Déclaration de Mme Dominique Voynet, sénatrice des Verts et candidate à l'élection présidentielle de 2007, sur ses propositions pour un "contrat écologique" et l'appel à une coalition de la gauche et des écologistes, Nantes le 26 janvier 2007. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Dominique Voynet, sénatrice des Verts et candidate à l'élection présidentielle de 2007, sur ses propositions pour un "contrat écologique" et l'appel à une coalition de la gauche et des écologistes, Nantes le 26 janvier 2007.

Personnalité, fonction : VOYNET Dominique.

FRANCE. Les Verts, sénatrice ; FRANCE. Candidate à l'élection présidentielle de 2007

Circonstances : Premier meeting de campagne des Verts, à Nantes le 26 janvier 2007

ti : Chers amis, chers camarades,


Dans un peu plus de 3 mois, les électeurs auront choisi une nouvelle

personne pour présider la République, une nouvelle équipe pour

gouverner notre pays !

Elles devront s'attaquer dès leur installation à des choix qui iront

bien au-delà des 5 ans d'un mandat ou d'une législature. A des choix

qui pèseront sur l'avenir de l'Europe et aussi sur l'état du monde. A

des choix de civilisation.

Nous vivons, à l'échelle de la planète, une période de grandes

transformations et de grandes prises de conscience.

Les grandes transformations touchent au rapport entre les peuples,

entre les nations, entre les continents : les pays pauvres veulent

prendre leur place dans le festin mondial, les pays riches s'accrochent

à la défense des positions conquises, les rapports entre ce qu'on

appelle à tort les « centres » et les « périphéries », revêtent des

formes de plus en plus conflictuelles.

Les grandes prises de conscience, touchent à la place et au rôle même

de l'humanité dans le « concert du vivant » : s'ajoutant aux impasses

du passé, l'évolution économique et géopolitique en cours, est en train

de modifier profondément et de façon irréversible ce qui est à la

source commune de notre vie, le climat, les océans, les sols, les

forêts, la biodiversité.

De deux choses l'une :

Ou bien nous continuons sur la lancée de notre société de gaspillage,

de surconsommation énergétique et d'inégalités sociales, nous nous

fermons, nous nous replions sur les égoïsmes et les prés carrés, comme

le proposent les extrêmes droites, partout menaçantes, les fanatismes,

les nationalismes de tous les pays.

Et alors les conflits, chez nous comme ailleurs, prendront une tournure

de plus en plus violente, tandis que la nature présentera à tous la

facture sévère des affronts que nous lui faisons subir depuis 150 ans.

Ou bien, nous mobilisons l'intelligence, la responsabilité, la

compétence, l'humanisme qui est le patrimoine commun de tous les

peuples, et nous ouvrons une ère nouvelle, avec une mutation forte de

notre façon de produire, de consommer, de partager.

Pour opérer cette mobilisation, aucune des doctrines existantes, aucune

des recettes antérieures ne suffiront.

Nous ne partons pas de rien non plus : nos sociétés se sont mises en

mouvement. Il y a des gens qui bougent, des solutions qui émergent, des

informations qui circulent instantanément, des techniques qui

apparaissent, des réalisations qui avancent.

Eh bien, l'un des enjeux forts de cette campagne électorale en France,

sera de porter notre pays à la hauteur de ces solutions, de donner à

nos concitoyens les moyens de peser à nouveau sur leur destin, de

décider de leur avenir commun.

Choisir la révolution écologique, faire le pari du courage et celui de

la démocratie, voilà à quoi, au nom des Verts, je vous invite ce soir.

C'est qu'il est grand temps : les retards pris chez nous sont

inquiétants, le bilan des gouvernements de droite depuis 2002 est

accablant :

Sous l'autorité de Jacques Chirac, « la maison France » a continué à

brûler. « Vous êtes injustes ! On a quand même fait inscrire le droit à

l'Environnement dans la Constitution ! » C'est vrai. Encore faut-il

admettre qu'il a à peu près autant de consistance que le droit au

travail, lui aussi inscrit et lui aussi piétiné. Qu'on en juge ! Rien

pour réduire la pollution agricole dans la loi sur l'eau ; report ad

vitam aeternam de la loi sur les OGM ; sous traitance de la sûreté

nucléaire au lobby du même nom. Les pyromanes Raffarin et Villepin ont

conduit les pires politiques environnementales depuis 30 ans, allant

jusque à détricoter ce qu'avaient fait de bien certains gouvernements

conservateurs, la loi montagne, la loi littoral, la protection des

sites, la politique des parcs nationaux. Quant à la ministre de

l'Ecologie, elle inaugure des incinérateurs !

Et en 5 ans, quel bilan économique, quel bilan social !

Moins de chômeurs sur le papier - il est vrai qu'on ne publie plus les

statistiques ! - mais plus de chômeurs réels et plus de travailleurs

pauvres ; moins d'impôts pour les plus riches, mais plus de charges

pour les régions et les communes ; des honoraires plus douillets pour

les médecins mais une assurance maladie mal en point...

Rien de réglé non plus pour les banlieues, l'école, l'université, la

recherche, les jeunes, la Corse, les victimes de l'amiante, les

réfugiés de Sangatte, les paysans, les pêcheurs, le logement, les

ouvriers victimes des délocalisations.

