Déclaration de M. Léon Bertrand, ministre délégué au tourisme, sur la promotion du tourisme accueillant les personnes handicapées, Nantes le 7 mars 2006. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Léon Bertrand, ministre délégué au tourisme, sur la promotion du tourisme accueillant les personnes handicapées, Nantes le 7 mars 2006.

Personnalité, fonction : BERTRAND Léon.

FRANCE. Ministre délégué au tourisme

Circonstances : 1500e site labellisé "Tourisme et handicaps" à Nantes le 7 mars 2006

ti : Madame la Présidente, Chère Annette MASSON,
Mesdames et Messieurs,
Chers Amis,


Je suis très heureux d'être parmi vous aujourd'hui à NANTES pour remettre officiellement à la péniche « Cap Vert » la plaque du 1500ème site labellisé « Tourisme et Handicap ».

Le département de la Loire-Atlantique est à l'honneur et je m'en réjouis car ses atouts touristiques sont impressionnants.

Dotée d'une nature généreuse, la Loire-Atlantique, côté plage et côté jardin, a tout pour séduire, jusqu'à ses vignobles du Muscadet qui accompagnent les repas de fruits de mer sur toutes les tables de France.

Destination facile d'accès, grâce à ses bonnes liaisons routières, ferroviaires et aériennes, la Loire-Atlantique est le 10ème département français en terme de fréquentation touristique.

Il était donc important que les professionnels du tourisme s'investissent, sur le plan local, dans la labellisation de leurs infrastructures et de leurs équipements.

Je souhaite, à cet égard rendre un hommage appuyé à Colette PEAN, ancienne présidente de la FNOTSI qui nous a quitté brusquement en janvier dernier.

Colette PEAN s'était tout particulièrement investie dans la mise en place du label dans les Pays de la Loire et en Loire-Atlantique aux cotés de l'Association « Tourisme et Handicaps » et je tiens à honorer sa mémoire.

Il n'est pas inutile de rappeler ici, je crois, le rôle qu'a pu jouer votre association, Chère Annette MASSON, depuis 2001 pour sensibiliser les prestataires touristiques et le grand public à l'accueil des personnes en situation de handicap.

Née d'une initiative conjointe de professionnels du tourisme et d'organismes représentant les personnes handicapées, cette association est chargée, au travers d'une convention, de la coordination des travaux liés à l'attribution du label « Tourisme et handicaps ».

Ce label se décline en fonction des 4 handicaps : moteur, visuel, auditif et mental. Il permet à la fois d'accompagner les prestataires dans leur démarche et d'informer les personnes handicapées du degré d'équipement des sites.

Toute la conception de ce label et ce qui fonde sa reconnaissance résident dans sa démarche partenariale.

Il a été créé, négocié et il est accompagné par les associations de personnes handicapées et les professionnels du tourisme, dont les organisations se sont investies pleinement dans cette action.

Un grand nombre d'entre elles, parmi lesquelles le Syndicat National des Agences de Voyages, la Fédération nationale des Offices de Tourisme et Syndicats d'Initiative ou encore l'Union des Métiers de l'Hôtellerie ont d'ailleurs signé avec moi, en juin 2004, la Charte de l'accessibilité lors des premières Assises nationales, organisées dans le cadre du Salon Autonomic, salon international sur le handicap.

L'association Tourisme et Handicaps fait vivre, à côté de l'Etat, ce partenariat au quotidien. Et on ne peut que s'en réjouir.

La démarche partenariale prévaut également au niveau territorial où se mettent en oeuvre les actions concrètes. Elle a permis d'enclencher une véritable dynamique pour l'accès des personnes handicapées aux vacances et aux loisirs.

Au sein de ce partenariat, on retrouve les pays d'accueil touristique, les offices de tourisme et syndicats d'initiatives, les élus locaux, les Comités Régionaux du Tourisme, les Comités Départementaux du Tourisme, les services déconcentrés et bien sûr les Délégations Régionales au Tourisme.

Il est également important de souligner que 600 évaluateurs et près de 40 formateurs contribuent à la mise en oeuvre du label Tourisme et Handicap.

