Déclaration de M. Léon Bertrand, ministre du tourisme, sur le bilan de la politique du tourisme en 2006 : le vote de la loi tourisme avec la création du code du tourisme, le développement du partenariat privé public, et les diverses réorganisations des institutions du secteur du tourisme, Paris le 17 janvier 2007. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Léon Bertrand, ministre du tourisme, sur le bilan de la politique du tourisme en 2006 : le vote de la loi tourisme avec la création du code du tourisme, le développement du partenariat privé public, et les diverses réorganisations des institutions du secteur du tourisme, Paris le 17 janvier 2007.

Personnalité, fonction : BERTRAND Léon.

FRANCE. Ministre délégué au tourisme

Circonstances : Voeux à la presse à Paris le 17 janvier 2007

ti : Monsieur le Ministre, Cher Dominique,
Mesdames et Messieurs les Directeurs,
Mesdames et Messieurs,


C'est sans doute la dernière fois que nous avons l'opportunité de nous rencontrer dans cette configuration institutionnelle et je souhaite vous faire part du plaisir qu'a été le mien d'occuper pendant 5 ans mes fonctions de Ministre délégué au Tourisme.

Nous ne sommes pas encore tout à fait à l'heure des derniers comptes, mais nous nous en approchons sérieusement.

Je ferai ainsi connaître le 31 janvier le bilan définitif de l'année 2006, mais sans en déflorer ici prématurément le contenu, je crois pouvoir dire que les résultats de cette année « utile », selon les voeux du Président de la République, sont conformes à nos souhaits.

Avec 76 millions de visiteurs et une progression continue de nos recettes, le tourisme français a conservé sa position de premier pays réceptif.

Deux données publiées récemment me paraissent, parmi bien d'autres très encourageantes :
Selon une étude de l'Association européenne d'Offices de Tourisme, Paris continue de devancer très largement les autres métropoles européennes sur le plan de la fréquentation touristique.

Or, c'est précisément le tourisme urbain qui a été, entre 2000 et 2005, le moteur du développement touristique européen puisque la croissance des nuitées dans les villes a été de 16% alors qu'elle n'a été que de 1,5 % dans l'ensemble des zones touristiques des 23 pays européens étudiés.

Deuxième phénomène significatif : le succès du film « camping » n'aura pas été seulement « du cinéma » puisque l'hôtellerie de plein air a franchi le cap des 100 millions de nuitées en 2006, notamment grâce à la progression des clientèles étrangères.

Ces premiers éléments constituent naturellement une forme de récompense pour tous ceux, professionnels et institutionnels, Etat et collectivités territoriales qui oeuvrent inlassablement pour maintenir la France au 1er rang des destinations touristiques.

C'est d'ailleurs dans cette perspective que nous avions organisé, en 2003 et 2004, deux Comités interministériels du Tourisme dont les promesses sont aujourd'hui, très largement, devenues réalités.

La plus visible d'entre elle, c'est naturellement le tout nouveau « Code du Tourisme », auquel nous consacrerons un grand colloque universitaire le 23 février prochain à la Sorbonne.

La publication des décrets relatifs à la partie réglementaire en octobre 2006 a donné la touche finale à un long processus entamé en 2004.

Elle constitue à mes yeux une étape essentielle qui permet de donner au tourisme, 70 ans après la naissance des « Congés payés », une vraie reconnaissance juridique et institutionnelle.

Cette volonté de reconnaissance a été, je dois l'avouer, l'un des plus puissants moteurs de mon action depuis 5 ans.

Et au-delà du code et de la loi Tourisme, je vois dans la progression constante de notre budget (+10,1 % en 2007), dans notre participation aux contrats de projets et aux pôles d'excellence rurale d'autres signes positifs d'une meilleure prise en compte du tourisme dans les priorités de l'action gouvernementale.

Mais la réussite de notre politique touristique dépend aussi de l'étroit partenariat qui a été noué entre acteurs publics et acteurs privés.

