Déclaration de M. Nicolas Sarkozy, ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire et président de l'UMP, sur les missions de la police, Saint-Cyr au Mont-d'Or le 20 juin 2006. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Nicolas Sarkozy, ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire et président de l'UMP, sur les missions de la police, Saint-Cyr au Mont-d'Or le 20 juin 2006.

Personnalité, fonction : SARKOZY Nicolas.

FRANCE. Ministre d'Etat, ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire ; FRANCE. UMP, président

Circonstances : Cérémonie de baptême de la 56ème promotion des commissaires de police « Georges MANDEL », à Saint-Cyr au Mont-d'Or le 20 juin 2006

ti : Mesdames et Messieurs les commissaires de police,


Vous êtes maintenant munis des insignes de vos fonctions. Je lis dans vos regards, comme dans celui de vos familles, la fierté de porter ces symboles de l'autorité de l'Etat. Cette fierté et cette joie sont légitimes et méritées. Je suis particulièrement heureux aujourd'hui de pouvoir partager avec vous ce moment solennel. Je sais qu'il restera gravé dans vos mémoires.

Vous avez choisi un beau métier empreint de responsabilité et d'autorité, un métier à travers lequel vous êtes au service d'une seule et belle conviction : la sécurité doit être garantie pour tous et partout.

Vous avez choisi, et je vous en remercie, Georges MANDEL pour parrain de votre promotion.

Vous marquez ainsi votre attachement aux principes qui ont guidé son action et qui doivent maintenant guider la vôtre.

C'était un homme de combat et un homme d'honneur. Adepte, avant l'heure, de la culture du résultat, il n'eut de cesse d'agir pour un service public digne de ce nom, c'est-à-dire au service du public.

Homme d'Etat, il fut le premier à percevoir les dangers des totalitarismes nazi et fasciste, et à se dresser quand tant d'autres préféraient ne rien voir et se coucher. Son opiniâtreté est un exemple pour votre promotion.

Vous franchissez aujourd'hui une étape prestigieuse de votre parcours de formation initiale.

Depuis vingt-deux mois maintenant, l'Ecole Nationale Supérieure de la Police de Saint-Cyr-au-Mont d'Or vous prépare à votre futur métier. Vos compétences juridiques et techniques font d'ores et déjà de vous des professionnels de la sécurité.

Il vous reste cependant encore un dernier stage pratique à accomplir. Il doit plus spécifiquement vous donner les moyens de réussir sur le poste que vous avez choisi.

Votre promotion va inaugurer cette nouvelle phase de la scolarité.

J'ai souhaité sa réalisation dans la réforme des corps et carrières pour prendre en compte l'élévation du niveau de responsabilité des commissaires de police et l'ancrage du corps de conception et de direction de la police nationale dans la haute fonction publique.

A l'issue de ce stage, vous serez mieux armés pour faire face à vos premières responsabilités de commissaire de police.

Vous allez diriger des services, et pour la majorité d'entre vous rejoindre la sécurité publique. Tous, vous allez avoir en charge la sécurité des Français.

Depuis 2002, avec vos aînés, nous avons fait reculer la délinquance en France de près de 9 %. Grâce à une mobilisation exemplaire de tous les policiers, le taux d'élucidation a progressé. Il est désormais proche de 35 %.

Les Français leur en sont reconnaissants. Je veux, devant vous, saluer le travail qui a été accompli. Je suis à la tête de ce ministère depuis quelques années désormais et je peux dire une chose : je suis fier des policiers, des gradés et gardiens, des officiers, des commissaires que j'ai vus sur le terrain. Je sais leur engagement, leur dévouement, leur courage.

Je sais aussi que nous ne devons pas baisser la garde. On ne peut marquer de pause lorsqu'il s'agit de la sécurité des Français.

Il faut au contraire aller encore plus loin. Il nous faut poursuivre, sans relâche, pour confirmer dans le temps le recul de la criminalité. Nous devons aujourd'hui pouvoir combiner l'efficacité et la qualité. Pour cela, comme votre parrain Georges MANDEL, soyez courageux et audacieux. Ne craignez pas les critiques mais seulement l'inaction.

Je vous demande un engagement total et déterminé.

Il doit recouvrir tous les aspects des missions de police, qu'il s'agisse de garantir la sécurité et la tranquillité quotidiennes des Français, de combattre toutes les formes de violence ou encore de lutter contre le terrorisme.

Je vous demande tout particulièrement de veiller à ce que les victimes soient toujours bien accueillies et informées de l'état des affaires qui les concernent.

Vous ne devez jamais perdre de vue votre objectif : mieux protéger. La victime est au centre de notre action. Chaque procédure, chaque dispositif n'a qu'un but : garantir à toutes et à tous le droit à la sécurité.

Je vous demande d'ailleurs à vous qui aujourd'hui débutez votre carrière, de toujours garder en mémoire que, derrière la froideur des statistiques, derrière les données chiffrées et les techniques policières, il y a des victimes. Faire baisser la délinquance, c'est éviter des traumatismes, c'est épargner des vies.

C'est cela, la réalité à laquelle vous allez être confrontés. Je sais que c'est parce que vous avez choisi l'action et le devoir, que vous êtes commissaires. Sachez à votre tour que les Français ont confiance en vous.

Vous savez mieux que quiconque, que le métier a évolué.

Vous devez être présents sur tous les fronts.

Il faut interpeller les délinquants pour permettre aux magistrats de sanctionner lorsqu'un délit a été commis. Il faut rétablir l'ordre républicain lorsque les fauteurs de troubles tentent de faire régner la terreur.