Pire encore, alors que tant de nos concitoyens doutent de la probité

des hommes politiques, la nomination systématique « d'amis fiables » à

tous les postes de responsabilité, l' utilisation cynique des moyens de

l'Etat pour les coups tordus, le mélange des genres, ont affaibli comme

jamais l'esprit public, l'indépendance de la justice, l'autorité de la

police. Et dans un autre registre, la crédibilité de trop de médias.

L'image de la France dans le monde s'est ainsi considérablement noircie

: nous sommes perçus comme un pays inhospitalier pour les immigrés et

les demandeurs d'asile, velléitaire sur la question européenne,

incapable de peser sur le règlement des conflits régionaux, à la traîne

sur les sujets environnementaux et énergétiques pour lesquels nous

donnons pourtant des leçons à la planète entière, mou sur la question

des droits de l'homme en général, et davantage encore quand il s'agit

d'acheter du gaz ou de vendre des avions !

Et c'est à ce bilan, auquel il a, contribué activement depuis 20 ans,

que le candidat unique de la droite Nicolas Sarkozy veut ajouter ses

propres excès, ses propres obsessions conservatrices.

Nous avions retenu de sa déclaration de candidature sur TF1 qu'il n'

avait pas dit, en deux heures d'émission, un seul mot sur l'

environnement. De l'intronisation bonapartiste de la porte de

Versailles, c'est la réduction du droit de grève, la fin des 35 heures

(et de la possibilité concrète de refuser des heures supplémentaires au

gré de l'employeur), la suppression du RMI, le bouclier fiscal à 50%

pour les catégories aisées, et un nouveau tour de vis autoritaire et

répressif, que nous retiendrons !

Mais ce qui transparaît de cette cérémonie d'adoubement, c'est un état

d'esprit, une certaine vision de la société française :

Hier pour les bourgeois, le danger venait de la canaille des faubourgs.

Aujourd'hui il vient de la racaille des banlieues. De ce côté-là rien

de nouveau...

Mais au-delà des outrances et derrière les mots, se profile une

entreprise de remodelage des esprits et des consciences comme nous en

avons peu connu ces 50 dernières années.

Quand le candidat de la droite parle de réhabiliter le travail et le

mérite, il ne pense pas aux femmes précaires, celles qui nettoient les

bureaux de six à huit, aux temps partiels de la Poste, aux intérimaires

des chantiers navals : il s'adresse aux gagnants du système, ceux dont

il n'a eu de cesse de baisser les impôts depuis 5 ans.

Quand il dit « à bas l'assistanat », ce qu'il faut entendre c'est «

malheur aux vaincus, à ceux qui ne suivent pas le rythme, ceux-là sont

au fond responsables de ce qui leur arrive ».

Comment ne pas s'indigner de ce double langage ? Qui est le « vrai »

Nicolas Sarkozy ? Celui qui salue les « travailleurs » dans l'Aisne en

rameutant les mânes et les mots de Léon Blum et de Jean Jaurès, ou

celui qui, dans la même journée, se fait acclamer par le patronat en

annonçant la fin de la sécurité du travail ? Je n'en dis pas plus, nous

avons tous compris.

- Que favoriser les assurances privées et les retraites par

capitalisation, ça signifie dans dix ans le retour à une pauvreté de

masse chez les personnes âgées, et l'aggravation des tensions entre

générations.

- Que la suppression de la carte scolaire et la multiplication des

aides à l'enseignement privé, ça signifiera encore plus de rivalités

entre les territoires et les quartiers.

- Que tout miser sur l'accession à la propriété des logements, ça

voudra dire la poursuite de la spéculation au centre des villes, avec

des prix extravagants du m2, et la relégation de plus en plus loin,

pour ceux, de plus en plus nombreux, qui ne pourront pas suivre, avec

un étalement urbain générant des heures de transport en plus pour les

plus mal lotis.

Le rêve américain, japonais ou australien de Nicolas Sarkozy, va bien

plus loin que le vieux mot d'ordre « le bonheur est dans le caddie ».

Pour lui le bonheur est dans la vidéosurveillance des résidences

privées barricadées, dans le 4x4 qui vous met à l'abri du contact avec

le vulgum pecus, dans les vacances de catalogues, la maison de

standing, les assurances-vie et les placements du Cac 40.

Dans cette conception-là, la puissance publique ne sert plus qu'à une

seule chose : repérer, surveiller, exclure, sanctionner celles et ceux

qui ne peuvent pas ou ne veulent pas suivre.

A l'école, au travail, dans la rue, et jusque dans les halls d'

immeubles.

Ces fantasmes de propreté sociale et d'enrichissements personnels

forcenés, nous mènent en réalité à l'exacerbation de tout ce qui nous a

conduits là où nous sommes, autrement dit à la crise écologique, à l'

explosion des inégalités, à la grande fracture Nord/Sud, à la

compétition de tous contre chacun, à la dégradation généralisée de la

qualité de vie pour la majorité.

Ça s'appelle la société du stress, une société violente au quotidien.

Et on voudrait nous faire croire que cette société là, au bord de la

crise de nerfs, pourrait affronter les défis et les enjeux du siècle?

Je pense, moi, que le modèle porté par la place Beauvau est exactement

aux antipodes du changement de civilisation nécessaire pour faire face

aux défis de la planète.

Il est aux antipodes d'une civilisation de la qualité du travail et de

l'activité pour tous, d'une société du temps libéré pour la démocratie

et la convivialité, de la coopération entre les individus, du règlement

non violent des conflits, de la solidarité entre les générations.

Il tourne le dos à une société écologique de maîtrise de nos

consommations d'énergie, de réduction du gaspillage, de prévention et

de préservation de la ressource naturelle.

