Déclaration de M. Dominique de Villepin, Premier ministre, en réponse à une question sur la politique sociale du gouvernement, Paris le 11 janvier 2007. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Dominique de Villepin, Premier ministre, en réponse à une question sur la politique sociale du gouvernement, Paris le 11 janvier 2007.

Personnalité, fonction : VILLEPIN Dominique de.

FRANCE. Premier ministre

Circonstances : Séance de questions d'actualité, au Sénat le 11 janvier 2007 ; question de M. Jean-Pierre Bel, sénateur (PS) de l'Ariège

ti :
"Monsieur le président,
Mesdames et Messieurs les sénateurs,
Monsieur le président Bel,


J'ai mis le combat contre les inégalités dans notre pays au coeur de l'action du Gouvernement. Et, vous le savez tous, il y a deux voies pour avancer : la première, c'est celle des vaines promesses, nous l'avons connue dans le passé : à coup de subventions, à coup d'augmentation de la dépense publique et à coup de réduction du temps de travail. Ce n'est pas la voie que nous avons choisie.

Nous avons, au contraire, fait des choix politiques clairs : le choix de la défense de notre pacte républicain, de la laïcité, de l'égalité des chances, le choix du plein emploi, en mobilisant toutes les forces du pays pour faire reculer le chômage. Et le choix de la croissance et de l'innovation. Et nos résultats parlent d'eux-mêmes : le chômage est passé à 8,6 %. Nous nous rapprocherons de 8 % à la mi-2007. Nous avons construit des logements à un rythme qui n'a jamais été atteint depuis vingt-cinq ans. Nous avons doublé la mise en chantier de logements sociaux, le double, je le répète, de la période pendant laquelle vous étiez aux affaires, et je veux ici en remercier Jean-Louis Borloo et Catherine Vautrin. Nous avons mis des moyens considérables au service des élèves les plus défavorisés : 1 000 enseignants expérimentés, 3 000 assistants pédagogiques ont été affectés à la rentrée 2006 dans les collèges "Ambition-Réussite".

Et, en matière de pouvoir d'achat, nous avons multiplié les initiatives : nous avons, il faut le rappeler, doublé la prime pour l'emploi, soit l'équivalent d'un treizième mois pour ceux qui sont au niveau du Smic ; vous ne l'avez jamais fait. Nous avons enfin créé des outils de lutte contre les discriminations, un sujet dont vous ne vous êtes pas non plus préoccupés.

L'enjeu, aujourd'hui, c'est bien de savoir comment nous pouvons aller plus loin, comment passer de 8 % à 6 % de chômage, comment répondre aux préoccupations de nos concitoyens en matière de logement, comment aider les jeunes à s'en sortir ? Nous choisissons la persévérance en menant jusqu'au dernier jour la bataille de l'emploi. Nous choisissons le pragmatisme en nous fixant des objectifs réalistes, et c'est pour cela que nous avançons dans la voie du droit au logement opposable dès 2008. Les personnes qui sont dans les situations les plus dramatiques se verront chacune proposer une solution. Nous faisons enfin le choix de l'ambition, en jetant les bases d'une université qui soit le véritable passeport pour l'emploi. C'est tout le sens du schéma national d'insertion et d'orientation qui sera mis en place dans les toutes prochaines semaines. Vous le voyez, persévérance, pragmatisme, et ambition, c'est le triptyque de la volonté gouvernementale.


Source http://www.premier-ministre.gouv.fr, le 15 janvier 2007

Rechercher