Eléments d'intervention de M. Jacques Chirac, Président de la République, sur les négociations au sein de l'OMC, à Saint-Petersbourg le 16 juillet 2006. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Eléments d'intervention de M. Jacques Chirac, Président de la République, sur les négociations au sein de l'OMC, à Saint-Petersbourg le 16 juillet 2006.

Personnalité, fonction : CHIRAC Jacques.

FRANCE. Président de la République

Circonstances : Sommet du G8 du 15 au 17 juillet ; déjeuner de travail, à Saint-Petersbourg (Russie) le 16 juillet 2006

ti : La France veut un accord ambitieux et équilibré à l'OMC. Mais il faut que chacun fasse des efforts.

Seule l'Europe a bougé. Nous sommes allés, dans l'offre agricole européenne du 28 octobre dernier, aux limites extrêmes du mandat donné à la Commission par les États membres. Nous ne pourrions pas aller au-delà sans nouveau mandat.

Aux autres protagonistes de faire mouvement, et d'abord aux Etats-Unis, par la réduction significative de leurs soutiens internes agricoles et l'élimination effective de leurs aides à l'exportation.

Nous attendons également un effort significatif des grands pays émergents sur la réduction des droits de douane industriels et sur les services.

Je suis préoccupé par la dérive de ce Cycle. Nous avons perdu de vue l'intérêt des pays pauvres, et notamment de l'Afrique, alors que la justification de tout l'exercice était le développement : presque rien sur le coton, rien sur l'érosion des préférences··· Plusieurs études récentes de la Banque mondiale et de la Fondation Carnegie (américaine) montrent que l'Afrique serait perdante à un accord. C'est inacceptable. Nous devons, de manière urgente, replacer cette question au coeur de la négociation.

Rechercher