Nous le sentons, au-delà des programmes et des mesures, cette élection

présidentielle opposera des valeurs, des projets incompatibles, des

visions différentes de l'évolution de notre civilisation.

Dans cette bataille d'idées, les Verts ne sont pas en peine pour dire

où ils se situent !

Nous ne sommes pas de ceux qui sollicitent votre vote de premier tour,

en clamant partout que tout se vaut, et donc qu'ils ne choisiront pas

leur camp, et bien sûr qu'ils ne se saliront pas les mains en

gouvernant, c'est à dire en décidant !

Comment le contester ? C'est tout sauf facile de faire de l'écologie

avec les partis de la gauche traditionnelle. Mais il y a une chose dont

je suis bien certaine : « C'est impossible avec les partis de droite »

!

Ainsi donc, au moment où nous lançons cette campagne, nous sommes

clairs :

Parce que les urgences sont là, parce qu'on ne peut plus attendre,

Parce qu'il existe des ressources pour changer,

Nous voulons que se forme dans ce pays en avril, en mai et en Juin une

coalition de la gauche et des écologistes,

Nous voulons qu'elle gagne, et nous voulons qu'à la différence des fois

précédentes, elle gouverne pour changer vraiment !


Chers amis, chers camarades,

Dans cette bataille, nous le sentons bien, les électeurs et les

sympathisants écologistes auront une responsabilité particulière.

Les règles de la cinquième République sont mauvaises et nous militons

pour qu'elles changent.

Elles sont cependant les règles et elles s'appliquent à tous. A l'

élection présidentielle, il y a deux tours et pas un seul.

Au second tour, on choisit entre deux coalitions, projet contre projet.

Mais au premier, on compose le bouquet majoritaire, on dose la place

des idées de chacun dans chaque camp, et on donne à chaque composante

le poids qu'elle aura dans la future majorité présidentielle.

Dans le bouquet de gauche qui sortira du premier tour, il faut qu'il y

ait beaucoup d'écologie.

Car sur toute une série de questions, grandes et petites, je sens

encore nos partenaires flageolants, hésitants, ballottés entre des

tentations contradictoires.

Il ne s'agit pas, contrairement aux commentaires haineux de la droite,

d'une question de « carrure » : les femmes de gauche ont autant de

capacité à gouverner la France que les hommes de droite ! Il suffit

pour s'en convaincre de regarder dans quel état ils ont mis notre pays

en 5 ans !

Il ne s'agit pas d'un problème de personnes ! Il s'agit d'une question

de choix pour la gauche.

Je ne reviens pas pour le plaisir sur le trouble que provoque tel ou

tel discours sur les 35 heures en général et en particulier pour les

profs, sur l'encadrement militaire des jeunes comme alternative de

gauche à la prison, et même sur des sujets plus généraux qui touchent à

l'ordre et à la crise d'autorité.

Je sens sur un certain nombre de sujets une propension inquiétante à

surfer sur ce qu'on croit être la volonté de l'opinion, et à se

déterminer en suivant plutôt qu'en éclairant le débat.

A trois mois des élections, le moment est venu de dire ce qu'on veut

faire. Et de cesser de dire à chacun ce qu'il veut entendre ! Il faut

faire des choix. Et dans bien des domaines, assumer des ruptures avec

les politiques conduites hier par la gauche, qui trop souvent n'a pas

osé, pas pu, pas voulu. Ainsi des questions écologiques ! C'est une

vraie rupture qu'il s'agit d'opérer. Rupture avec les tergiversations

de la période 97-02, au cours de laquelle toute inflexion vers un peu

plus de responsabilité environnementale était perçue comme une

insupportable remise en cause de la liberté d'entreprendre. Rupture

avec les choix de bien des édiles socialistes, pas les derniers à

financer des projets d'arrière-garde (du nucléaire et du charbon en

Bourgogne, un nouvel aéroport à Nantes, un « grand contournement » à

Rennes). Rupture avec la tradition de la fuite en avant dans des

innovations techniques dont on ne sait quels intérêts et quel progrès

ils servent.

La candidate socialiste a eu le courage de dire, et d'écrire, qu'elle

voulait ramener la part du nucléaire à 50% de la production d'

électricité d'ici 2020 - elle a au passage gagné trois ans par rapport

à son engagement dans un premier temps !

Bonne proposition, excellente proposition, piochée dans le projet des

Verts. Mais qu'en dit Jean Pierre Chevènement auquel on a promis

l'inverse ? Pourquoi le programme socialiste n'en parle-t-il pas ?

Pourquoi les élus socialistes d'Alsace et de Basse-Normandie ne sont-

ils pas mobilisés pour préparer la fermeture de Fessenheim, et

l'abandon de l'EPR ?

Elle a dit qu'elle voulait un moratoire sur les incinérateurs ? Fort

bien ! Mais qu'en disent les élus socialistes d'un certain nombre de

villes qui ne jurent que par ce mode d'élimination des déchets,

ruineux, désastreux pour l'environnement et la santé ?

Prenons même l'affaire des impôts : là, au risque d'être « suspendue »,

je dis que le premier secrétaire du Parti Socialiste a parlé juste.

Dans un pays où on passe son temps à décrier l'impôt, je ne vois pas ce

qu'il y a de scandaleux à faire remarquer qu'on ne baissera plus les

impôts d'un foyer dont les revenus fiscalisés sont avec deux enfants,

de 12000 euros par mois. Et même qu'on reviendra sur des arrangements -

la défiscalisation dans les DOM par exemple - concédés par l'UMP aux

plus aisés des contribuables !