Vous allez devoir, chaque fois que les circonstances l'exigeront, conduire les opérations, personnellement, sur le terrain, et non à distance à l'abri de votre bureau. Votre fonction vous offre cette chance extraordinaire : être dans l'action.

Le commissaire de police est celui qui dirige. Il vous faut assurer pleinement cette fonction. La qualité des relations hiérarchiques est en effet désormais un élément clé du bon fonctionnement de la police nationale. Vous serez respectés pour votre autorité, votre compétence, votre exemplarité, votre force de conviction et votre écoute.

Je dis bien votre écoute, car ce sont des hommes et des femmes qui sont placés sous votre autorité et que votre métier c'est aussi de les écouter pour mieux les diriger.

Etre policier, c'est aussi conserver un regard ouvert sur l'extérieur. Les profondes mutations de la société française doivent être accompagnées. Elles impliquent un effort et un engagement particuliers de tous ceux qui sont impliqués dans la sécurité intérieure.

Vous avez ici aussi un rôle moteur à tenir. Vous devez agir en concertation avec les autres administrations et institutions et en partenariat avec les collectivités locales en privilégiant la cohérence du travail accompli par l'Etat.

Je souhaite ainsi renforcer le rôle des maires dans la prévention de la délinquance. Cela suppose une collaboration accrue de la part des services de l'Etat. Je vous demande de vous investir pleinement dans les conseils locaux de sécurité et de prévention de la délinquance.

Nous ne pouvons détacher artificiellement l'action policière de la prévention.

Mettre en place un dispositif permettant de détecter rapidement les troubles de comportement chez les enfants, c'est à la fois venir en aide à ceux qui souffrent, mais aussi éviter, que plus tard, peut-être trop tard, l'on soit face à un adulte violent.

Dire que la sanction fait partie de l'éducation, et qu'à chaque acte délinquant doit correspondre une réponse judiciaire adaptée, c'est éviter que le nombre de mineurs auteurs continue de s'accroître.

Cette logique, cette recherche de cohérence dans les dispositifs publics à travers la mutualisation des moyens et des compétences, c'est aussi une chance pour le commissaire de police, car là aussi vous êtes des acteurs majeurs, incontournables.

Votre expertise sera requise dans tous ces domaines, mais aussi dans l'installation et le suivi des systèmes de vidéosurveillance ou les études d'urbanisme. Vous avez la chance de participer à la construction d'une fonction pleine, entière, exaltante qui se renouvelle sans cesse : être policier, être commissaire, c'est aussi être un maître d'oeuvre de l'ensemble de l'action de sécurité.

Je me réjouis de la vocation reconnue de l'école des commissaires de police à participer, en formation continue, à ce travail en commun. Je sais que je peux compter sur vous dans cette démarche.

Cette nécessaire ouverture sur l'extérieur a également une dimension européenne et internationale qui marque de plus en plus des pans entiers de l'activité policière. C'est fondamental, tant pour agir que pour identifier de nouvelles techniques.

Permettez-moi à cet égard de saluer les auditeurs étrangers de votre promotion. Je les remercie de leur confiance et du regard qu'ils vous auront fait partager sur les questions de sécurité.

L'ouverture, c'est aussi permettre à tous ceux qui le méritent d'accéder aux plus hautes fonctions policières. Je veux redire ma fierté de voir l'Ecole Nationale Supérieure de la Police Nationale (ENSP) être un modèle en accueillant une classe préparatoire.

Pour tous, l'engagement doit être personnel. La fonction de commissaire de police est très exigeante. Elle requiert une grande disponibilité et aussi une éthique.

Le commissaire de police doit être exemplaire car il a la charge de faire respecter la loi. Son comportement doit être l'illustration des vertus républicaines.

Le respect de la déontologie est impératif dans un état de droit. Le fonctionnaire de police, dépositaire d'une parcelle de l'autorité de l'Etat, doit être irréprochable. Il doit faire preuve de discernement dans son action, dans son analyse des situations.

C'est la condition d'un lien renforcé, confiant avec la population. Vous devez y veiller avec une particulière attention, dans votre propre pratique comme dans celle de vos futurs collaborateurs.

Vous devez être exemplaires dans tous les domaines, celui du respect de la déontologie, celui de l'action et de l'expertise.

Vous entrez aujourd'hui dans une carrière passionnante. Vous avez certainement beaucoup appris sur le métier de commissaire. Ce n'est ni un administrateur, ni un technicien. Ce n'est ni un simple gestionnaire, ni un pur opérationnel.

C'est une femme ou un homme à la croisée des responsabilités, exerçant une fonction spécifique, dans un domaine où les intérêts sont parfois contradictoires, mais qui poursuit toujours un seul et unique but : protéger dans le respect des lois républicaines, les personnes et les biens.

Dans vos fonctions, vous allez être particulièrement sollicités parce que vous avez choisi d'être commissaires de police.

Vous êtes des chefs de service et des conseillers de sécurité des préfets. Vous êtes les interlocuteurs des maires, des élus, des associations, des habitants. Vous êtes ceux vers lesquels chacun se tournera pour assurer la sécurité de tous.

Je veux vous dire que j'ai confiance en vous.

Mesdames et Messieurs les commissaires, je vous ai remis l'écharpe tricolore distinctive de vos fonctions.

Sachez faire le meilleur usage des pouvoirs qu'elle vous confère et puisez votre force morale comme le disait CLEMENCEAU dont Georges MANDEL fut l'élève: "en faisant non plus par la parole mais par l'acte un peu plus de République tous les jours".


Source http://www.interieur.gouv.fr, le 21 juin 2006

Rechercher