Déclaration de M. Dominique Perben, ministre des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer, sur le premier bilan de la sécurité et de la circulation routières pour les vacances d'été 2006, Paris le 7 septembre 2006. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Dominique Perben, ministre des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer, sur le premier bilan de la sécurité et de la circulation routières pour les vacances d'été 2006, Paris le 7 septembre 2006.

Personnalité, fonction : PERBEN Dominique.

FRANCE. Ministre des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer

Circonstances : Conférence de presse intutulée : "Sécurité routière : bilan, chiffres de l'été 2006" à Paris le 7 septembre 2006

ti : Je suis heureux de vous accueillir à cette conférence de presse afin de vous présenter le premier bilan de la sécurité et de la circulation routières concernant les vacances d'été 2006.

Les mois de juillet/août, sont nous le savons, la période la plus sensible de l'année au niveau de l'accidentologie.

Pour la première fois de l'histoire de la sécurité routière, l'été 2006 nous place sous la barre des 1000 personnes tuées.

Le mois de juillet avait été très encourageant avec une diminution du nombre de personnes tuées sur la route supérieure à 20 %. Au total 126 vies avaient été épargnées par rapport à juillet 2005 qui avait été un mois très décevant (+ 7,4 %).

Le mois d'août 2006 nous maintient sur une bonne tendance avec une baisse du nombre de personnes tuées de 11,1 %. Ce sont 53 vies qui ont été sauvées le mois dernier, par rapport à un mois d'août 2005 qui avait été lui-même tout à fait satisfaisant ( - 11,3 %).

Au total, cet été, si l'on fait le cumul juillet/août, ce sont 203 vies qui ont été épargnées par rapport à l'été 2005, soit une diminution du nombre de personnes tuées de 18,7 %.

Les efforts accomplis par les usagers de la route revêtent cette année un caractère extrêmement symbolique puisque nous passons pour la première fois, sous la barre des 1 000 personnes tuées sur la route en juillet/août.

Nous franchissons même la barre des « 900 » puisque le chiffre exact, transmis par l'Observatoire de la sécurité routière est de 883.

Nous étions à 1 086 tués en 2005 et à 1 105 en 2004.

Si l'on remonte 10 ans en arrière, on mesure le chemin parcouru : durant la seconde moitié des années 90, le nombre de tués durant les deux mois d'été était compris chaque année entre 1 600 et 1 700 victimes. Dans les années 2000 - 2002, il oscillait autour de 1 400. Il a véritablement commencé à diminuer à partir de 2003.

Nous avons donc divisé par deux ce chiffre en une décennie.

Les autres indicateurs enregistrés au mois d'août sont également encourageants notamment concernant les accidents ( - 3,4 %), les blessés ( -3,4 %) et les blessés hospitalisés (- 3,8 %).

Au total, durant ces deux mois d'été 2006 :
. le nombre d'accidents a baissé de 2,6 % , soit 355 accidents évités,
. le nombre de personnes tuées a baissé de 18,7 %, soit 203 vies sauvées,
. le nombre de blessés a baissé de 1,3 % , soit 229 blessés évités.

N'oublions pas pour autant que l'été a été endeuillé par un certain nombre d'accidents particulièrement graves qui ont entraîné la disparition de familles entières au retour des vacances.

J'évoquerai également le grave accident d'autocar survenu avant-hier sur l'A1 dans l'Oise et pour lequel j'ai diligenté une enquête du bureau d'enquête accidents des transports terrestres.

A l'exception du week-end du 15 août, les autres périodes sensibles de fortes transhumances de l'été se sont traduites par des bilans très satisfaisants qui ont contribué au bon résultat global de ces deux mois.


La stabilité du trafic n'a pas empêché une augmentation sensible des encombrements sur les routes

Une météo très contrastée
L'été 2006 a été marqué par des conditions météorologiques exceptionnelles qui peuvent être résumées ainsi : un mois de juillet caniculaire et un mois d'août pluvieux, aux températures inférieures à la normale saisonnière. Seul l'extrême sud-est du pays a bénéficié d'un bon ensoleillement mais souvent perturbé par un fort mistral.

Un trafic globalement stable avec des disparités selon les secteurs
Les premiers chiffres montrent une certaine stabilité des déplacements sur les grands axes routiers supports des migrations estivales : 0 % dans le sens des départs et - 2 % dans le sens des retours, par rapport à l'année 2005.

Cependant, cette stabilité relative du trafic présente des disparités selon les secteurs : ainsi les axes de traversée nord-sud du Massif Central par A20 ou par A75 ont connu une attractivité croissante.