Nous avons besoin de savoir, pour en débattre, quelle politique sera

proposée au plan environnemental, au plan économique et fiscal, au plan

des inégalités.

Nous ne savons pas ce qui sera proposé pour l'Europe, concernant par

exemple l'adhésion de la Turquie, ou encore la relance des politiques

économiques, fiscales, énergétiques communes. Rien non plus en matière

de Constitution européenne. Une Constitution dont nous avons besoin,

pour que nous puissions enfin sortir de l'Europe impuissante des

traités d'Amsterdam et de Maastricht. Mais un Traité débarrassé de ce

qu'il contient de risques de dérives libérales, pour répondre aux

besoins des peuples et surmonter leurs inquiétudes.

Vous l'aurez compris, « le droit d'inventaire » à gauche, je souhaite

l'exercer pendant la campagne plutôt qu'après l'élection,

Et je ne souhaite pas que la gauche soit, au soir du premier tour,

tellement monochrome, tellement uniforme, tellement alignée, qu'elle

ait perdu ensuite toute capacité de débat pour gouverner et transformer

la France !

« Gouverner et transformer la France»

Au moment même où je prononce ces mots, je mesure le déficit de

confiance qui s'est creusé ces dernières années entre les citoyens et

la politique.

La politique est devenue un produit comme un autre, que l'on emballe,

que l'on vend, que l'on consomme.

Comme on va au fast food, on fait aujourd'hui de la fast politique.

On ne gouverne plus en fonction des priorités, mais en fonction de l'

actualité télévisée.

Une erreur judiciaire, un bateau qui coule, un malade qui se donne la

mort, une interpellation qui dégénère dans les quartiers, un SDF qui

meurt de froid, une inondation : vite une visite ministérielle, avec

son lot de postures martiales, et de proclamations définitives, vite

une commission parlementaire, vite un discours solennel sur le thème «

ça ne doit pas se reproduire !»

A défaut d'avoir gagné la coupe, la France est devenue la championne du

monde toutes catégories de la fabrication bâclée de lois !

Nous empilons les textes, nous changeons de politique sans avoir fait

le bilan de ce qui a été fait hier, nous prenons des décisions

contradictoires.

Et puis on passe à l'évènement suivant. Et on oublie.

Hier, c'était le « droit à l'environnement » qui était inscrit dans la

Constitution.

Demain, suite au combat magnifique des militants d'Emmaüs, du DAL, des

enfants de Don Quichotte, la France disposera sur le papier, du « droit

opposable au logement ».

Mais ne soyons pas dupes !

Passé le temps des belles indignations, une nuée de technocrates et de

spécialistes viendront dresser la liste de tous ceux qui n'auront pas

droit au droit, et à l'arrivée on aura bien trouvé vingt motifs pour

faire de tout cela une charpie, une caricature, une peau de chagrin...

Voilà qui favorise toutes les dérives, voilà qui use la confiance des

citoyens, qui discrédite la politique : à ce petit jeu là, les plus

démagogues, les plus populistes, les plus extrémistes, finissent

toujours par l'emporter.

Cette façon de surfer sur les événements pour bâtir de grands

programmes qui ne seront jamais appliqués, cette façon de faire des

textes creux qui tiennent jusqu'au prochain texte, les Verts la

refusent.

Les efforts qui comptent sont ceux qu'on fait dans la durée, les

politiques qui valent sont celles qu'on fait dans la cohérence.

En 25 ans d'écologie, après quelques années d'expérience, même

minoritaire, dans les gouvernements et les exécutifs, nous avons nous

aussi appris pas mal de choses.

Une première chose que nous retenons d'abord de l'expérience : ne pas

avoir peur d'être à contre courant, car les faits sont obstinés.

Nous avons été les premiers, sous le flot des sarcasmes, à alerter, à

pointer les nouvelles menaces : le changement climatique, la perte de

biodiversité, la pollution des eaux, de l'air, des sols, la

déforestation, la surpêche, les cancers liés aux produits chimiques...

Nous avons été les premiers à attirer l'attention sur la folie du

toujours plus et sur les dégâts d'une vision étroite du progrès et de

la science.

Trop souvent, hélas des catastrophes nous ont donné raison :

Loin de nous, Seveso, Tchernobyl, Bhopal ? Des souvenirs de cauchemar

dont les effets durent encore.

Hier en Bretagne et en Galice les pétroliers, aujourd'hui dans le Devon

les porte containers...

Plus près aussi, l'accident du tunnel du mont Blanc, l'explosion d'Azf

à Toulouse, Metaleurop et Bourg Fidèle...

Et les glissements de terrain, les constructions dans les couloirs d'

avalanche, les incendies de forêts, les maladies liées à la pollution

de l'air, au travail, l'amiante et les éthers de glycol, l'eau nitratée

et les paysans ruinés par une pratique déraisonnable de la chimie et de

l'élevage, et puisque nous parlons d'élevage, aujourd'hui encore, la

menace permanente de grippe aviaire.

Et puis il faut aussi parler de ceux qui ne passent pas la rampe

médiatique. Ils se nomment eux mêmes les Invisibles. Invisibles les

enfants placés en centres de rétention et expulsés à grand frais vers

un pays d'origine dont ils ne connaissent pas la langue. Invisibles les

dockers victimes de l'amiante, en grève de la faim pour se faire

entendre, confrontés à l'arrogance du préfet du Pas-de-Calais.

