Déclaration de M. Gilles de Robien, ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche, sur les aides aux étudiants, notamment les liens vers les services sociaux, les mutuelles étudiantes et les démarches administratives, Paris le 14 juin 2006. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Gilles de Robien, ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche, sur les aides aux étudiants, notamment les liens vers les services sociaux, les mutuelles étudiantes et les démarches administratives, Paris le 14 juin 2006.

Personnalité, fonction : ROBIEN Gilles de.

FRANCE. Ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

Circonstances : Présentation des nouveaux services offerts aux étudiants au CROUS de créteil le 14 juin 2006

ti :
Monsieur le Recteur,
Monsieur le Directeur,
Mesdames et Messieurs,


Je suis heureux de me trouver avec vous, au CROUS de l'académie de Créteil, pour cette présentation des nouveaux services offerts aux étudiants.

J'ai pu constater avec plaisir que le CROUS accomplissait un effort remarquable pour offrir un accueil agréable et personnalisé à tous les étudiants.

Et puis les nouveaux outils informatiques qui m'ont été présentés vont leur faciliter la vie, en leur donnant des liens directs vers les services sociaux, vers la mutuelle étudiante, ou bien encore vers la Préfecture.

Je voudrais commencer par souligner que les efforts du CROUS de Créteil s'inscrivent dans une action globale du ministère en faveur du logement étudiant.

Nous savons tous qu'en la matière, il y avait une grande attente.

Eh bien, nous sommes en train de fournir un effort sans précédent de construction et de rénovation.

Notre objectif est clair : en 2013, les résidences universitaires disposeront de 50 000 places supplémentaires et 70 000 chambres seront rénovées.

Concrètement, cela veut dire 7 000 chambres rénovées tous les ans et 15 000 logements supplémentaires disponibles dès 2008.

Aujourd'hui, j'aimerais attirer votre attention sur deux sujets plus particuliers, mais qui doivent nous mobiliser tous :

l'accueil des étudiants boursiers de classes préparatoires ;

l'accueil des étudiants étrangers.

1. L'accueil des étudiants boursiers de classes préparatoires

Comme vous le savez, la politique de l'égalité des chances est l'une des grandes actions du gouvernement.

Car dans notre pays, le mécanisme de l'ascenseur social est grippé !

C'est le cas tout particulièrement dans les classes préparatoires qui ouvrent l'accès aux voies d'excellence.

En effet, il y a dans ces classes de moins en moins d'élèves de condition modeste . Cela veut dire clairement que les mécanismes de promotion par le mérite ne fonctionnent plus très bien et que l'école reproduit les inégalités sociales.

C'est pourquoi nous devons faire en sorte que plus d'élèves de condition sociale modeste accèdent aux classes préparatoires.

Et je crois que cet objectif s'applique tout particulièrement à l'académie de Créteil qui est une académie où les enjeux de mixité sociale sont très forts.

Il faut donc recruter plus d'élèves boursiers dans les « prépas » !

Actuellement, ils n'y sont que 18 % alors que la moyenne dans l'enseignement supérieur est de 25 %.

Pour se rapprocher de cet objectif dès la rentrée 2006, j'ai mobilisé les recteurs et les proviseurs.

Les premiers résultats sont déjà perceptibles, puisque les candidatures en classes préparatoires ont progressé de 6,8 % par rapport à l'an dernier .

Cette année, j'ai demandé que l'on procède à « un 2 e tour » de recrutement.

Les recteurs, les inspecteurs et les chefs d'établissement vont donc repérer tous les élèves boursiers de l'enseignement secondaire susceptibles d'être candidats à une filière sélective et ils vont leur faire une proposition d'affectation.

Ils agiront notamment en faveur de ceux qui ont obtenu une mention « bien » ou « très bien » et qui n'ont pas été candidats à une place en classe préparatoire.

Ainsi, j'espère bien inverser la tendance , pour que l'école de la République permette à tous d'accéder aux voies de l'excellence !

C'est fondamental pour la cohésion sociale de notre pays.

Mais il ne suffit pas d'inscrire les élèves de condition modeste en classes préparatoires.

Car la voie qu'ils auront choisie est un parcours long, difficile, exigeant. On ne peut pas se contenter de les inscrire, et puis ensuite de les laisser se débrouiller.

Il faut d'abord leur trouver un logement , car ces étudiants boursiers n'ont pas les moyens de se loger et donc de se préparer aux concours.

