Point de presse de M. Dominique de Villepin, Premier ministre, sur les menaces terroristes, la coopération franco-britannique et l'application du plan vigipirate, Paris le 10 août 2006. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Point de presse de M. Dominique de Villepin, Premier ministre, sur les menaces terroristes, la coopération franco-britannique et l'application du plan vigipirate, Paris le 10 août 2006.

Personnalité, fonction : VILLEPIN Dominique de.

FRANCE. Premier ministre

Circonstances : Réunion interministérielle sur la lutte contre le terrorisme, à Paris le 10 août 2006

ti : D. de Villepin : "À la suite du projet d'attentat contre les vols de la British Airways, je me suis longuement entretenu ce matin avec le Président de la République. J'ai eu l'occasion d'avoir tout à l'heure aussi Tony BLAIR et nous avons souhaité, avec le ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, le ministre des Affaires étrangères, faire le point sur la menace terroriste en Europe et sur notre dispositif de surveillance, de contrôle, de protection de l'ensemble de nos compatriotes, en particulier dans les aéroports. Et nous avons donc pris un certain nombre de mesures de renforcement que je vais demander au ministre d'Etat de vous présenter".

N. Sarkozy : "À la demande du Premier ministre, et après nous en être entretenu avec les services britanniques et le ministère de l'Intérieur britannique, nous avons donc décidé de faire des fouilles à 100 % sur tous les bagages à main des vols à destination des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et d'Israël. Nous ferons également faire des fouilles aléatoires et renforcerons par des patrouilles sur l'Eurostar, sur l'ensemble des gares et des aéroports français. Par ailleurs, les chiens pour détecter les explosifs seront également mis en place. Pour le reste, la décision qui avait été prise par le Gouvernement de mettre Vigipirate au rouge sur les lieux de gares, d'aéroports, reste bien sûr d'actualité. Il nous a semblé que ces mesures étaient suffisantes compte tenu de la situation, déjà, de très grande vigilance des services de sécurité, compte tenu d'une menace terroriste qui, malheureusement, a un niveau très élevé depuis, de nombreux mois dans notre pays, comme dans l'ensemble des démocraties.

Est-ce que la France est particulièrement visée ?

D'abord, nous sommes en train, avec nos amis britanniques, de confronter nos renseignements. Il ne semble - je dis "il ne semble" - pas, en l'état actuel de nos informations que l'équipe qui a fait l'objet d'une arrestation par les services britanniques ait au des ramifications en France, même si nous nous attendons à recevoir un certain nombre d'éléments. Et nous verrons à ce moment-là s'il y a eu des coups de téléphone, des appels téléphoniques, des passages, et bien sûr, à ce moment-là, nous en tirerions les conséquences. La France est visée comme toutes les démocraties. C'est ce qui avait amené le Premier ministre a décider du maintien du plan Vigipirate au niveau rouge. Donc, pour nous, la vigilance est totale et elle est, hélas, permanente. S'agissant de ce qu'ont fait les Britanniques, nous aurons d'ici deux à trois jours plus d'éléments concrets sur le modus operandi de cette équipe de terroristes. Ils semblent d'origine pakistanaise. Je rappelle que l'an passé, à la suite d'une réunion tenue par le Premier ministre, nous avions décidé, nous aussi, de renforcer nos éléments d'information et notre vigilance sur une communauté dont l'ensemble des membres ne pose aucun problème, mais où il peut y avoir quelques problèmes".


Source http://www.premier-ministre.gouv.fr, le 16 août 2006

Rechercher