Déclaration de M. Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la culture et de la communication, sur le développement de la télévision numérique terrestre, Paris le 2 mars 2006. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la culture et de la communication, sur le développement de la télévision numérique terrestre, Paris le 2 mars 2006.

Personnalité, fonction : DONNEDIEU DE VABRES Renaud.

FRANCE. Ministre de la culture et de la communication

Circonstances : Forum TV Mobile orgnaisé par le ministère de l'industrie à Paris le 2 mars 2006

ti : Monsieur le Ministre, Cher François Loos,
Mesdames, Messieurs,
Chers Amis,


Je tiens tout d'abord à vous remercier, cher François Loos, de nous donner cette occasion de nous retrouver ensemble ce matin.
Depuis mon arrivée au ministère de la culture et de la communication, le développement des nouveaux services de télévision et les perspectives ouvertes par les nouveaux services de télévision sont spectaculaires. Les actions que nous lançons aujourd'hui doivent permettre de réunir les meilleures conditions pour le déploiement de ces nouveaux services.La télévision numérique de terre est aujourd'hui lancée en France depuis presque un an et rencontre un vif succès, avec près de deux millions de terminaux vendus. Grâce à la volonté conjointe des Pouvoirs publics et des acteurs économiques, elle se déploie rapidement et il est prévu que 85 % de nos concitoyens seront couverts par la TNT au printemps 2007, dont 65% dès octobre 2006.
Ce succès ne doit pas nous arrêter, mais nous encourager à aller encore plus loin, vers un accès général de tous nos concitoyens à ces services de télévision numérique. C'est pourquoi, comme l'a souhaité le Premier Ministre, le groupe de travail sur la couverture des services de la TNT, animé par le directeur du développement des médias et le directeur général du CSA, va poursuivre ses travaux.

Ce groupe devra faire des propositions :
? pour déterminer les moyens, tant techniques que juridiques, de consolider et d'étendre le déploiement de la TNT au-delà de la couverture initialement
prévue ;
? pour s'assurer des conditions de mise en oeuvre d'une offre gratuite par satellite, regroupant les chaînes en clair de la TNT.

Il convient de définir, par ailleurs, les conditions du lancement de la télévision de demain : je pense bien sûr en particulier à la haute définition et à la télévision mobile.

Cette priorité a été annoncée par le Président de la République, lors de ses voeux aux forces vives le 5 janvier dernier.

Il s'agit

de permettre à la télévision mobile et à la télévision haute définition, sans oublier l'internet mobile à haut débit, d'être rapidement accessible en France, d'ici mi-2007, afin que nous soyons les pionniers en Europe sur des technologies à très fort potentiel en termes d'emplois et de services ;
? de basculer de la télévision analogique à la télévision numérique, et cela de manière progressive et d'ici cinq ans ;

de définir une stratégie concertée pour l'utilisation des fréquences ainsi libérées ;

enfin, dans le respect de ces objectifs, d'adapter notre cadre juridique, en réformant la loi de 1986 relative à la liberté de communication. Je présenterai, au nom du Gouvernement, un projet de loi au Parlement en septembre prochain.

Il nous faut donc aller vite.

Très prochainement, je soumettrai à consultation publique, les projets de modifications législatives qui permettront au CSA de lancer sans attendre des appels à candidatures pour services, gratuits et payants, en haute définition sur la TNT, ainsi que des services de télévision mobile. Il s'agit bien de permettre l'existence de ces deux types de services, sans attendre la fin de la diffusion analogique, et j'ai bon espoir que le CSA trouve des fréquences supplémentaires pour ce faire.

Ces modifications devront aussi permettre d'organiser la fin de la diffusion analogique.

Ce sera également l'occasion de se pencher sur le cas des services non linéaires, comme les appelle la Commission européenne, et notamment de prévoir le principe de leur contribution à la promotion de la diversité culturelle.
Les délais qui nous sont impartis sont courts et votre implication est un gage de réussite. Je salue, dans cette perspective, et parce que les forces vives que vous incarnez permettront d'éclairer les décisions qui seront prises, la tenue de ce Forum de la télévision mobile.
Les expérimentations de télévision mobile, permises grâce au Conseil supérieur de l'audiovisuel et à votre forte implication, ont démarré depuis quelques mois. Et, déjà, les premiers retours d'expérience montrent combien ce service rencontre son public et combien les usagers se l'approprient.

Le déploiement commercial de tels services sur une grande échelle exigera des efforts importants, auxquels l'ensemble des plates-formes techniques, terrestres ou satellites, pourraient contribuer.
Enfin, ces services répondent à de nouveaux usages et à de nouveaux besoins, par des programmes adaptés, qui portent des enjeux de premier plan :

- des enjeux internationaux pour les industries culturelles, qu'il s'agisse de la production audiovisuelle, cinématographique, musicale ou multimédia. Je suis convaincu en effet, que c'est par l'attractivité des contenus que la télévision mobile rencontrera le succès. Tous les talents sont appelés à y participer et les emplois qui seront créés dans ces industries conforteront notre maîtrise des technologies et notre politique culturelle ;
- des enjeux industriels forts, puisque la fourniture de ces nouveaux services suppose le déploiement de nouvelles infrastructures de réseaux et l'équipement des ménages en terminaux ;
- des enjeux enfin, sur la place de la France et de l'Europe dans la société de l'information, alors que des services de télévision mobile sont d'ores et déjà commercialisés au Japon et en Corée du Sud, et autorisés aux États-Unis.

Je sais que vous êtes conscients de ces défis et je compte sur vous pour nous aider à les relever. Vous pouvez compter sur moi.

Je vous remercie.

Source http://www.culture.gouv.fr, le 13 mars 2006

Rechercher