Déclaration de M. Léon Bertrand, ministre du tourisme, sur le développement du tourisme social, et notamment sur l'action du groupe Vacanciel en Bretagne, Binic (Côtes d'Armor) le 18 juillet 2006. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Léon Bertrand, ministre du tourisme, sur le développement du tourisme social, et notamment sur l'action du groupe Vacanciel en Bretagne, Binic (Côtes d'Armor) le 18 juillet 2006.

Personnalité, fonction : BERTRAND Léon.

FRANCE. Ministre délégué au tourisme

Circonstances : Déplacement dans les Côtes d'Armor, le 18 juillet 2006

ti : Monsieur le Secrétaire général de la Préfecture,
Monsieur le député, Cher Marc LE FUR,
Monsieur le Maire (Yvon BATARD),
Monsieur le Président de Vacanciel (Jean-Claude NERISSON),
Mesdames et Messieurs les élus,
Chers Amis,


Je suis heureux de revenir dans les Côtes d'Armor, un an tout juste après ma précédente visite qui m'avait mené à QUINTIN et à MERLEAC, pour inaugurer cet Hôtel de la Plage géré avec beaucoup de professionnalisme et de sensibilité par le Groupe VACANCIEL.

Le plaisir que j'éprouve aujourd'hui à revenir au coeur de la Bretagne en ce début de saison estivale tient à quelques éléments particuliers : je retrouve à BINIC cette authenticité et ce dynamisme qui caractérise le tourisme costarmoricain.

Par ailleurs, cet Hôtel de la Plage, qui a retrouvé au fil de rénovations réussies un niveau de confort tout à fait remarquable pour un établissement de sa catégorie, témoigne de la réussite de notre politique en matière de tourisme social.

Le groupe VACANCIEL, comme l'a expliqué avec beaucoup d'enthousiasme son président, participe à cette vraie priorité de notre politique touristique nationale qu'est l'accès aux vacances pour tous.

Des vacances qui ne sont pas un luxe superflu mais une parenthèse, souvent très bénéfique, dans un quotidien parfois difficile.

Il faut dire, à cet égard, que le cadre idyllique de BINIC y est pour beaucoup.

Située au coeur du pays de Saint-Brieuc, votre commune, Monsieur le Maire, illustre parfaitement la recette du succès du tourisme breton :
Parfaite accessibilité grâce à une desserte ferroviaire en constante amélioration, avec l'arrivée directe du TGV à LAMBALLE et à SAINT-MALO ;
des sites naturels préservés, qui ont fort heureusement échappé à la bétonnisation des littoraux ;
une grande richesse culturelle, enfin, qui lui permet de se démarquer des autres destinations et explique le succès grandissant des festivals comme les « Terre Neuvas » ou les « Chants des marins »
Mais surtout, la grande réussite du tourisme breton repose sur la parfaite complémentarité entre les espaces littoraux et l'arrière-pays, entre l'Armor et l'Argoat, ce « Pays des Bois » qui possède son existence propre.

Il n'est donc pas étonnant que la Bretagne, 4ème région touristique française, reçoive chaque année 9 millions de touristes et 1,3 millions d'excursionnistes.

A cette attractivité touristique globale, BINIC apporte sa touche propre : le « Grain de beauté des Côtes d'Armor » sait conjuguer avec beaucoup de talent les plaisirs du nautisme, la découverte du patrimoine marin et la convivialité des animations culturelles.

Je tiens en particulier à saluer le programme « AnimaKids » qui offre aux enfants, tout au long de la saison, de nombreuses occasions de divertissements intelligents, autour du théâtre avec le festival « Place aux mômes », des Contes et des spectacles traditionnels de guignols.

BINIC offre donc un cadre particulièrement appréciable pour les clients de Vacanciel.

Monsieur LEJEUNE a rappelé à l'instant les différentes phases de la rénovation de l'hôtel de la Plage et la part qu'y a pris le ministère délégué au Tourisme et l'ANCV, qui ont investi 250 000 euros, aux côtés du département et de la Région.

Cette aide à la pierre constitue l'un des grands axes d'une politique en faveur du tourisme social, dont je souhaiterais rappeler ici brièvement les fondements.

Comme je l'ai indiqué en préambule, le ministère délégué au tourisme a fait de l'accès aux vacances l'une de ses grandes priorités.

Cette priorité se concrétise en particulier à travers le partenariat avec les associations de tourisme, qui, en France, participent de façon déterminante à l'accès aux vacances de tous.

Elle a également pour objectifs le développement de l'aide à la personne avec le chèque-vacances et la lutte contre toutes les exclusions, notamment celles qui touchent les personnes handicapées, les personnes âgées, les jeunes et les familles en difficulté sociale.