Cette mobilisation est à la hauteur des enjeux. Le nombre de personnes souffrant, à titre temporaire ou définitif, de déficiences motrices, sensorielles ou intellectuelles atteint près de 40% de la population française. Selon l'OMS, 10 % de la population française souffre de déficiences ou d'incapacités permanentes.

En Europe, on dénombre 37 millions de personnes en situation de handicap. Il s'agit donc d'un véritable marché, au-delà du principe d'équité et de cohésion sociale.

Ces personnes veulent pouvoir voyager et trouver les prestations correspondant à leurs besoins.

Ne pas y répondre est plus qu'une injustice, c'est une incohérence économique.

Cette préoccupation, nous l'avons faite nôtre au ministère délégué au Tourisme.

Ainsi, au-delà du soutien financier que nous apportons à la mise en oeuvre du label, un guide de savoir-faire « Tourisme et Handicap » a été édité en 2005 par ODIT France, notre agence d'ingénierie, d'observation et de veille.

Cette publication apporte une connaissance technique aux professionnels du tourisme qui souhaitent aménager ou construire un équipement pour un accueil adapté à la clientèle en situation de handicap. Ce guide intègre également les critères d'accessibilité pour l'obtention du label.

De même un volet de formation à l'accueil des publics spécifiques a été intégré dans les cursus de formation et en particulier au niveau du BTS tourisme-loisirs.

C'est sans doute par ce biais que notre Miss France, Alexandra ROSENFELD, dont je salue l'amicale présence aujourd'hui et l'engagement en faveur de Tourisme et handicap, a pris connaissance de cette problématique.

L'agence nationale pour les chèques-vacances (ANCV) et la Bourse Solidarité Vacances (BSV) contribuent également au développement des loisirs et des vacances en faveur de publics spécifiques, au travers d'actions adaptées visant à intégrer les personnes handicapées.

Enfin, la loi du 11 février 2005 sur l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées institue un agrément « vacances adaptées organisées ».

Cet agrément, demandé par la direction générale de l'action sociale, vise à sécuriser « les activités de vacances avec hébergement d'une durée supérieure à 5 jours destinées spécifiquement à des groupes constituées de plus de 3 personnes handicapées majeures ».

Je précise que cette nouvelle réglementation ne se substitue pas au label qui reste une référence de qualité et de fiabilité reconnue par tous.

N'oublions pas, enfin, les prix « action, innovation et accessibilité des communes » que j'ai créé en partenariat avec le ministère délégué aux Personnes handicapées et à la Famille en septembre 2003, lors du 1er Comité interministériel du Tourisme.

Ce prix, qui a été remis pour la première fois à 13 communes le 23 novembre 2005 lors du Salon des Maires de France, permet de valoriser les communes qui intègrent les besoins propres aux personnes handicapées ou à mobilité réduite dans leurs aménagements et leurs équipements.

C'est la prise en compte de ces besoins dès la conception des bâtiments et des infrastructures qui doit aujourd'hui devenir un réflexe naturel et c'est le grand mérite de cette péniche, qui reçoit aujourd'hui les honneurs de ce 1500ème label.

Elle fait partie également des 9 % de sites labellisés pour les 4 handicaps moteur, mental, visuel et auditif. Ce projet, qui a bénéficié de nombreuses aides publiques et privées, dont celle de l'ANCV je tiens à le souligner, a pu émerger grâce à la grande générosité des 350 membres de l'Association Cap Vert auxquels je tiens à marquer mon estime et ma sympathie.

Mesdames et Messieurs, Chers amis, il me reste à vous souhaiter de belles années de navigation sur le canal de Nantes à Brest. Et surtout de faire des émules pour que « Tourisme et Handicaps » puisse atteindre rapidement l'objectif des 3000 labellisés qu'elle s'est fixée.

Je ne doute pas que la passion et la force de conviction qui animent Annette MASSON alliés au charme d'Alexandra ROSENFELD, notre Miss France, sauront mobiliser toutes les énergies dans cette perspective.


Je vous remercie.


Source http://www.tourisme.gouv.fr, le 20 mars 2006

Rechercher