Déclaration de M. Dominique de Villepin, Premier ministre, sur le soutien au développement des énergies renouvelables, Bouillante en Guadeloupe le 12 octobre 2006. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Dominique de Villepin, Premier ministre, sur le soutien au développement des énergies renouvelables, Bouillante en Guadeloupe le 12 octobre 2006.

Personnalité, fonction : VILLEPIN Dominique de.

FRANCE. Premier ministre

Circonstances : Déplacement à la Guadeloupe les 12 et 13 octobre 2006

ti : Madame le sénateur, chère Lucette Michaux-Chevry,
Madame le député, chère Gabrielle Louis-Carabin,
Monsieur le maire, cher Robert Racon,
Mesdames, messieurs


Je vous remercie de votre accueil ce matin à Bouillante. Je vous remercie également pour vos propos chaleureux, qui me vont droit au coeur.

Merci d'abord à Lucette Michaux-Chevry : chère Lucette, vos paroles témoignent une nouvelle fois de la force de vos convictions et de la vision ambitieuse que vous défendez pour la Guadeloupe. Ces convictions et cette vision, elles animent le combat politique qui est le vôtre, un combat qui vous a mené à exercer d'importantes responsabilités. Le Président de la république m'a demandé de vous transmettre publiquement le témoignage de son estime et de son affection. Je me joins à cette reconnaissance qui est largement partagée en Guadeloupe. Merci aussi à Robert Racon, pour ses mots d'accueil et de bienvenue. Cher Robert, chacun ici sait avec quelle générosité et quel talent vous vous consacrez à votre commune et au bien-être de ses habitants. Je connais aussi l'attachement qui est le vôtre à la défense de l'intérêt général. A travers vous c'est à tous les maires de la Guadeloupe et au travail difficile qui est le leur que je veux rendre hommage.

Merci à tous les élus présents ce matin, et notamment à Gabrielle Louis-Carabin. Nous aurons l'occasion chère Gabrielle d'évoquer cet après-midi les enjeux particulier de votre commune et l'importance du logement social. Sachez que je suis très sensible à votre présence ici ce matin.

Merci enfin à vous tous qui êtes venus si nombreux ce matin, de Bouillante et des autres communes de Basse Terre. En vous voyant ici, je mesure combien la réputation d'hospitalité et de générosité des Guadeloupéens est méritée. Si je tenais tant à faire ce déplacement, c'est avant tout pour venir à la rencontre d'une communauté d'hommes et des femmes fiers de leur culture et de leur identité, une identité forgée par les blessures de notre histoire mais aussi par les grands combats que nous avons menés ensemble au service de nos valeurs et de nos principes universels.

Ma conviction, c'est que Bouillante peut regarder avec confiance vers l'avenir.

D'abord parce que c'est sans aucun doute de l'un des plus beaux sites de l'île : qu'il s'agisse du Parc national de Guadeloupe ou du littoral, des superbes fonds marins ou encore de l'îlet Pigeon. Ce sont, Monsieur le Maire, autant d'atouts pour développer un tourisme dynamique et respectueux de l'environnement. Je sais que vous y êtes attaché et je veux vous dire que l'Etat sera à vos côtés. Bouillante n'est pas seulement l'une des plus belles communes de France. C'est aussi l'une des plus innovantes. C'est même la plus innovante dans un domaine précis auquel j'accorde beaucoup d'importance : les énergies renouvelables.

Je l'ai dit lors de ma dernière conférence de presse : il y a aujourd'hui une véritable prise de conscience de la gravité de la situation, en particulier en ce qui concerne le réchauffement climatique. Les Français veulent que nous fassions preuve de plus de détermination encore pour protéger notre environnement et notre biodiversité. Mon objectif c'est de permettre à nos concitoyens de s'impliquer davantage, au quotidien, dans cet effort, sans que cela pèse sur leur budget. Pour concilier ces deux exigences, le développement durable et le pouvoir d'achat, la clé c'est l'innovation.

Face à la hausse des prix du pétrole, chacun comprend la nécessité de développer massivement les énergies propres et renouvelables. Mais pour que nos concitoyens fassent le choix de ces nouvelles énergies, il faut qu'elles soient abordables. Pour cela nous avons besoin de mettre au point des techniques de production plus efficaces. Qui aurait imaginé il y a quelques années qu'aujourd'hui près de 10 % de l'électricité de la Guadeloupe serait produite à partir de la chaleur du sous-sol, grâce à la première et encore unique centrale géothermique de production d'électricité en France ?

Cette centrale, c'est d'abord une réussite environnementale.