Une première estimation permet d'évaluer :
. de +10 % à +15 % l'augmentation de la circulation sur A75,
. de +4 % à +8 % l'augmentation de la circulation sur A20.

Ces axes ont fait l'objet d'investissements importants au cours de ces dernières années.

Notamment, la mise en service du viaduc de Millau en décembre 2004 et la mise en service de la déviation de l'A75 à Lodève au printemps 2005 ont permis d'offrir un itinéraire alternatif pour traverser le massif central et se rendre vers le Languedoc.

Le raccordement de l'autoroute A75 à l' A9 à proximité de Béziers prévu en 2009 achèvera cette nouvelle liaison et devrait renforcer cette tendance.

Le trafic dans la vallée du Rhône sur l'autoroute A7 marque lui une faible diminution de l'ordre de - 2 %.

Des encombrements en forte augmentation
Les encombrements mesurés sur la France entière, sont en nette augmentation : +19 %.

On retrouve ainsi en 2006 les niveaux atteints en 2002 et 2004.

L'augmentation est inégalement répartie entre le sens des départs (+26 %) et le sens des retours (+12 %) ainsi qu'entre l'Ile-de-France (+33 %) et la province (+10 %).

Pour des trafics comparables, cette évolution défavorable s'explique comme suit :
. en Ile-de-France, l'activité économique s'est maintenue en juillet et les encombrements récurrents n'ont véritablement disparu qu'après le week-end du 5-6 août.
. Par ailleurs, les chantiers importants de couverture du périphérique, de l'autoroute A3 et du tronc commun A4/A86 ont causé des perturbations limitées mais quotidiennes tout le mois d'août.
. En province, les conditions météorologiques médiocres qui ont accompagné les week-ends des 12-13 et 19-20 août ont accru les difficultés d'écoulement du trafic.

Des bouchons particulièrement marqués les samedis
Les journées les plus encombrées furent encore une fois les samedis, jours où furent également enregistrés les plus forts flux de circulation sur les grands axes de transit.

Comme chaque année, tous les samedis connurent une circulation difficile et parfois même extrêmement difficile.

Certains étaient attendus : samedis 29 juillet et 5 août, traditionnelles périodes de chassé-croisé. Certains ont été pires que prévus en raison de conditions météorologiques fortement défavorables :
. samedi 8 juillet : violents orages et contexte caniculaire générant une forte circulation nocturne et des encombrements très tôt, en matinée ;
. samedi 12 août : très fortes pluies généralisées ;
. samedi 19 août : fortes pluies.

Ainsi, la journée la plus difficile de l'été 2006 a été le samedi 12 août, malgré un trafic moindre que celui du chassé-croisé, en raison des intempéries. L'indicateur instantané d'encombrements a atteint 706 km de bouchons à 12 h 30.

Des initiatives ont d'ores et déjà été prises pour limiter les bouchons
* Le nouveau Bison Futé : nous avons célébré ici même, le 30 è anniversaire de Bison futé le 26 juin dernier.

A cette occasion, je vous avais présenté la modernisation du service d'information routière dont la vocation est de faciliter les déplacements au quotidien, et pas seulement durant les vacances.

Avec un nouveau site Internet plus convivial, un nombre d'agglomérations couvertes en augmentation et un nouveau service audiotex de renseignement plus fin par région et grands itinéraires.

Le nouveau Bison futé est un outil précieux au service des usagers de la route.

Je note d'ailleurs que les prévisions de Bison futé ont été globalement confirmées cet été, preuve de la fiabilité de cet outil de prévision.

* La régulation du trafic sur A7 : Ce système dont j'ai constaté l'efficacité le 11 août dernier, a été mis en place entre Vienne et Orange.

Selon la densité du trafic, vitesse réduite par paliers à 110, 90 ou 70 km/h. Il permet de retarder l'apparition des bouchons, en diminuant les encombrements et en augmentant le débit d'A7 jusqu'à un gain de 10 %. Le nombre d'accidents diminue de 20 % durant les périodes de régulation.

En lien avec ASF et COFIROUTE, le dispositif sera donc étendu à :
. l'A9 à proximité de Montpellier,
. l'A10 au Nord de Bordeaux,
. l'A10 entre Tours et Orléans.

Un plan me sera remis en décembre 2006 pour une entrée en vigueur en juin 2007.

Telles sont les principales données du bilan de l'été 2006, tant en ce qui concerne la sécurité que la circulation routières, que je souhaitais porter à votre connaissance.

Je suis à votre disposition pour d'éventuelles questions ou précisions.

Source http://www.equipement.gouv.fr, le 11 septembre 2006

Rechercher