Déclaration de M. Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la culture et de la communication, sur le pluralisme de la presse écrite et la situation du journal Libération, Paris le 14 novembre 2006. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la culture et de la communication, sur le pluralisme de la presse écrite et la situation du journal Libération, Paris le 14 novembre 2006.

Personnalité, fonction : DONNEDIEU DE VABRES Renaud.

FRANCE. Ministre de la culture et de la communication

Circonstances : Séance des quetions d'actualité à l'Assemblée nationale le 14 novembre 2006

ti :

Le gouvernement, Dominique de Villepin l'a rappelé il y a quelques jours, est un ardent défenseur du pluralisme de la presse écrite et donc de la diversité de ses titres. La préservation du pluralisme, au coeur de l'action que j'entends mener pour la presse de ce pays, commande que tout soit mis en oeuvre pour la continuation de son activité. Depuis 2004, le budget des aides directes à la presse écrite a augmenté de plus de 30%. C'est un effort sans précédent.

S'agissant de Libération, l'État ne méconnaît pas dans ce dossier son rôle de gardien du pluralisme et met tout en oeuvre pour l'assumer.

Mon cabinet et mes plus proches collaborateurs ont reçu à plusieurs reprises les responsables du journal et je suis moi-même totalement mobilisé.

Quel rôle peut jouer l'Etat pour être efficace ? Il doit accompagner un projet. Ce projet, c'est le projet d'un journal, de l'équipe des journalistes qui le portent avec la passion et le professionnalisme qu'on leur connaît.

Oui, ce gouvernement a pris des dispositions pour aider La presse écrite quotidienne d'information politique et générale. Je teins à rappeler que ceux qui ici ont voté les derniers budgets ont permis que, hors aide à la distribution, les aides directes versées à Libération augmentent entre 2004 et 2005 de 26 %.

Votre Assemblée a adopté dans le cadre du projet de loi de finances pour 2007 deux dispositions fiscales tout à fait essentielles pour le renforcement des fonds propres des entreprises de presse et donc pour le pluralisme. Ces mesures ont été proposées grâce à l'engagement personnel du Premier Ministre.

Ainsi, le dispositif spécifique de provision pour investissements des entreprises de presse (dit « du 39 bis »), qui venait à échéance à la fin de l'année, sera prorogé jusqu'en 2010 et adapté pour mieux répondre aux besoins des entreprises puisqu'il sera étendu à la prise de participation dans d'autres entreprises de presse ou des entreprises intervenant dans la chaîne de fabrication ou de distribution de la presse.

Par ailleurs, un nouveau mécanisme de réduction de l'impôt sur les sociétés, pour les entreprises entrant dans le capital des entreprises de presse éditant des publications d'information politique et générale, sera mis en place.

Je vous annonce que cette mesure entre immédiatement en application. Elle permettra aux actionnaires du journal de bénéficier de cette réduction d'impôt de 25 % sur le montant de leur souscription en numéraire.

Enfin, le gouvernement examine comment inclure dans le champ du mécénat les contributions, via des fondations ou des associations, de particuliers ou d'entreprises au soutien des journaux d'opinion. Je poursuis avec mon collègue Jean-François COPE les discussions sur la détermination des modalités opérationnelles de ce dispositif.

La situation du titre est tendue, certes, mais je ne veux pas m'associer au choeur des Cassandre. Je souhaite que la solution qui sera retenue préserve à la fois la qualité du projet éditorial et la viabilité du projet industriel. La clé de la réussite d'un titre réside en effet dans l'alchimie subtile qui doit s'établir entre ces deux piliers.

Je pense aux équipes qui font chaque jour ce journal. Je pense à ses journalistes, à ses techniciens, à ses administratifs et à ses commerciaux. Je sais les trésors d'enthousiasme et de talent qui les animent. Et j'ai confiance dans la capacité du titre à reconquérir l'avenir.


Source http://www.culture.gouv.fr, le 15 novembre 2006

Rechercher