Déclaration de M. Christian Poncelet, président du Sénat, sur l'ouverture du Sénat au monde militaire, Paris le 5 septembre 2006. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Christian Poncelet, président du Sénat, sur l'ouverture du Sénat au monde militaire, Paris le 5 septembre 2006.

Personnalité, fonction : PONCELET Christian.

FRANCE. Sénat, président ; FRANCE. UMP, sénateur

Circonstances : Réunion de lancement des "stages d'immersion" des sénateurs dans les forces armées, le 5 septembre 2006

ti : Mon cher Collègue (Robert Del PICCHIA représentant le président de la commission des affaires étrangères, de la défense et de forces armées),
Messieurs les chefs d'Etat major, Monsieur le Directeur général de la gendarmerie nationale,
Messieurs les Officiers généraux,
Mesdames et Messieurs les Officiers supérieurs,
Mesdames, Messieurs,


Je vous souhaite la plus cordiale bienvenue à la présidence du Sénat pour cette réunion solennelle de lancement des stages d'immersion des sénatrices et des sénateurs de la République dans les forces armées.

Autorisée par le Bureau du Sénat et par Madame Michèle Alliot-Marie, ministre de la défense, cette initiative originale s'inscrit dans la politique plus globale d'ouverture du Sénat sur le monde extérieur que j'ai souhaité mettre en place depuis 1998.

En effet, fort de l'expérience ô combien réussie de quelque deux cents vingt stages d'immersion en entreprise et de plus d'une centaine de stages dans les juridictions, j'ai voulu que mes collègues puissent effectuer un stage dans une unité militaire de leur choix, en France métropolitaine, qui pourrait se dérouler dans l'armée de terre, la marine, l'armée de l'air, ou la gendarmerie nationale ainsi qu'en états-majors interarmées.

Pourquoi une telle initiative ?

Pour trois raisons essentielles, dont l'actualité internationale nous montre, je crois, toute la pertinence.

Tout d'abord, pour consolider les connaissances des sénateurs et des sénatrices en matière de défense en partant d'une expérience vécue. De la même façon, je compte sur tous mes collègues qui partiront en stage pour parfaire la compréhension du monde militaire par nos amis militaires.

Car cela permettra aussi de resserrer les liens entre les forces armées et les parlementaires. Trop d'incompréhensions proviennent d'une méconnaissance réciproque de nos mondes militaire et parlementaire...

Ces stages nourriront enfin les réflexions des sénatrices et des sénateurs sur les questions de défense, et leur donneront davantage d'éclairages afin de mieux légiférer, en particulier à l'occasion de l'adoption des lois de programmation militaire et du vote du budget, dans le cadre de ce que nous appelons la LOLF.

Les principes de ces stages d'immersion sont simples. Ils reposent sur un triptyque : ils seront en effet organisés par la présidence du Sénat, en partenariat avec la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées et particulièrement ses experts militaires, et bien sur en liaison étroite et permanente avec les états-majors de l'armée de terre, de la marine, de l'armée de l'air ainsi qu'avec la direction générale de la gendarmerie nationale. D'une durée d'environ trois jours, ces stages devraient débuter dans les semaines à venir et se dérouler, chaque année, jusqu'à la fin de la session parlementaire.

Soyez certains que nous sommes impatients de connaître les unités que vous allez nous proposer, Messieurs les chefs d'Etat-major et Monsieur le directeur général de la gendarmerie nationale !

En effet, en deux mois, plus de vingt sénateurs issus de tous les groupes politiques ont déjà fait acte de candidature, dont cinq sénatrices parmi lesquelles se trouve la vice-présidente du Sénat, Michèle André ! Quel succès...

Afin de sceller ce partenariat, nous ne manquerons pas, mais j'y reviendrai tout à l'heure, de vous proposer, de recevoir chaque année au Sénat tous les responsables militaires qui ont accueilli au sein de leur unité les sénateurs, à l'occasion d'une réception, en présence du ministre de la défense et des forces armées.

Mais il grand temps pour moi de conclure.

Je tiens à remercier l'ensemble des membres du Bureau du Sénat, Madame Michèle Alliot-Marie, ministre de la défense et son chef du cabinet militaire ici présent, le président Vinçon et les sénateurs de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées, notamment vous mon cher collègue Del Picchia, Vous Messieurs les chefs d'Etat-major et Monsieur le directeur général de la gendarmerie nationale, le représentant du chef d'Etat-major des armées, ainsi que les experts militaires de la commission et tous nos collaborateurs qui ont cru dans cette initiative et qui vont la faire vivre au jour le jour...


Merci à tous.

Source http://www.senat.fr, le 7 septembre 2006

Rechercher