Déclaration de M. Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la culture et de la communication, sur le soutien de l'Etat à l'édition et aux libraires, Paris le 23 janvier 2007. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la culture et de la communication, sur le soutien de l'Etat à l'édition et aux libraires, Paris le 23 janvier 2007.

Personnalité, fonction : DONNEDIEU DE VABRES Renaud.

FRANCE. Ministre de la culture et de la communication

Circonstances : Assemblée générale des libraires "Ensemble" à Paris le 23 janvier 2007

ti : Monsieur le Président de l'Association Libraires ensemble,
Mesdames, Messieurs,
Chers amis,


Bienvenue au ministère de la Culture ! Je suis très heureux de vous recevoir ce soir rue de Valois pour votre assemblée générale. Permettez moi de penser que votre choix n'est sans doute pas le fruit du hasard... Depuis que j'ai pris mes fonctions, je n'ai pas cessé d'agir, en effet, pour que cette maison devienne un lieu de dialogue, d'échanges et de débats ouvert à l'ensemble des professionnels, et que chacun s'y sente non seulement écouté, mais surtout accueilli et compris.

Le nom même de votre association est particulièrement accordé à cet esprit de dialogue, d'échange, de concertation, d'entraide, d'ouverture que votre association a à coeur de développer entre ses membres, pour le plus grand bien de nous autres lecteurs, et qui me paraît plus que jamais nécessaire, pour faire face aux grands défis qui attendent le monde du livre, de l'édition et de la diffusion dans les prochaines années ; c'est aussi ensemble que nous pourrons trouver les solutions et les idées, les pistes, les solutions qui nous permettront de trouver l'équilibre et l'avenir de ce secteur ô combien essentiel à notre vie culturelle.

Quels que soient ces défis et ces difficultés dont je suis bien conscient, je tiens d'abord à vous dire que vous exercez sans doute l'un des plus beau métiers du monde, un métier de passeur de mots, d'émotions, de culture, grâce à ces produits qui ne sont pas des produits comme les autres, car ce sont avant tout des oeuvres de l'esprit, que vous savez, au coeur de nos villes, faire découvrir, aimer, partager, en transmettant votre passion, en nous donnant des conseils, en nous donnant envie de lire des livres que vous avez vous-même choisis, aimés, pour leurs qualités, pour leur importance.

Les librairies, vos librairies, sont des lieux où l'on n'entre jamais sans désir, sans plaisir, sans émotion. On n'entre jamais dans une librairie tout à fait par hasard ; mais toujours par envie, par curiosité de découvrir, de répondre à l'invitation permanente au voyage, à la réflexion, à la vie que nous offrent les libraires. Je tenais à vous le dire et à vous en remercier.

Je tiens à vous dire aussi combien nous partageons les mêmes valeurs. Les valeurs qui sont au coeur de votre métier comme elles sont au coeur de mon action : l'indépendance, la diversité, le rayonnement culturel dans la cité.

Ces valeurs sont plus jamais actuelles. Et n'en déplaise à certains, les librairies sont tous sauf les vestiges d'un âge d'or de l'esprit.

Ce sont, dans nos villes, des lieux indispensables de proximité, de convivialité, de diversité, où nous savons que nous pouvons, grâce à votre travail, grâce à vos efforts, grâce à votre talent, trouver une offre à la fois large et de qualité, sélectionnée et présentée par des professionnels. La création ne prend tout son sens que lorsqu'elle touche son public. Elle ne se développe que si elle peut avoir la possibilité d'être diffusée, d'être portée vers les lecteurs. C'est pour cela que l'avenir du livre dépend en grande partie de l'avenir de la librairie.

La grande distribution a fait irruption dans le secteur du livre. Le développement d'Internet a permis l'expansion très rapide de nouveaux canaux de commercialisation des ouvrages, en même temps que l'outil numérique diversifie les pratiques de lecture, ce qui se traduit aujourd'hui par une diminution du lectorat traditionnel. Il ne s'agit pas ici de dresser un constat catastrophiste sur l'avenir de votre secteur : je suis convaincu que, si nous sommes capables d'accompagner ces évolutions, si nous en devenons acteurs et non simples spectateurs, elles nous ouvriront la voie de progrès inespérés en termes d'accès à la culture, et en particulier à la culture du livre. Tel est le sens du grand colloque de prospective et de proposition, « Livre 2010 », que j'ai demandé au Directeur du Livre et de la Lecture d'organiser le mois prochain à la Fondation nationale des Science politiques. Mais je suis également conscient des risques que comportent les évolutions actuelles pour la qualité et la diversité de la production culturelle. Votre indépendance est la garantie de votre attachement à cette pluralité, à cette audace, à cette richesse, que nous venons chercher dans vos librairies. C'est pourquoi le ministère entend vous aider à faire valoir votre différence et à demeurer, pour un large public, des lieux de référence, au coeur de nos villes.

Les moyens du ministère de la Culture consacrés au livre et à la lecture augmentent de 6,8 % en 2007. C'est une augmentation de 24 millions d'euros par rapport à l'année 2006, et de 21 % depuis 2001. Ce budget en forte hausse bénéficie à tous les acteurs de la chaîne du livre ; il permet en particulier de développer considérablement les capacités du Centre national du livre, dont les moyens d'intervention ont été renforcés de 4 millions d'euros en 2007.

Ces moyens nouveaux permettront aussi d'améliorer les dispositifs existants, en particulier ceux qui contribuent, par le biais de subventions, à la création et la modernisation des librairies indépendantes.

Afin d'amplifier ce soutien, j'ai engagé un travail interministériel pour lever un certain nombre de freins qui pèsent sur le développement et la transmission des librairies indépendantes. J'aurai d'ailleurs l'occasion dans quelques jours de faire un point sur cette action avec le syndicat de la librairie française au sein duquel plusieurs d'entre vous sont actifs.

Et cet avenir, nous ne pourrons le garantir que si nous faisons nôtre, pouvoirs publics et acteurs privés, le maître-mot de votre association : « Ensemble ». Farouchement indépendants, vous avez su néanmoins unir vos forces pour défendre et promouvoir l'exigence et l'ouverture qui vous caractérisent. Je salue cette capacité d'union et d'entraide, et je souhaite que nous puissions développer, entre nous, la concertation et le dialogue qui nous permettront de vous apporter un soutien efficace en même temps que respectueux de votre liberté. Je vous souhaite de passer un très bon moment dans cette maison, qui est aussi la vôtre.


Je vous remercie.


Source http://www.culture.gouv.fr, le 14 février 2007

Rechercher