Point de presse de M. Philippe Douste-Blazy, ministre des affaires étrangères, sur la libération des quatre otages français au Yemen, Paris le 25 septembre 2006. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Point de presse de M. Philippe Douste-Blazy, ministre des affaires étrangères, sur la libération des quatre otages français au Yemen, Paris le 25 septembre 2006.

Personnalité, fonction : DOUSTE-BLAZY Philippe.

FRANCE. Ministre des affaires étrangères

Circonstances : Annonce de la libération des quatre ressortissants français enlevés le 10 septembre au Yemen, le 25 septembre 2006 à Paris

ti : Mesdames et Messieurs,


Je suis en mesure de vous confirmer, au nom des autorités françaises, la libération des quatre ressortissants français qui ont été enlevés le 10 septembre dernier au Yémen.

Je me réjouis de cet heureux dénouement qui intervient après deux longues semaines de captivité. Et je veux ici remercier le président du Yémen, Ali Abdallah Saleh, ainsi que tous ses collaborateurs pour les efforts qu'ils ont faits afin de parvenir à ce résultat.

Le président Saleh, en particulier, avait indiqué que, dès l'annonce officielle des résultats de l'élection présidentielle, sa priorité serait d'obtenir la libération de nos quatre compatriotes. Il a tenu parole et je souhaite lui renouveler les très sincères remerciements des autorités françaises pour son engagement personnel dans cette affaire.

Tout au long de cette épreuve, notre objectif a été double :

D'abord, mobiliser notre ambassade à Sanaa ainsi que les administrations compétentes en France, pour suivre de près la situation et garder un contact permanent avec les responsables yéménites qui étaient seuls en charge des discussions avec les ravisseurs.

Et puis, veiller à ce que nos quatre ressortissants soient sains et saufs et qu'aucune initiative ne puisse porter atteinte à leur sécurité ou à leur vie. Sur cette exigence là, nous avons reçu en permanence de nos interlocuteurs yéménites toutes les assurances nécessaires.

Je veux ici rendre hommage à tous ceux qui, au sein de ce ministère, comme dans toutes les autres administrations françaises, ont agi avec efficacité et dévouement pour obtenir leur libération.

Qu'ils soient ici remerciés pour leur constante disponibilité.

A l'heure où je vous parle, nos quatre concitoyens ont été remis à notre consulat à Sanaa. Il s'agit à présent de leur permettre de se reposer, de vérifier leur état de santé et d'organiser leur retour vers la France.

Selon toute probabilité, ils devraient regagner notre pays mercredi. Des précisions à ce sujet vous seront données ultérieurement.

Q - Quelles ont été les conditions de leur libération ?

R - Les quatre ressortissants français se trouvent, depuis quelques minutes, au consulat de Sanaa. Ils sont en bonne santé. Maintenant, il faut qu'ils se reposent, que l'on vérifie bien leur état de santé, et que nous puissions organiser leur retour en France. Selon toute probabilité, ils seront en France mercredi.

Q - Dans quelles circonstances ont été libérées ces personnes ? Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

R - Ce sont les autorités yéménites qui, seules, ont mené les discussions et sont parvenues à un accord avec leurs interlocuteurs. Pour notre part, nous sommes restés en contact permanent avec les autorités yéménites, mais nous n'avons, à aucun moment, participé au contact entre celles-ci et les ravisseurs.

Q - Une rançon a été versée pour leur libération ?

R - Comme je viens de vous le dire, ce sont les autorités yéménites qui ont été en contact en permanence avec les ravisseurs, et nous avons en permanence gardé le contact avec les autorités yéménites, que ce soit au niveau de notre ambassade à Sanaa que nous avions renforcée, mais également au niveau de toutes les administrations françaises compétentes.

Q - Est-ce que vous lancez un message, aux touristes qui désireraient se rendre au Yémen, d'avertissement ou de précaution ? Quelle est la position du Quai d'Orsay ?

R - Il faut également dire que ces quatre Français ont été enlevés dans une zone qui est totalement déconseillée par le site Internet du ministère des Affaires étrangères. C'est l'occasion pour moi de dire à tous les Français qu'il faut, avant d'aller, en particulier dans cet endroit du monde, consulter notre site, parce que nous sommes peut-être les mieux informés aujourd'hui sur les zones à risque.

Q - Avez-vous une idée des conditions de leur libération avec les autorités yéménites ?

R - Je viens de vous répondre.

Q - Mais les autorités yéménites ne vous l'ont pas précisé ?

R - Non.

Q - Quels sont ces quatre otages ? Pourquoi a-t-on gardé le silence sur eux ?

R - C'est à la demande de ces quatre Français que leurs noms n'ont pas été divulgués et que leurs familles n'ont pas été prévenues, en tout cas dans un premier temps. Il s'agit de quatre citoyens français, âgés entre 55 ans et 58 ans, venus, du Nord de la France, de la région parisienne et de Normandie, faire du tourisme au Yémen.

Mais, si vous me le permettez, je les laisserai vous en dire davantage, s'ils le souhaitent, à leur retour en France.

Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 26 septembre 2006

Rechercher