C'est aussi une réussite économique, parce que l'électricité géothermique coûte moins cher à produire que celle issue des centrales thermiques classiques. Bouillante est donc un pari entièrement gagnant, pour l'écologie et pour l'économie. Elle est la preuve qu'en mettant l'innovation au service de l'environnement, on peut répondre entièrement aux attentes de nos concitoyens, qui veulent à la fois protéger la planète et ne pas subir le fardeau de la facture pétrolière. A cet égard je veux saluer tous ceux qui ont participé à cette aventure, les promoteurs qui ont accepté de prendre un vrai risque, ainsi que les ingénieurs dont l'inventivité a permis de relever des défis techniques considérables.

Je sais que vous avez décidé d'aller encore au-delà, pour doubler voire tripler la production de Bouillante. Ce volontarisme est un exemple pour tous nos concitoyens. Il est aussi l'amorce d'une coopération régionale remarquable avec les autres îles des Caraïbes.

Je me réjouis que ce modèle de développement s'élargisse en Guadeloupe et dans les Antilles à toutes les énergies renouvelables : éolien, solaire thermique ou photovoltaïque, vous faites la course en tête.

Vous le savez, le gouvernement a renforcé les soutiens à ces énergies nouvelles, pour les particuliers comme pour les entreprises.

Nous avons porté à 50 % le crédit d'impôts pour les équipements d'énergies renouvelables. Cela veut dire pour un chauffe-eau solaire qui coûte 3 000 euros, l'Etat en prend 1 500 euros à sa charge, et ce même si le particulier ne paie pas d'impôts.

Quant au tarif de rachat de l'électricité solaire, il a été significativement augmenté, pour amortir rapidement les investissements nécessaires.

Pour faciliter les investissements souvent lourds pour les particuliers comme pour les collectivités locales, j'ai annoncé la semaine dernière le lancement du livret de développement durable : il va nous permettre de financer 10 milliards d'euros de prêts écologiques aux particuliers, et le doublement des aides de l'ADEME aux projets collectifs de chaleur renouvelable. Je suis persuadé que le dynamisme guadeloupéen y trouvera les moyens d'une accélération de ces investissements.

Car l'enjeu des énergies renouvelables est particulièrement important dans les Antilles, qui ne peuvent bénéficier des atouts du nucléaire pour la production d'électricité sans émissions de gaz à effet de serre et qui ont donc eu recours à des énergies fossiles de plus en plus coûteuses. Plus encore qu'ailleurs, nous devons mobiliser tous les leviers pour permettre ce développement : défiscalisation de la loi Girardin, crédit d'impôts pour les particuliers, tarifs de rachats de l'électricité propre... tout doit être mis au service d'une énergie propre et moderne pour la Guadeloupe.

La protection de l'environnement c'est, je le sais, une exigence que la Guadeloupe porte depuis longtemps. Très tôt les Guadeloupéens ont compris que le développement de l'île devait se faire dans le respect des équilibres naturels et de la biodiversité, qui sont des atouts précieux.

Avec le parc naturel de Guadeloupe que vous avez créé en 1989, vous avez montré l'importance de la politique de labellisation et de protection de nos espaces naturels. Ce patrimoine exceptionnel que vous avez su conserver, c'est un don pour tous les habitants de l'île, mais aussi pour tous nos compatriotes, et pour tous les visiteurs de l'île. Et si aujourd'hui les projets de parcs nationaux de la Réunion et de la Guyane sont en bonne voie, c'est en partie grâce à la Guadeloupe.

La Guadeloupe joue un rôle essentiel dans le combat pour la biodiversité que la France mène avec détermination. Nelly OLIN vient d'ailleurs de présenter le volet outre-mer de la stratégie nationale de défense de la biodiversité en conseil des ministres le mois dernier. Là encore, les Antilles montrent l'exemple, puisque les plans d'actions de Martinique et de Guadeloupe étaient prêts dès janvier 2005.

Le projet de sanctuaire pour les Cétacés dans les Antilles, que la France a présenté lors de la dernière de la Commission baleinière internationale, est un autre exemple de cette coopération régionale exemplaire. Grâce à vous, nous sommes déterminés à porter plus loin ce combat.


Chers amis,

Avant de terminer permettez-moi encore de vous redire tout le plaisir que j'ai eu à débuter mon séjour dans les Antilles par votre commune. La générosité, le courage et le talent qui sont ici réunis sont bien à l'image de ce dynamisme qu'incarnent la Guadeloupe comme la Martinique, un dynamisme dont notre pays a plus que jamais besoin pour regarder l'avenir avec confiance.


Je vous remercie.

Source http://www.premier-ministre.gouv.fr, le 17 octobre 2006

Rechercher