Invisibles les salariés de Stora Enso à Corbehem, victimes d'un plan

social et dont le projet de reprise et de conversion vers une

production écologique rencontre le mépris du propriétaire des machines,

vouées à une délocalisation dans un pays moins regardant pour

l'environnement. Invisibles aussi les paysans bretons mobilisés contre

une répartition inique des droits à paiement uniques. Invisibles les

travailleurs pauvres, les jeunes qui renoncent à des études

supérieures, les femmes seules avec des gamins, les petits paysans

endettés...

Je les ai tous rencontrés au fil de mes déplacements dans les régions,

ils nous disent beaucoup sur l'état de notre société, son cortège de

souffrances mais aussi ses espoirs, sa capacité à lutter.

Mais il y a une seconde chose que nous avons apprise en 25 ans d'

écologie, c'est que la mission des Verts, ce n'est pas seulement de

dénoncer ce qui ne va pas !

Le « boulot des écolos » consiste aussi à identifier la cause de ces

problèmes, pas pour trouver des boucs émissaires, mais pour que le

débat démocratique soit clair et que chacun prenne ses responsabilités.

Il y a toujours de bonnes raisons de répéter mille fois les mêmes

erreurs, de faire comme d'habitude ou comme avant, de faire en pire ce

que font les autres et le plus souvent de ne rien faire du tout....

A chaque fois, pourtant ce que nous avons trouvé sur notre chemin, c'

est la trouille ou la complaisance face aux lobbies, aux groupes de

pression, aux rentes de situation. Des lobbies qui invoquent toujours

les mêmes prétextes, qui utilisent toujours les mêmes méthodes, pour

gagner du temps, et conserver leurs privilèges. Un jour, c'est le

chantage à l'emploi. Un autre jour, c'est la nécessité de s'adapter à

la concurrence internationale. Un autre encore, l'état des finances

publiques ou les réticences de l'opinion, toujours jugée « pas prête »,

« pas mûre ».

Ces lobbies, on les connaît : EDF, et le CEA, AREVA, et l'ANDRA... Et les

constructeurs automobiles, et les compagnies d'autoroutes, et les

majors du BTP. Et les compagnies pétrolières dont la principale, Total,

a accumulé des profits extravagants et continue à mégoter les

indemnisations des victimes de l'Erika, ou à porter à bout de bras les

régimes corrompus d'Afrique de l'Ouest. Et l'industrie pharmaceutique,

et les majors du traitement de l'eau et des déchets. Et les chimistes,

les gros céréaliers, les marchands d'armes, les opérateurs de Télécom,

les partisans de l'extrême chasse, qui vous dévastent une permanence

parlementaire en moins de temps qu'il ne m'en faut pour le raconter !

Tous ont des relais chez les parlementaires, et dans les

administrations. Tous pèsent sur les décisions, loin, très loin de

l'intérêt général. Je le dis tranquillement :

La république écologique a besoin de tout le monde, mais elle n'est pas

soluble dans les intérêts particuliers et les calculs égoïstes à courte

vue ! Elle ne peut se faire sans remise en cause forte des pratiques de

ces groupes, et sans réorientation forte des politiques qu'ils

inspirent et parfois imposent à l'Etat.

Nicholas Stern, qui présente sur les écologistes l'énorme avantage

d'être banquier, britannique de surcroit, a chiffré, avec il est vrai

une marge d'erreur, le prix économique de la crise climatique si nous

ne faisons rien pour l'affronter, et en limiter l'ampleur : des

centaines, des milliers de milliards de dollars.

Nous ne parviendrons à réduire par quatre nos émissions de gaz à effets

de serre d'ici 2030, que si chacun s'implique là où il est.

Le grand mérite de l'action des associations d'éducation à l'

environnement, a d'abord été de montrer à chacun, faible ou puissant,

qu'il avait la possibilité de faire les gestes qui l'engagent.

Le grand mérite du pacte écologique a été de faire appel à l'opinion

pour que l'environnement revienne au coeur du débat présidentiel.

Nous avons collectivement la responsabilité d'inscrire cette prise de

conscience dans la durée, et d'en tirer toutes les conséquences sur

tous les aspects de notre vie publique.

Ainsi, les politiques industrielles à venir doivent donner la priorité

aux entreprises qui préparent l'avenir, à celles qui redonneront de l'

avance à la France en matière de transports ferroviaires, de chantiers

navals écologiques, de bâtiments énergétiquement durables, d'éco-

conception des produits, d'énergies renouvelables.

Alors que la tendance des prix du pétrole et des énergies fossiles est

sur le long terme à la hausse inévitable, la relocalisation écologique

des activités devient un impératif majeur. Ce qui suppose qu'on

accompagne les entreprises qui rapprochent leur production de leurs

clients, qui réduisent leurs circuits d'approvisionnement et de

transports, celles qui valorisent leurs matériaux de construction ou

leurs déchets sans leur faire parcourir des centaines de kilomètres sur

des camions.

Nous devons absolument privilégier les consommations écologiquement

responsables et à l'inverse décourager les autres : ça fait dix ans que

nous plaidons pour le bridage des moteurs la taxation du kérosène

aérien, l'interdiction des 4x4 en ville, un péage pour les camions sur

toutes les routes. Les Allemands et les Suisses l'ont fait, et nous ?