Pour lutter contre l'exclusion, le ministère du tourisme a mis en place le label « Tourisme et Handicap » qui vise à rendre accessibles pour les personnes handicapées les sites et les équipements touristiques.

Plus de 1700 sites sont aujourd'hui labellisés. Objectif de justice sociale, l'accessibilité est aussi un enjeu économique : les personnes handicapées constituent une clientèle solvable.

Un guide de conseil pour la mise en accessibilité et l'accueil des touristes handicapées a été réalisé dernièrement pour accompagner les professionnels dans cette démarche d'ouverture.

Pour rompre l'isolement des personnes âgées, le ministère délégué au tourisme a décidé la création d'un dispositif spécifique pour les seniors : le programme « Vacances des seniors et maintien de l'emploi ».

Ce dispositif est mis en oeuvre par l'UNAT avec la participation financière, pendant la phase expérimentale, de l'Agence nationale pour les chèques-vacances.

Il s'appuie sur trois mécanismes : des tarifs préférentiels proposés par des associations de tourisme membres de l'UNAT, un financement par l'ANCV et la participation des collectivités locales.

Ce programme s'adresse aux retraités de plus de 60 ans à faibles revenus, isolés. Les séjours sont proposés en dehors des vacances scolaires, ce qui permet de prolonger la saison touristique et les contrats des saisonniers.

Pour ce qui concerne l'accès aux vacances des jeunes, les axes d'action sont en particulier l'amélioration de l'accueil, le développement de produits touristiques spécifiques et une meilleure diffusion de l'information.

La parution d'un guide de savoir-faire à l'usage des professionnels du tourisme et des collectivités territoriales interviendra cet automne. Sous la forme d'un « carnet de route », ce guide présentera les enjeux économique du tourisme des jeunes et la nécessité de développer des produits attractifs pour cette clientèle ; des exemples de bonnes pratiques seront présentées.

S'agissant des jeunes très défavorisés, la Bourse Solidarité Vacances, par l'intermédiaire de son pôle « Jeunes », permet chaque année à plusieurs milliers de mineurs et de jeunes majeurs de partir en vacances, soit en famille, soit en centres de vacances, soit en « mini-groupes », accompagnés ou non selon l'âge et le degré d'autonomie.

Pour les moins de seize ans, le départ en famille constitue une priorité, car il offre la possibilité de reconstituer des liens perturbés par les difficultés sociales et de revaloriser les adultes aux yeux de leurs enfants.

Je ne peux manquer de terminer cette présentation sans évoquer le rôle majeur de l'Agence nationale pour les chèques-vacances (l'ANCV). Ce dispositif est utilisé par plus de 6 millions de personnes. Le chèque-vacances constitue une aide performante, qui conserve un caractère social marqué.

Toutefois, il n'est pas suffisamment diffusé dans tous les secteurs professionnels, et ne bénéficie pas assez aux salariés des PME/PMI.

En revanche, les actions sociales de l'ANCV se développent, notamment en direction des plus démunis, puisque la spécificité de cet établissement public est que ses bénéfices (de l'ordre de 10 millions euros par an ces dernières années) sont utilisés pour rénover des équipements de tourisme à vocation sociale et pour aider au départ en vacances des familles et des jeunes défavorisés.

J'ai bien entendu les difficultés qui ont été évoquées concernant les crédits du tourisme social pour 2006 et le retard dans l'octroi des subventions.

Nous nous appliquons à résorber ces difficultés, dans un contexte budgétaire contraint, qui nous oblige à optimiser l'utilisation des moyens.

C'est dans cette perspective que j'ai souhaité que s'opère un rapprochement entre BSV et l'ANCV autour d'un pôle social performant. Une meilleure diffusion des chèques vacances permettra ainsi d'obtenir davantage de moyens pour l'aide à la rénovation du patrimoine.

La réussite exemplaire qu'il nous est permis de contempler aujourd'hui me donne une motivation supplémentaire pour mener à bien cette réforme indispensable.

Mesdames et Messieurs, Chers Amis,

Il me reste à vous souhaiter à tous à la fois d'excellentes vacances et une bonne saison 2006, sur la lancée de 2005 qui, malgré un démarrage tardif, a bénéficié d'une météo très favorable.

Une météo à laquelle nous ne devons pas cependant donner trop d'importance, comme le dit ce proverbe breton : « qui trop écoute la météo, passe sa vie au bistrot ».

Vous conviendrez comme moi qu'il serait dommage de ne pas savoir profiter de tous les plaisirs d'un été à BINIC.

Je vous remercie.

source http://www.tourisme.gouv.fr, le 24 juillet 2006

Rechercher