Déclaration de M. Christian Poncelet, président du Sénat, pour la remise des prix du concours du meilleur journal de classe réalisé sur le thème du racisme, Paris le 7 juin 2006. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Christian Poncelet, président du Sénat, pour la remise des prix du concours du meilleur journal de classe réalisé sur le thème du racisme, Paris le 7 juin 2006.

Personnalité, fonction : PONCELET Christian.

FRANCE. Sénat, président ; FRANCE. UMP, sénateur

ti : Monsieur le Ministre, cher Gilles de Robien,
Mes chers collègues,
Madame la Présidente du jury,
chère Isabelle GIORDANO,
Mesdames et Messieurs les membres du jury,
Chers jeunes lauréats,


Bienvenue à la Présidence du Sénat pour cette désormais traditionnelle et ô combien sympathique cérémonie de remise des prix du Concours du meilleur journal de classe.

Je tiens à remercier Monsieur Gilles de ROBIEN, Ministre de l'Éducation qui nous fait l'amitié et le plaisir d'être avec nous cet après-midi, en dépit d'un agenda particulièrement chargé.

Je ne vais pas, rassurez-vous, faire de long discours, je tenais simplement à vous dire quelques mots.

D'abord des mots de félicitations. Pour votre participation, bien sûr, mais s'agissant d'un concours à vocation citoyenne, et je sais que chacun d'entre vous a conscience que l'essentiel est de participer, je tiens, à travers vous, à saluer le travail de près de six mille de vos camarades et de leurs enseignants qui se sont mobilisés partout en France.

Avec mes collègues, Sénatrices et Sénateurs, nous n'avons pas choisi par hasard de vous poser la question « C'est quoi être raciste ? »

En notre qualité d'élus et également de citoyens, nous sommes interpellés, en effet, par le nombre d'actes et d'insultes racistes. Je constate pour le déplorer que l'école n'est pas épargnée.

Sur les bancs de l'école, beaucoup n'hésitent pas à mettre sur le banc de touche, ceux qui ne leur ressemblent pas : on refuse de jouer avec un camarade jugé « trop moche » ou « trop gros » ou encore un camarade qui ne parle pas la même langue que nous.

Se moquer est toujours facile. Bien souvent d'ailleurs, on ne se rend pas compte du mal que l'on peut faire, juste avec des mots. Pourtant, l'enfant victime reste profondément marqué par cette violence, violence des mots, souvent mais violence des actes aussi.

Toutefois, vous nous avez donné, chers jeunes amis, à travers la réalisation de vos maquettes et de vos propositions de lois pour lutter contre le racisme, une leçon d'optimisme comme une source d'inspiration.

Ce sont donc, ensuite, des mots de remerciements que je tiens à vous adresser.

Les interviews, auxquelles se sont bien volontiers pliés mes collègues, sont loin d'être de simples exercices de style. L'écrit est une école de la tolérance, une école de la vie et une école de l'intelligence.

Je saisis cette occasion pour témoigner ma reconnaissance aux Sénateurs toujours plus nombreux qui se sont prêtés à ce jeu de l'interview. Cette année, près d'un Sénateur sur deux est venu à votre rencontre, dans plus de 102 Écoles et 113 Collèges. Je crois savoir que vous ne les avez pas épargnés...

A nous de vous écouter et de vous entendre car vos propos sont plein de maturité, d'audace et de générosité.

L'école de la République est celle où j'ai grandi, celle qui m'a permis d'être ce que je suis aujourd'hui. C'est pourquoi j'attache une importance toute particulière à la défendre et à en défendre les valeurs fondamentales : liberté, égalité, fraternité, respect.

Enfin, et avant de passer la parole à Monsieur Gilles de ROBIEN, notre Ministre de l'éducation, je tiens à adresser mes remerciements à la marraine du concours 2006, Madame Isabelle GIORDANO qui officie avec élégance, talent et dynamisme sur France Inter et sur France 2, ainsi qu'à l'ensemble des membres du jury et de la formidable équipe de Mon Quotidien pour leur disponibilité et leur investissement.

Je vous remercie de votre attention et vous demande d'accueillir Monsieur Gilles de ROBIEN, Ministre de l'Éducation nationale.

Source http://www.senat.fr, le 12 juin 2006

Rechercher