Enfin, il faut prendre un cap tout à fait nouveau en matière de

politique agricole. L'objectif ? Produire des aliments sains et bons,

sans détruire les sols, sans polluer l'eau, sans éliminer les petites

fermes. Ca suppose une réforme de la Pac, et des aides ciblées vers la

qualité à prix accessible. 15 % d'agriculture bio en 2013, c'est

jouable.

Et si j'en juge par l'évolution des votes aux chambres d'agriculture,

les paysans sont de plus en plus nombreux à comprendre désormais qu'il

en va de leur survie.

Finalement, et dans tous les domaines, nous avons à dire qui fait quoi.

La motivation privée doit avoir toute sa place mais rien que sa place.

L'Etat ne peut pas tout, mais il peut beaucoup.

Pour stopper les ententes qui font exploser la dépense, il faut adopter

une loi anti-monopole et anti-concentration dans l'ensemble des

services liés à l'environnement. Et favoriser le retour à une gestion

publique locale de l'eau. Et cesser de jouer au meccano avec EDF et

GDF, alors que monte la demande d'un renforcement des outils publics,

dans le cadre d'une stratégie européenne de l'énergie.

Et puisqu'on parle de la place et du rôle du service public, comment

pourrait-on ne pas souscrire aux demandes des chercheurs de porter la

recherche à 3%du PIB, à condition bien sûr de redéfinir les priorités

de cette recherche et de l'ouvrir mieux aux citoyens et aux lanceurs

d'alerte ?

Alors, ne nous payons pas de mots : redonner à l'état sa place dans l'

action suppose qu'on lui en donne les moyens. Avec par exemple une

politique fiscale cohérente qui pénalise moins le travail et dissuade

le gaspillage énergétiques et les pollutions.

Il n'ya rien d'extravagant à instaurer une TVA majorée de 33,3 % sur

les produits à forte nocivité environnementale, à réformer la taxe

professionnelle pour l'asseoir sur l'empreinte écologique des

entreprises, à envisager une assise plus forte de la taxe foncière

bâtie sur la consommation des bâtiments.

Et il n'ya rien de scandaleux non plus à conditionner des exonérations

de charges sociales aux efforts environnementaux que font ou ne font

pas les entreprises.

Et puisque l'Etat lui même doit prendre sa part, je demande qu'on

réduise le budget militaire de la France en renonçant à la force de

frappe française et en développant la perspective d'une défense

européenne commune. Le débat est en la matière d'une terrifiante

pauvreté : il y a ceux qui invoquent les efforts de désarmement déjà

réalisés (avec la fermeture du plateau d'Albion) et la nécessité de

moderniser une force nucléaire, pour laquelle on a déjà tant dépensé

que ça semble justifié de continuer. Et ceux qui considèrent que le

nucléaire, outre qu'il est coûteux et moralement inacceptable, ne nous

protège d'aucun des risques auxquels nous sommes exposés. Terrorisme,

accès aux ressources, montée des nationalismes. C'est trop d'argent,

décidément, pour simplement faire semblant.

« Choisir la révolution écologique », c'est donc engager l'action, non

pas à la marge du système, mais en son coeur, là où se prennent les

décisions de l'avenir. Et donc s'attaquer aux incohérences de l'état

lui-même, à la domination des castes et des technocraties, à la culture

monarchique de nos institutions.

La plupart des candidats ont signé en faveur de l'idée d'un vice

ministre au développement durable et j'approuve cette idée. A condition

qu'il, ou elle, dispose d'un droit de regard et d'arbitrage sur les

politiques conduites par les autres ministères ! Et qu'il ait la haute

main sur la politique de l'énergie, lui permettant d'intervenir

concrètement dans l'habitat, l'urbanisme, les transports, l'industrie...

Et qu'il y ait aussi un bon gros ministère de l'Environnement, où on

pourrait s'occuper aussi sérieusement de nature, de paysages, de

milieux humides, de protection du littoral, de faune sauvage. Avec

enfin, des services départementaux.

La réorganisation de l'Etat ne suffit pas. Il perdrait de sa force, si

on ne réformait pas profondément la façon de prendre des décisions à

tous les niveaux.

Voilà pourquoi une nouvelle démocratie écologique doit prendre la forme

de la 6ème république parlementaire, celle la même que soutenait Arnaud

Montebourg avant d'être mis au piquet.

Je propose de renforcer les pouvoirs du parlement, la suppression du

Sénat et son remplacement par une Assemblée des régions, la fusion

progressive des régions et des départements, l'élection au suffrage

universel des structures de coopération entre les communes, et la

réforme des procédures d'enquête publique, pour qu'on ne puisse plus

consulter le citoyen après avoir décidé, comme ça a été fait cette

année avec l'EPR.

La troisième chose que nous avons apprise, c'est qu'il n'y a pas de

changement écologique possible dans une société marquée par les

inégalités et la violence des relations au quotidien.

Vous l'avez entendu comme moi. Nous les Verts, nous nous occuperions

plus de questions sociales et des questions de vivre ensemble que des

questions écologiques !

C'est que pour nous, la crise écologique, la crise sociale et la crise

de « mal être » de notre société, sont les trois faces du même

problème.

Les mêmes causes qui justifient l'exploitation à vil prix, au profit de

quelques uns, des ressources communes à toute l'humanité, les mêmes

causes qui permettent la dégradation irrémédiable des écosystèmes,

produisent de la pauvreté, de l'exclusion, de la ségrégation.

C'est vrai à l'échelle de la planète, pour les paysans qu'ont ruiné les

politiques imposées par la banque mondiale qui vient, il y a quelques

jours, de faire amende honorable.

Mais c'est vrai aussi à notre échelle.