Ce n'est pas tout.

On va leur demander beaucoup d'efforts et, la moindre des choses, c'est de leur donner des conditions adaptées à leur rythme de travail.

Je sais bien que les résidences universitaires ont la réputation d'être des lieux conviviaux, parfois même festifs !

Eh bien, il faut que les élèves les plus studieux, ceux qui veulent travailler pour s'en sortir, puissent travailler comme ils l'entendent !

Concrètement, je veux qu'ils aient une chambre en bon état, et au calme !

C'est pourquoi je demande aux directeurs de CROUS de veiller à ce que ces étudiants bénéficient de conditions d'étude conformes à leur besoin de calme et de concentration.

Nous le leur devons absolument. Je m'y suis engagé envers eux et je veillerai personnellement à ce que leur travail soit respecté.

Et je sais que là encore le CROUS de Créteil est à la pointe de notre action.


2. L'accueil des étudiants étrangers

Le second sujet dont je voulais vous parler, c'est l'accueil des étudiants étrangers.

Vous le savez peut-être, le nombre des étudiants étrangers inscrits en France a connu une croissance importante.

On est passé de 140 000 étudiants étrangers inscrits en 2000 à plus de 200 000 aujourd'hui.

C'est une progression remarquable, de près de 50 % !

Il faut d'abord s'en réjouir : cela veut dire que la France est une destination universitaire attractive.

Aujourd'hui, plus que jamais, nous devons attirer des étudiants étrangers en France : c'est ce que font les Etats-Unis et tous les grands pays scientifiques du monde.

Car c'est fondamental pour l'économie, la croissance et le rayonnement international.

Et j'ajouterai qu'il nous faut naturellement attirer les meilleurs étudiants, de préférence au niveau du Master. Car la France a tous les atouts pour s'imposer comme une destination d'excellence pour les étudiants étrangers.

Et c'est ici que la question du logement et plus généralement de l'accueil joue un rôle essentiel.

Tous les rapports, toutes les enquêtes nous le disent : la France jouit d'une bonne image scientifique à l'étranger, mais les étudiants qui viennent chez nous sont souvent un peu déçus par les conditions d'accueil et de logement.

Nous avons donc des progrès à faire si nous voulons continuer d'être une destination attractive, en particulier pour les étudiants dont le pays d'origine offre déjà de bonnes conditions d'étude.

J'ai bien noté que le CROUS de Créteil avait fait d'importants efforts en ce sens et nous pouvons féliciter tous ses responsables et ses agents pour le travail effectué.

Mais nous devons étendre cet effort à l'ensemble de notre dispositif d'accueil et de logement.

Et nous sommes bien décidés à agir en ce sens.

D'abord, en améliorant le logement. Les efforts en matière de construction et de rénovation que j'ai cités tout à l'heure bénéficieront à tous les étudiants et donc aussi aux étudiants étrangers.

Ensuite, nous améliorons l'accueil de ces étudiants étrangers. Car bien les accueillir, bien les accompagner dans leurs études est tout aussi important.

Les responsables du CROUS de Créteil seront d'accord avec moi pour dire qu'un accueil agréable, un suivi personnalisé sont évidemment nécessaires pour donner aux étudiants étrangers une bonne image et un bon souvenir de la France.

Nous sommes donc en train d'élaborer, avec le ministère des Affaires étrangères, une charte de qualité, qui bénéficiera en priorité aux étudiants étrangers boursiers du gouvernement français.

La Charte de qualité permettra de définir un ensemble de prestations, un « service garanti » si l'on veut, sur lequel s'engageront les établissements d'enseignement supérieur.

Cela permettra d'améliorer localement le suivi de ces étudiants et aussi de diffuser les bonnes pratiques.

Je citerai notamment l'aide à la recherche de logement, la caution financière ou la facilitation des procédures administratives.


Mesdames et Messieurs,

Vous le voyez : que ce soit pour les boursiers français, les étudiants étrangers ou plus généralement pour tous les étudiants français, nous sommes résolus à agir au quotidien pour leur permettre de suivre leurs études dans les meilleures conditions possibles.

Je suis sûr qu'avec l'implication de l'Etat et la mobilisation des services des CROUS, tous les étudiants pourront bénéficier de logements plus nombreux, plus agréables, et d'un accueil attentif.


Je vous remercie.


source http://www.education.gouv.fr, le 15 juin 2006

Rechercher