT, sur les propositions d'action de la CFDT en faveur de l'intégration sociale et contre la discrimination à l'embauche, Paris le 22 novembre 2005. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. François Chérèque, secrétaire général de la CFDT, sur les propositions d'action de la CFDT en faveur de l'intégration sociale et contre la discrimination à l'embauche, Paris le 22 novembre 2005.

Personnalité, fonction : CHEREQUE François.

FRANCE. CFDT, secrétaire général

Circonstances : Rencontre entre M. Jacques Chirac, président de la République, et les partenaires sociaux suite à la récente vague de violences urbaines, à Paris le 22 novembre 2005.

ti : Après les évènements graves que vient de connaître la France, vous avez convié aujourd'hui les partenaires sociaux à se mobiliser sur la question de la diversité et de l'emploi des jeunes. Pour la CFDT, cette question est un enjeu de justice sociale, un enjeu majeur pour notre démocratie et notre cohésion sociale. Il ne peut y avoir de liberté et d'émancipation pour chacun sans égalité de traitement pour tous.

Face à une société qui laisse et continue de laisser des milliers de personnes à la porte des entreprises, conjuguant ainsi gâchis humain, accroissement des inégalités, glissement vers l?exclusion et révolte des plus jeunes, nous sommes tous concernés, nous devons tous nous mobiliser.

La violence qui s'est exprimée ces dernières semaines est venue de manière brutale et dramatique rappeler à tous les français les difficultés profondes que rencontrent nos concitoyens dans certains de nos quartiers. Ces réalités n'ont cessé depuis des années d'être analysées, auscultées, dénoncées sans que les fortes inégalités qui s'y développent ne reculent. Aujourd'hui personne ne peut être réellement surpris par cette explosion de violence.

Ce qui fait défaut sur ces questions, c'est un véritable consensus et une continuité de l'action au-delà des alternances politiques.

Ce qu'attendent nos concitoyens ce sont des choix, des actes et des résultats qui donnent espoir aux jeunes générations, quels que soient leur origine, leur lieu de vie, leur parcours scolaire, en leur montrant que l'égalité, la justice et la réussite ne sont pas des mots définitivement étrangers à leur vocabulaire mais bien des valeurs vivantes qui donnent force et sens à leur place dans la société.

Depuis plusieurs mois, vous le savez, la CFDT appelle à la réalisation d'un diagnostic avec tous les acteurs concernés, élus locaux, monde associatif, représentants des jeunes, organisations syndicales et patronales afin de construire ensemble un nouveau pacte social. Celui-ci doit permettre de tracer des priorités d'action qui se traduisent en mesures concrètes et débouchent sur des résultats tangibles pour les salariés et les citoyens, et en premier lieu pour les jeunes.

Pour la CFDT, il faut agir dans deux directions :
1) Des politiques publiques efficaces. Cela nécessite ? je l'ai dit ? continuité et consensus ;
2) L'engagement des partenaires sociaux, la CFDT veut y prendre toute sa place.

Tout d'abord, l'efficacité des politiques publiques pour éviter d'alimenter les situations d'exclusion et de se reposer tous les cinq ans les mêmes problèmes.

Pour la CFDT, les priorités d'action sont de quatre ordres.

? Favoriser l'éducation, la formation et l'entrée des jeunes dans la vie active :
- agir sur la formation initiale (socle commun, orientation, ZEP) ;
- mettre en place une allocation projet d'insertion pour les moins de 25 ans ;
- garantir l'égalité de traitement à l'égard des jeunes ;
- accompagner leur insertion dans l'emploi ;
Faciliter leur accès au logement ;

? Renforcer l'aide aux familles qui ont du mal à faire face seules aux difficultés d'éducation de leurs enfants et développer les politiques de prévention de la délinquance : l'État et les régions doivent venir en aide aux communes les plus en difficulté.

? Amplifier la politique de construction de logements. La CFDT est prête à continuer à s'investir sur cet enjeu comme elle le fait depuis des années. Et faire appliquer avec fermeté l'obligation de logement social dans toutes les communes.

? Soutenir l'emploi dans les zones franches. Exiger que les aides accordées aux entreprises qui s'installent dans ces zones soient assorties de contreparties en emploi avec l'embauche de personnes résidant dans ces localités.

Ensuite la responsabilité et l'action des partenaires sociaux.

La diversité n'est pas un handicap, elle est une richesse pour la société, pour l'économie et pour les entreprises à condition que nous ayons la capacité collective de donner à chacun les moyens de sa propre réussite.

Dans ce défi, les partenaires sociaux ont une responsabilité particulière à assumer.
- Parce que l'entreprise est à la fois un formidable outil d'intégration sociale et un lieu privilégié pour promouvoir le principe d'égalité.
- Parce que les organisations syndicales sont dans les entreprises, auprès des salariés et au c?ur des réalités de travail, elles peuvent et doivent agir sur ces questions. Le plus fort terrain sur le lequel la diversité doit s'imposer c'est celui de l'emploi et en particulier à l'égard des jeunes.

C'est à un triple défi que les partenaires sociaux doivent s'attaquer pour faire progresser la diversité notamment à l'égard des jeunes.

1- Faire reculer le racisme.
Certaines inégalités sont le résultat de la peur de l'autre et de sa différence, d'autres ont pour cause des actes de racisme clairement animés par des idéologies excluantes. Ces inégalités renvoient toutes à une condamnation sans appel et à un traitement judiciaire. L'action de la Halde permettra, nous le souhaitons, de réduire ces inégalités.

2 ? Construire une véritable égalité des chances.
Parce qu'aujourd'hui trop de personnes, trop de jeunes sont sans diplôme, sans qualification, sans expérience. Au sortir de l'école, tous ne sont pas à armes égales face l'emploi, beaucoup sont démunis pour évoluer dans leur parcours professionnel. Les réponses dans ce cas relèvent d'un renforcement de la promotion de l'égalité des chances et de l'insertion. Elles doivent prioriser l'employabilité des intéressés et en particulier des jeunes pour lesquels il faut mettre en place un suivi personnalisé.

3 ? Mettre en ?uvre l'égalité de traitement.
Enfin d'autres inégalités résultent des processus discriminatoires dans l'accès à l'emploi, la formation professionnelle et l'évolution professionnelle auxquels sont confrontés notamment certains jeunes. Ces obstacles relèvent d'actes banalisés et complexes qui nécessitent à la fois une modification des procédures de recrutement et d'évolution professionnelle mais aussi un changement de comportement des acteurs sociaux.

Ces trois thèmes constituent pour la CFDT les piliers d'une action cohérente sur l'emploi, ils constituent la base sur laquelle nous voulons engager la négociation sur la diversité avec le patronat. Pour être pleinement efficace, cette démarche doit se décliner dans toutes les branches et dans les entreprises. Elle doit aussi être mise en ?uvre dans le secteur public. L'Etat doit sur cet enjeu montrer l'exemple.

Nous sommes face à un défi collectif, c'est la responsabilité de tous qui est engagée. L'échec ou l'insuffisance des politiques publiques ne saurait masquer les responsabilités propres des partenaires sociaux. La CFDT est prête à s'engager comme elle l'a fait dans nombre d'entreprises.

Rechercher