Tous ceux qu'épuisent physiquement les maladies professionnelles, les

lombalgies, tous ceux qui peuplent les cités reléguées au bord des

autoroutes ou des aéroports, tous ceux qui ne voient pas grandir leurs

gosses, les mal logés, les personnes âgées accablées de solitude, ceux

là, ils n'ont pas besoin de travailler plus, ils ont besoin de

travailler tous et de travailler mieux, ils ont besoin d'autre chose

que de bas salaires indécents , ils ont besoin d'un autre cadre de vie.

Comment les 6 millions de pauvres et les trois millions de mal logés,

pourraient-ils se mobiliser pour l'avenir de la planète alors qu'ils

sont dans l'urgence, dans l'insécurité sociale, éducative,

professionnelle ?

L'écologie n'est pas réservée aux classes moyennes supérieures, elle

est la forme contemporaine de l'humanisme et la traduction actuelle de

l'aspiration ancienne à la justice et à la liberté.

La solution à la question sociale ne peut avoir aujourd'hui qu'une

réponse écologique et la question écologique une réponse sociale.

Le pacte écologique, il faut le signer aussi avec le secteur du

bâtiment pour créer un million de logements sociaux de haute qualité

environnementale en 5 ans. Pour la rénovation et l'isolation des

bâtiments anciens. C'est au moins 300000 emplois durables et non

délocalisables qu'on peut ainsi créer.

Le pacte écologique, il faut le signer avec les constructeurs de wagons

et de tramways, avec les cheminots, en abandonnant tout projet de

constructions d'autoroutes nouvelles et en réaffectant les dépenses

énormes qui ont été prévues, à un programme national de ferroutage, de

transports collectifs en milieu urbain et en milieu rural.

Le pacte écologique, il faut le signer avec les entrepreneurs de l'

économie sociale et solidaire, pour créer des milliers de chantiers

locaux de reconquête de notre environnement, et de services à la

personne,

Depuis plusieurs semaines, j'entends parler dans cette campagne d'

ordre, juste ou pas juste.

Alors moi je veux être au nom des Verts la candidate de la générosité,

de la tolérance et de l'initiative.

Je suis fatiguée qu'on oppose les citoyens les uns aux autres au lieu

de s'appuyer sur ce qu'il y a comme capacité et volonté d'action au

service du bien public.

Il ya des gens qui osent prétendre qu'il faut, pour régler le problème

des retraites, s'attaquer aux quelques milliers d'agents qui partent à

55 ans.

Il ya des gens pour dire que la solution au problème des comptes de l'

Unedic réside dans la chasse aux faux chômeurs !

Mais c'est un mythe pour diviser : La solution de l'un et l'autre de

ces problèmes réside dans la recherche d'une société de pleine activité

!

Depuis 5 ans, on entend sans cesse la même rengaine sur les 35 heures !

Dynamiter les 35 heures, au motif qu'elles ont été mises en place d'une

façon imparfaite ? Ou corriger les défauts, apprendre des maladresses

du passé pour mieux répondre à la diversité des situations ?

Il faut reprendre ce chantier, aider les PME à les mettre réellement en

place !

Il devrait être obligatoire de passer aux 32 heures dans les

entreprises concernées par des plans sociaux, il faut expérimenter la

semaine de quatre jours, sans baisse de salaires pour les salariés

modestes qui occupent les postes les plus pénibles.

Ce n'est pas aux jeunes ou aux enseignants qu'il faut s'en prendre,

mais à l'échec scolaire, et à la pauvreté dans les quartiers !

Les enseignants ne sont pas responsables de l'échec scolaire, qui a

comme causes l'inégalité, sociale, tout comme la pression qu'exerce l'

institution sur des milliers d'élèves et la faiblesse de notre

dispositif d'aide à l'orientation.

Nous avons le devoir d'entendre ce que disent les militants de l'action

éducative, et par exemple de revoir les programmes, d'affecter les

moyens budgétaires et les effectifs des collèges et des lycées en

fonction de l'origine sociale des élèves, de limiter la taille des

établissements, de revoir toute la démocratie scolaire en faisant élire

les chefs d'établissement du secondaire, comme on élit aujourd'hui les

présidents d'université.

Pour soulager les familles, en même temps que la création d'une

allocation d'autonomie pour les jeunes de 18 à 25 ans, j'approuve la

mise en place du revenu de solidarité active qui permettra que toute

reprise d'activité apporte un gain et non une perte de revenus pour les

plus pauvres. J'invite enfin à relancer dans les quartiers, une

véritable politique de l'Economie Sociale et solidaire, en particulier

par un soutien massif au commerce de proximité, aux régies de

quartiers, au tissu d'entreprises artisanales.

Enfin, la dignité de la gauche, ce qui symboliserait plus que toute

autre mesure sa capacité de générosité, serait d'arrêter de s'en

prendre aux immigrés alors que les premiers réfugiés de la misère et

les premiers réfugiés climatiques se jettent à l'assaut des barbelés

dressés a nos frontières.

Il nous revient ainsi de relever l'image de notre pays, en reprenant la

tête d'une véritable politique de coopération européenne, en renonçant

à vendre des équipements écologiquement nuisibles et socialement

scandaleux, à commencer par des armes, en retirant notre soutien aux

dictatures que nous avons nourries à Brazzaville, à Libreville ou à

Abidjan.

Quant aux immigrés qui sont chez nous, il faut les accueillir

dignement, procéder aux régularisations de sans papiers, en commençant,

pour cela, à sortir la compétence immigration du ministère de la police

et à la transférer a un véritable ministère de la coopération et de la

solidarité internationale.

