Déclaration de Mme Catherine Colonna, ministre déléguée aux affaires européennes, sur la proposition de loi relative à la création de l'établissement public CulturesFrance, au Sénat le 13 février 2007. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Catherine Colonna, ministre déléguée aux affaires européennes, sur la proposition de loi relative à la création de l'établissement public CulturesFrance, au Sénat le 13 février 2007.

Personnalité, fonction : COLONNA Catherine.

FRANCE. Ministre déléguée aux affaires européennes

Circonstances : Examen de la proposition de loi relative à la création de l'établissement public CulturesFrance, au Sénat le 13 février 2007

ti :

Monsieur le Président,
Monsieur le Président de la Commission des Affaires culturelles,
Monsieur le Rapporteur,
Mesdames et Messieurs les Sénateurs,


Philippe Douste-Blazy souhaitait être ici ce soir devant votre haute assemblée pour appuyer la proposition de loi relative à la création de l'établissement public CulturesFrance. Empêché, il m'a demandé de le remplacer, ce que je fais bien volontiers sur cet important sujet.

En tout premier lieu, permettez-moi de remercier le Sénateur Louis Duvernois, qui a été à l'initiative de ce texte auquel nous sommes très attachés. Les débats qui ont eu lieu à l'automne au sein de la Commission des Finances et de la Commission des Affaires culturelles ont bien montré à quel point votre assemblée était, elle aussi, attachée à l'action culturelle de la France à l'étranger. Vous avez estimé que la transformation de CulturesFrance en établissement public était une étape importante de cette action.

En mai 2006, le ministre des Affaires étrangères a présenté un plan de relance de notre action internationale dans le domaine de la culture, de l'éducation, de la santé et du développement. La création de l'Agence CulturesFrance en était l'un des éléments majeurs.

Les attentes de nos partenaires dans le domaine culturel restent fortes. La France conserve toute sa réputation et tout son potentiel, tant comme diffuseur culturel que comme terre d'accueil des créateurs de tous pays.

Le rayonnement auquel nous aspirons est encore handicapé par la fragmentation de nos moyens d'action, confiés à des opérateurs multiples. Cela entraîne des inconvénients facilement prévisibles : manque de visibilité et de lisibilité de notre action, dispersion et mauvaise utilisation des moyens.

La fusion des associations constitutives de CulturesFrance, effective depuis juin 2006, est une des initiatives que nous avons prises pour remédier à cette situation. Sa visibilité est d'ores et déjà considérable.

Nous avons aussi demandé à ses gestionnaires d'améliorer l'efficacité de cet opérateur. Le contrat d'objectifs et de moyens que Renaud Donnedieu de Vabres et Philippe Douste-Blazy vont signer prochainement avec le président Jacques Blot est un des instruments de pilotage que nous avons souhaité créer dans le cadre de la LOLF. En prévoyant la transformation de CulturesFrance en EPIC, la proposition de loi qui vous est soumise participe de ce souci d'efficacité.

Le gouvernement partage pleinement les deux principaux objectifs de CulturesFrance.

Le premier est de mettre fin à un statut associatif devenu inadapté, comme l'a souligné à plusieurs reprises la Cour des Comptes. Conformément aux recommandations que Jacques Blot avait déjà formulées en décembre 2005 dans son rapport, la proposition de loi crée un établissement public à caractère industriel et commercial. Cette qualification permet de conserver le statut de droit privé qui est celui des personnels de CulturesFrance et de préserver la souplesse indispensable à la gestion d'un tel établissement. Elle donne aussi aux ministères de tutelle les moyens d'exercer convenablement leur rôle.

Le deuxième objectif est d'inscrire dans la loi les principales missions de CulturesFrance :

- il est évident, en premier lieu, que la mission première de CulturesFrance demeure la diffusion de la culture française à l'étranger. CulturesFrance sera d'autant plus efficace que ses domaines d'intervention couvrent désormais le livre et l'écrit. Par ailleurs, elle est appelée à élargir son domaine d'action au cinéma dit "patrimonial", qui englobe une grande partie du film documentaire ;

- il est également demandé à CulturesFrance de mettre en oeuvre certaines actions sur le territoire français. Il s'agit de l'accueil d'artistes étrangers dans le cadre de programmes de résidence, de la coopération entre écoles d'art ; mais aussi de la mise en oeuvre de saisons culturelles étrangères en France. La plupart des saisons étrangères en France sont en effet doublées par des saisons françaises organisées à l'étranger, et dont les retombées sont significatives. Nous estimons donc tout à fait justifié qu'une part raisonnable des moyens de CulturesFrance leur soit consacrée.

Mesdames et Messieurs les Sénateurs, j'ai brièvement évoqué les aspects qui me semblent justifier pleinement l'adoption de la proposition de loi présentée par votre collègue, Monsieur le Sénateur Duvernois.


Je vous remercie.

Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 15 février 2007

Rechercher