Déclaration de M. Dominique Perben, ministre des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer, sur les bilans du plan de modernisation 2006-2010 du réseau ferré français et des essais de la ligne du TGV est, Château-Thierry le 18 décembre 2006. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Dominique Perben, ministre des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer, sur les bilans du plan de modernisation 2006-2010 du réseau ferré français et des essais de la ligne du TGV est, Château-Thierry le 18 décembre 2006.

Personnalité, fonction : PERBEN Dominique.

FRANCE. Ministre des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer

Circonstances : Essais de la LGV Est Européenne à Château-Thierry le 18 décembre 2006

ti : I - L'ambition de la France pour la grande vitesse

La Grande vitesse : un engagement de tout le pays depuis 25 ans ; un choix dont la pertinence se confirme avec l'augmentation du prix du pétrole avec 100 millions d'utilisateurs du TGV chaque année.

La France, parmi les tous premiers pays au monde dans le domaine de la grande vitesse

Ambition de la France: 900 km de ligne nouvelle à grande vitesse dans les 10 ans; 3 lignes nouvelles en construction en même temps depuis cette année + le Haut-Bugey vers Genève.

Avec pour la première fois une vitesse commerciale de 320 km/h sur la LGV Est, il s'agit d'un record mondial pour des trains classiques (non magnétiques).
Pour être homologué à cette vitesse, le TGV doit monter à plus de 350 km/h.

Je suis très impressionné par la stabilité et le sentiment de sécurité que l'on a même à cette vitesse.

Je voudrais remercier et féliciter tous les ingénieurs et techniciens de RFF , de la SNCF, d'ALSTOM et des entreprises qui travaillent avec vous pour cette formidable réussite.

II - Le programme d'excellence ferroviaire :

Aussi, je suis très heureux que nous vous présentions aujourd'hui ce programme d'excellence ferroviaire, résultat d'une collaboration entre public et privé particulièrement constructive avec RFF, la SNCF et ALSTOM.

L'innovation est un enjeu considérable dans le domaine du ferroviaire : pour améliorer la fiabilité du service, l'accessibilité aux personnes à mobilité réduite ou l'information des voyageurs, mettre au point de nouveaux procédés pour réduire les coûts d'exploitation, le bruit pour les riverains et bien sûr les temps de parcours...

L'Etat, avec le PREDIT qu'il dote de 60 Meuros par an, soutient un certain nombre de ces projets.

L'innovation c'est préparer l'avenir de notre industrie ferroviaire, qui représente 17.000 emplois directs dans le secteur privé et plus de 23000 à la SNCF (ateliers).

Ce programme d'excellence ferroviaire va faire progresser nos connaissances tant sur la voie, que sur le matériel roulant. Pour Alstom, c'est aussi une occasion unique de préparer le futur AGV, qui fera gagner en vitesse et en capacité.

Un des objectifs de ce programme, confidentiel, donc je n'en dirai pas trop à l'exception de son nom de code, V150 pour 150 m/s (540 km/h), est d'atteindre des vitesses très élevées. Il permettra, je l'espère, de dépasser le propre record du TGV de 1990 avec 515,3 km/h.

Je rappelle que ce record français est resté inégalé depuis cette date pour une ligne classique sur rail.
Je vous souhaite une pleine réussite dans la réalisation de ce programme et vous assure de mon entier soutien.

III - Autres points que vous pourriez évoquer :

3.1. Cette ambition de progrès s'accompagne d'une grande attention pour le réseau classique et les transports au quotidien :

Le plan de modernisation 2006-2010 que le Gouvernement a décidé au printemps a confirmé la nécessité de conforter le réseau ferré français dans son ensemble. Il va permettre d'apporter 1,8 milliards d'euros supplémentaires sur la période.

Dès cette année, les effets se font sentir avec l'engagement de nombreux programmes, et une demande forte des régions d'inscrire des projets de modernisation dans les contrats de projets.

3.2. La LGV Est, une ligne à dimension Européenne :

Calendrier confirmé : inauguration de la ligne début mars, premier service commercial le 10 juin 2007.

Première ligne en France à être « Interropérable », c'est à dire équipée d'un système de contrôle européen : l'ERTMS, ce qui lui permettra d'accueillir l'ICE3 allemand.

3.3 La coopération avec l'Allemagne est excellente :

Prolongements de la LGV Est vers l'Allemagne : j'ai signé le 14 mars 2006 le traité relatif au financement du pont sur le Rhin entre Strasbourg et Kehl pour une mise en service en 2010 ;
Homologation du matériel roulant : très bon travail en commun des organismes de sécurité ferroviaires français (EPSF) et allemands pour autoriser l'ICE3 en France et le TGV en Allemagne.

Nous avons signé un accord de « reconnaissance mutuelle » en mars dernier avec mon homologue allemand, qui facilite ce travail : les essais réalisés en France sont reconnus par l'Allemagne, et réciproquement, ce qui permet de gagner du temps et de réduire les coûts.

3.4 La 2ème phase du TGV Est :

Les discussions menées à ma demande par l'ingénieur général Claude Liebermann ont bien progressé sur le financement des dernières études et acquisitions foncières.

Aussi mes services ont adressé en fin de semaine dernière le texte d'un protocole de financement à l'ensemble des collectivités.

Je souhaite que l'on puisse le signer très rapidement, avant fin janvier. Je vais proposer la date du 23 janvier prochain à Paris.

Source http://www.equipement.gouv.fr, le 28 décembre 2006

Rechercher