C'est pour vivifier ce partenariat que nous avons achevé, en 2006, la modernisation de nos organismes sous tutelle, regroupés au sein de la Maison du Tourisme, place de Catalogne pour la majorité d'entre eux.

Une maison qui accueillera désormais aussi la toute nouvelle association « Femmes du Tourisme », présidée par Cathy KOPP, directeur général des ressources humaines et du développement durable du groupe ACCOR

Et ce regroupement sera complet en avril 2007 avec l'installation de Maison de la France.

Notre GIE en charge de la promotion a parfaitement rempli cette année son objectif d'accroissement des recettes et travaille actuellement à enrichir l'offre commercialisable sur son site franceguide.com, fréquenté par 2,5 millions d'internautes chaque mois.

Avec la publication de son décret de réorganisation, le Conseil National du Tourisme est également de nouveau opérationnel après l'installation des nouvelles sections.

Le pôle social, enfin, est né le 15 novembre dernier avec la fusion de l'ANCV et de BSV qui permettra de réunir au sein d'une seule entité plus performante l'aide aux personnes en termes de vacances.

La réforme de nos outils était indispensable pour placer le Ministère en position d'élaborer des stratégies à moyen et long terme, pour donner plus de visibilité à nos actions.

Ces actions ont été particulièrement nombreuses en 2006 et je me contenterai de citer ici les plus emblématiques :

Le vote de la loi tourisme qui a permis, outre l'adoption du code du tourisme déjà évoquée, d'importantes réformes relatives notamment aux stations classées et aux chambres d'hôtes ;

la signature du contrat de croissance pour l'hôtellerie et la restauration, qui a offert de nouveaux moyens de promotion à Maison de la France et à la mise en oeuvre du Plan Qualité Tourisme pour dynamiser ce secteur vital de notre économie ;

La mission, conduite avec la ministre déléguée au Commerce extérieur, en faveur du secteur des Foires, Salons et Congrès, qui a vu la mise en place d'un Comité de pilotage encadrant un travail opérationnel associant les professionnels aux différents services de l'Etat.

Le plan de relance du tourisme à la Réunion et à Mayotte, après la terrible épidémie de Chikungunya, pour regagner des parts de marché ;

La mise en oeuvre de notre plan d'action contre l'exploitation sexuelle des enfants dans le Tourisme, avec la coopération de nos ambassades et services consulaires dans 12 pays pilotes, pour faire reculer ce fléau qui ternit l'image du tourisme ;

L'organisation des premières universités d'été du tourisme à Gréoux les Bains qui ont mis en évidence l'importance essentielle de la recherche et de l'innovation, thème d'ailleurs repris à l'occasion des 4èmes assises nationales du Tourisme.

Voilà, Monsieur le Ministre, Mesdames et Messieurs, un bref aperçu de nos réalisations en 2006, des réalisations dont je suis fier.

A quelques mois de la fin de mon mandat, il reste, bien sûr, de nombreux chantiers ouverts tels que par exemple, le classement hôtelier, ou la réforme de la taxe de séjour.

2007 sera également une année de grandes opportunités pour le tourisme français avec la Coupe du Monde de rugby ou la candidature des sites VAUBAN au patrimoine mondial de l'humanité dont nous connaissons l'impact majeur en terme de notoriété et donc de fréquentation.

Avant d'achever mon propos, je souhaiterais émettre un voeu, puisque la période est propice : le tourisme apparaît encore aujourd'hui un phénomène marginal dans l'actualité économique.

Il est encore trop souvent traité à la rubrique « art de vivre » ou « faits divers » en cas de catastrophe.

La presse porte, je crois, une responsabilité particulière dans la façon dont l'information est reçue par le public.

Et je serai le plus heureux des ministres si celui ou celle qui me succède pouvait bénéficier d'une plus grande « curiosité » de la part de la presse économique, à hauteur des enjeux colossaux que représente aujourd'hui l'industrie touristique dans notre pays.

Avec cet espoir, je vous souhaite, à toutes et à tous, une excellente année 2007, placée sous le signe de la réussite et de la convivialité.


Je vous remercie.


Rechercher