Déclaration de Mme Brigitte Girardin, ministre déléguée à la coopération, au développement et à la francophonie, sur le contrat d'objectifs de l'Institut de recherche pour le développement, à Paris le 28 juin 2006. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Brigitte Girardin, ministre déléguée à la coopération, au développement et à la francophonie, sur le contrat d'objectifs de l'Institut de recherche pour le développement, à Paris le 28 juin 2006.

Personnalité, fonction : GIRARDIN Brigitte.

FRANCE. Ministre déléguée à la coopération, au développement et à la francophonie

Circonstances : Signature du contrat d'objectifs de l'Institut de recherche pour le développement (IRD), à Paris le 28 juin 2006

ti : Monsieur le Ministre,
Monsieur le Président,
Monsieur le Directeur général,
Mesdames et Messieurs les Membres du Conseil d'administration,
Mesdames et Messieurs les Représentants du personnel,
Mesdames et Messieurs,
Chers Amis,


Après François Goulard, je souhaite à mon tour me réjouir de la signature aujourd'hui du contrat d'objectifs 2006-2009 de l'Institut de recherche pour le développement, qui marque une étape importante dans l'histoire de cet établissement.

Je voudrais d'abord vous remercier de votre accueil, Monsieur le Président, et rendre hommage à vos équipes - aux personnels administratifs et techniques bien sûr, mais aussi aux chercheurs français et étrangers. Je voudrais également saluer la présence parmi nous de nombreuses personnalités éminentes, représentant un grand nombre d'institutions scientifiques de notre pays, et reflétant toute la diversité de notre recherche.

La signature de ce contrat d'objectifs 2006-2009 ouvre une nouvelle ère dans l'histoire de l'Institut de recherche pour le développement. Il fait en effet de l'IRD l'acteur pivot de la recherche au service du développement, en lui confiant le rôle d'"ensemblier" : outre sa fonction traditionnelle d'opérateur de recherche, il se dote d'une nouvelle fonction d'agence d'objectifs, de programmation et de moyens, au service de la recherche pour le développement. Pour ce faire, l'IRD devra développer des partenariats avec les institutions du Sud, et resserrer les liens avec les autres institutions scientifiques de notre pays comme le CNRS, l'INSERM, l'INRA, le CEMAGREF, ou bien encore les universités.

Toutes ces évolutions conduisent naturellement à des changements dans les fonctions et les rôles de votre établissement, et je comprends qu'ils aient pu, ici ou là, susciter quelques inquiétudes. Il me revient donc devant vous de réaffirmer la volonté du gouvernement de renforcer la recherche au service du développement.

Pour ce faire, le contrat d'objectifs valide la volonté de l'IRD de se recentrer sur quelques grands enjeux majeurs, en phase avec les priorités de la politique française de développement. Il favorise également l'interdisciplinarité, essentielle pour répondre aux questions fondamentales du développement. Il est enfin en accord avec la priorité géopolitique réaffirmée de la coopération française en faveur du continent africain.

Le dernier Comité interministériel pour la Coopération internationale et le Développement (CICID) que le Premier ministre a présidé le 19 juin dernier a d'ailleurs confirmé ce nouveau positionnement central de l'IRD, en lui confiant la coordination des travaux d'élaboration de la stratégie pour la recherche au service du développement, voulue par le gouvernement. Je souhaite préciser à cet égard qu'au-delà du nécessaire renforcement de la coopération entre les différents acteurs français, je serai particulièrement attentive à ce que cet exercice soit aussi l'occasion de consolider la concertation avec les principaux bailleurs européens et multilatéraux.

Plus généralement, le CICID a rappelé le rôle essentiel de la recherche dans la réalisation des Objectifs du millénaire pour le Développement. Comme le reste de l'humanité, les pays du Sud doivent aujourd'hui faire face aux grands défis que sont l'apparition de nouvelles maladies contagieuses, le réchauffement climatique, ou encore la destruction de la biodiversité. La coopération française concentrera donc ses efforts sur ces trois priorités, pour lesquelles la recherche pour le développement a un rôle majeur à jouer.

Je partage en effet avec vous cette conviction du caractère indispensable de cette recherche dédiée au développement, si l'on veut éviter toute marginalisation de la problématique du développement dans des recherches trop souvent conçues dans notre pays dans la seule perspective du monde développé. Aussi la recherche au service du développement a-t-elle vocation à créer et soutenir, dans les pays du Sud, des capacités scientifiques locales, et permettre leur insertion dans les réseaux internationaux. Elle doit pour se faire être à l'écoute, et faciliter l'expression de nos partenaires du Sud sur les grands défis actuels. Elle doit donc d'abord et avant tout être conçue comme un dialogue indispensable entre chercheurs du Nord et du Sud. C'est toute la raison d'être de la présence permanente sur le terrain des équipes de l'IRD et du CIRAD.

Monsieur le Président,

Monsieur le Directeur général,

Mesdames, Messieurs,

Le contrat d'objectifs que nous allons signer constitue une réelle opportunité pour l'IRD. La double fonction d'agence et d'opérateur est en effet un changement profond, riche de potentialités et d'avenir.

Je sais que votre expérience scientifique acquise sur le terrain comme opérateur vous confère toute la légitimité requise pour exercer cette nouvelle fonction d'agence.

Pour conclure, je souhaite rendre hommage à cette action collective de la France en faveur de la recherche pour le développement. Grâce à votre engagement et à celle des autres acteurs de la recherche, grâce à vos talents et à votre compétence, de nombreuses découvertes importantes ont été possibles, qui sont venues enrichir notre connaissance sur les maladies transmissibles et émergentes. Je pense notamment à la mise en évidence par l'IRD du réservoir du virus Ebola, et à l'identification de l'ancêtre du virus de l'immunodéficience humaine.

Soyez en donc très sincèrement remerciés, et soyez assurés de pouvoir compter sur l'appui de mon ministère pour vous accompagner dans votre recherche de l'excellence scientifique.

Je vous remercie.


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 29 juin 2006

Rechercher