Déclaration de M. Nicolas Sarkozy, ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire et président de l'UMP, sur la préparation d'une proposition de loi par l'UMP, permettant de sortir du conflit suscité par le contrat première embauche (CPE), Paris le 31 mars 2006. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Nicolas Sarkozy, ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire et président de l'UMP, sur la préparation d'une proposition de loi par l'UMP, permettant de sortir du conflit suscité par le contrat première embauche (CPE), Paris le 31 mars 2006.

Personnalité, fonction : SARKOZY Nicolas.

FRANCE. Ministre d'Etat, ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire ; FRANCE. UMP, président

ti : En proposant au Parlement le Contrat Première Embauche, le Premier ministre a souhaité apporter une réponse au problème dramatique que représente dans notre pays le chômage des jeunes.

Depuis plusieurs semaines, cependant, des mouvements de contestation se sont développés contre le CPE traduisant l'opposition des partenaires sociaux et des malentendus avec la jeunesse. Sans doute plus profondément encore, s'agit-il de l'expression de l'inquiétude de notre société face à l'avenir.

Cette contestation a été émaillée de débordements et de violences sans précédents. Des instructions ont été données à la Police et à la Gendarmerie afin que les personnes souhaitant manifester puissent le faire en sécurité et que les éléments violents soient interpellés, déférés à la justice et punis. Grâce à leur sang froid et à leur professionnalisme, les forces de l'ordre ont jusqu'ici réussi à éviter le pire.

Cette situation exige la reprise du dialogue. Les étudiants et les lycéens ont besoin de préparer leurs examens dans la sérénité. De nouvelles manifestations comportent des risques chaque jour plus importants.

C'est dans cet esprit que j'ai appelé depuis plusieurs semaines à un compromis.

Le président de la République a répondu à ce souhait en s'adressant solennellement à la Nation et en demandant que la disposition de la loi consacrée au CPE ne soit pas appliquée en l'attente d'un nouveau texte législatif qui la modifierait.

Je salue cette décision de sagesse conforme à ce que l'immense majorité des parlementaires de l'UMP souhaitait.

J'invite chacun à se mettre sans tarder au travail pour rédiger une nouvelle loi qui permettra de répondre aux questions qui ont fait problèmes : les motifs du licenciement et la durée de la période de consolidation. L'UMP prendra sans tabou toute sa part dans l'élaboration de ce nouveau texte.

Je souhaite que les organisations syndicales fassent preuve d'esprit de responsabilité pour élaborer un compromis qui permette à notre pays de retrouver la paix civile et l'unité dont il a besoin pour lutter contre le chômage en général et contre le chômage des jeunes en particulier.

Je le dis comme je le pense, il n'est jamais trop tard pour sortir d'une crise.

Source http://www.u-m-p.org, le 3 avril 2006

Rechercher