Communiqué de la Présidence de la République, en date du 3 avril 2007, concernant le record établi sur la ligne du TGV Est. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Communiqué de la Présidence de la République, en date du 3 avril 2007, concernant le record établi sur la ligne du TGV Est.

ti : Q - Concernant la Grande-Bretagne et le peu d'entrain des Nations unies à venir à leur secours, à soutenir leurs hommes pris en Iran, est-ce que, aujourd'hui, elle a quelques motifs de satisfaction ?

R - Aujourd'hui, les 27 pays européens ont manifesté la solidarité qu'ils doivent à la Grande-Bretagne, un pays qui est l'un des nôtres et qui est dans une situation difficile. Nous avons tous, à l'unanimité, voulu marquer cette solidarité européenne. Quinze personnes sont retenues en Iran dans des conditions qui ne sont pas justifiables. La France avait convoqué, hier, l'ambassadeur d'Iran pour demander la libération immédiate et inconditionnelle de ces personnes, nous avons aujourd'hui réitéré cette demande. Et puis j'ajoute que le procédé qui consiste à exhiber de soi-disant confessions ou de soi-disant lettres est indigne et parfaitement inadmissible.

Q - Et en contravention avec les lois internationales.

R - Et en effet, en contravention avec le droit international, qu'il convient de respecter, la déclaration le précise également.

Q - Nous passons au Kosovo si vous le voulez bien. Est-ce que l'on a avancé ces jours-ci sur le Kosovo, entre Européens ? Est-ce qu'il y a une sortie éventuelle de cette crise latente ?

R - Le dossier est désormais devant les Nations unies parce que, malheureusement, il n'a pas été possible de parvenir à une solution négociée entre les parties. Nous avons une position commune des Européens depuis le mois de février, acquise au niveau ministériel, et qui est la base de la position qui sera celle des Etats membres européens au Conseil de sécurité. Nous soutenons les efforts de Martti Ahtisaari, nous avons salué son travail, et désormais va s'engager un processus à l'ONU qui doit nous mener à une résolution. Cette résolution est indispensable pour la stabilité de la région, et elle est nécessaire aussi pour toute mesure d'accompagnement qui pourrait s'avérer utile.

Q - Est-ce que, malgré tout, il n'y a pas des tendances centrifuges par rapport à cette position commune de la part de certains Etats ?

R - Il a été rappelé, aujourd'hui, que c'était vraiment sur la base agréée que nous devions, les uns et les autres, agir au Conseil de sécurité. L'unité des Européens est indispensable, bien sûr, pour que l'unité se fasse au Conseil de sécurité. D'ailleurs, je souhaite que les Etats européens, membres du Conseil, agissent auprès des autres membres du Conseil de sécurité pour faire progresser cette unité de la communauté internationale.

Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 3 avril 2007

Rechercher