Il n'ya pas d'autre voie possible :

La France n'apportera sa contribution au sauvetage de la planète que si

elle retrouve chez elle la voie du dialogue démocratique et du dialogue

social, si elle pacifie les relations de la vie de tous les jours, si

elle est capable de s'ouvrir.

En bref, que si elle porte haut et fort ses propres valeurs

fondamentales.

Le combat pour l'émancipation a toujours rencontré sur son chemin le

modèle autoritaire de la punition.

Nous, les écologistes, nous sommes aussi les héritiers de celles et

ceux qui ont toujours lutté contre toutes les formes de violence !

Violence contre les femmes dans les familles, violence contre les

enfants, violences contre les prisonniers, violences contre les

minorités quelles qu'elles soient.

Ce combat recommence aujourd'hui parfois sous les mêmes formes, parfois

sous des formes différentes.

Il est temps de sortir de la logique ultra répressive qui fonctionne

partout, par exemple dans les prisons, en appliquant le numerus

clausus, en dépénalisant certains délits, en aménageant les peines, en

augmentant la gamme des sanctions non carcérales.

Nombre de nos policiers en ont assez de s'attaquer plus aux

manifestations de la misère que de contenir les grands trafics et la

grande délinquance .

Il devient urgent d'en réorganiser le commandement à tous les niveaux,

de cesser l'utilisation des brigades anti-criminalité contre les jeunes

et contre les immigrés, de développer une véritable police nationale de

proximité !Une société écologique et solidaire, une société du vivre

mieux ensemble, qu'on ne me dise pas qu'on n'a pas les moyens de la

bâtir !

Car Les Verts ont chiffré la dépense et ils ont chiffré les recettes

possibles.

Le total des recettes possibles en 5 ans, par un simple retour au taux

de l'an 2000 de l'impôt sur le revenu, c'est 50 milliards d'euros. La

pénalisation des mauvais comportements sociaux et environnementaux des

entreprises, c'est 57 milliards d'euros. Un point d'augmentation de CSG

sur les seuls revenus les plus élevés, c'est 45 milliards s d'euros.

Avec ça, il y a de quoi en prendre des décisions, il y a de quoi faire

de l'écologie, et faire reculer la pauvreté, il y a de quoi réformer la

France !

Sans doute certains émules de Nicolas Sarkozy seront-ils tentés de

quitter la France. D'autres seront fiers de vivre dans un pays plus

créatif, plus juste et moins violent.

Quon ne me dise pas non plus que nous n'avons pas les talents pour

avancer !

Combien de projets et de bonnes idées dorment dans les placards,

combien d'entraves à l'activité à cause de procédures lourdes, de

hiérarchies pesantes, de crédits gelés, d'absence de locaux ?

Arrêtons de semer partout la méfiance, la peur, la crainte, Changeons

de regard sur l'avenir !

Chers amis,

J'ai choisi de lancer ma campagne ici à Nantes, vieille terre de

solidarité ouvrière et de tradition écologique.

Parce que vous savez ce que signifie la mobilisation contre des projets

coûteux, absurdes, hérités du passé.

Parce que vous savez ce que veulent dire les obstacles qu'on rencontre

pour piloter une autre politique de déplacements urbains

Parce que vous savez ce que veut dire l'économie sociale et solidaire.

L'écologie, ce n'est pas des grands principes qu'on agite depuis Paris

et qu'on vient expliquer aux provinciaux.

Vous, de l'écologie concrète et généreuse, vous savez en faire.

Je vous ai présenté aujourd'hui la démarche qui fonde le Contrat

écologique que je proposerai à nos concitoyens, tout au long de cette

campagne présidentielle, au nom des Verts. Elaborées à partir du

programme que les Verts ont construit en liaison étroite avec de très

nombreux acteurs associatifs et syndicaux Les 15 orientations et les 50

mesures qu'il contient seront diffusées dans tout le pays par les

militants sans lesquels rien n'est possible en politique.

Ces propositions n'ont pas été élaborées dans des bureaux, à l'écart de

la réalité.

Elles ne sont pas nées dans le cerveau génial de quelques experts.

D'ailleurs en écologie comme en démocratie, il n'y a pas d'homme ou de

femme providentielle, il n'y a pas de sauveur suprême, il n'y a ni

raccourci, ni aventure individuelle.

Je vous demande de m'aider à porter devant l'opinion, au plus près des

citoyens, les propositions d'un contrat écologique pour la France.

Je vous demande de compenser l'énorme différence de moyens qui nous

séparent des autres candidats par un surcroît de mobilisation et de

débats avec tous ceux qu'intéressent les Verts !

Je vous demande de ne jamais vous laisser atteindre par des

commentaires et des jugements qui n'agitent que le petit monde des

commentateurs.

Je veux que nous soyons la surprise du 22 avril. C'est la condition

pour que notre pays change vraiment, parce qu'il faudra bien ça pour

que nous soyons tous, collectivement, capables d'inventer la vie qui va

avec le monde qui vient.

Je suis certaine de pouvoir compter sur la voix de tous ceux qui ont la

passion de l'écologie solidement fichée au coeur.

Pour gagner en 2007, pour réussir la révolution écologique, donnez vous

les moyens de peser sur le changement.

Avec vous, battons nous pour faire gagner l'écologie !

Source http://blog.voynet2007.fr, le 12 février 2007

Rechercher