Déclaration de M. Léon Bertrand, ministre délégué au tourisme, sur la progression de la fréquentation touristique dans les stations de montagne, notamment grâce au développement des stations classées ou du label Famille Plus, Courchevel le 1er février 2007. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Léon Bertrand, ministre délégué au tourisme, sur la progression de la fréquentation touristique dans les stations de montagne, notamment grâce au développement des stations classées ou du label Famille Plus, Courchevel le 1er février 2007.

Personnalité, fonction : BERTRAND Léon.

FRANCE. Ministre délégué au tourisme

Circonstances : Clôture de la première journée des 2e rencontres nationales des élus des communes touristiques, à Courchevel le 1er février 2007

ti : Messieurs les Présidents, Cher Didier, Cher Gilbert,
Monsieur le Président de l'ANEM, Cher Martial SADDIER,
Mesdames et Messieurs les élus,
Chers Amis,


Je suis naturellement très heureux de vous retrouver pour ces « 2èmes Rencontres nationales des élus des communes touristiques » à COURCHEVEL, et je tiens à remercier son Maire, Gilbert BLANC-TAILLEUR, qui préside avec toute la passion que nous lui connaissons l'Association des Elus des Stations de Montagne.

Le choix de COURCHEVEL, quelques mois après la première édition de ces Rencontres à ROYAN, était incontournable car, au-delà de la double-casquette de son Premier magistrat, la commune que gère Gilbert BLANC-TAILLEUR constitue un cas d'école.

60 ans après sa création, COURCHEVEL est devenue l'une des stations les plus prisées de Savoie. Elle se situe, il est vrai, au coeur des 3 vallées, qui constitue le plus vaste domaine skiable du monde, avec plus de 600 kilomètres de pistes balisées.

Mais surtout, COURCHEVEL s'est imposée une vraie stratégie de conquête des clientèles étrangères, en privilégiant une offre hôtelière de grand confort, unique en France puisqu'elle compte aujourd'hui 34 hôtels 3 et 4 étoiles.

Un séjour sur 2 est acheté par un étranger avec, contrairement à certaines idées reçues, une forte prédominance de la clientèle britannique qui représente plus de 70% des séjours, contre seulement 8% pour les Russes.

Cette stratégie de captation des clientèles haut de gamme ne peut bien sûr pas être généralisée car nous devons maintenir une large gamme d'hébergements pour que la pratique du ski ne s'adresse pas seulement à une élite.

Mais elle permet néanmoins de diffuser une stratégie d'excellence et que beaucoup ici ont déjà mis en oeuvre avec profit.

Et l'avenir leur donnera raison car les chiffres publiées par l'Organisation mondiale du Tourisme il y a tout juste 3 jours le montrent très clairement : le tourisme mondial poursuit son expansion avec un rythme de croissance très soutenu : +4,5% en 2006 et 842 millions d'arrivées internationale, un chiffre supérieur aux attentes.

La France, première destination mondiale, et qui devrait le rester jusqu'en 2020, doit largement profiter de cette manne touristique, à condition d'adapter constamment son offre pour répondre aux exigences croissantes des touristes en matière de sécurité et de rapport qualité-prix.

Le programme, riche et dense, de ces Rencontres sera donc l'occasion pour l'ensemble des élus et des professionnels présents de faire un tour d'horizon des évolutions réglementaires récentes mais aussi de mieux appréhender les mutations de la demande.

Je retiens, en particulier, les ateliers consacrés aujourd'hui à la procédure concernant les Unités Touristiques Nouvelles, aux Stations classées et au label Famille Plus.

Ces 3 thèmes constituent des sujets phares de mon action ministérielle et figurent, je tiens à le dire, parmi les réalisations dont je suis le plus fier.

Ils n'auraient pu voir le jour sans votre appui et la très grande qualité des rapports que j'ai entretenu avec Didier BOROTRA, Gilbert BLANC TAILLEUR et leurs équipes, en particulier Jean-Louis BRAS et Géraldine LEDUC, aujourd'hui vice-présidente de l'Association « Femmes du Tourisme » dont je suis l'heureux parrain.

La réforme des UTN, qui vous a été présentée ce matin, permet de simplifier les procédures en créant un nouvel échelon départemental pour les créations de faible importance.

Il s'agit ici d'améliorer notre capacité de réaction et de privilégier la proximité des décisions, ce qui est, je crois, conforme à notre intérêt à tous, Etat, professionnels et collectivités.

La réforme des stations classées constitue, comme je l'ai dit à l'instant, la clé de voûte de mon action et la disposition phare de la loi Tourisme du 14 avril 2006 puisqu'elle concerne un grand nombre de collectivités : 520 stations et plus de 3 000 communes.

Le classement a ramené à une seule catégorie les 6 anciennes : la distinction de « station classée de tourisme » sera désormais attribuée par décret simple pour 12 ans tandis que les communes touristiques bénéficient de cette dénomination par arrêté préfectoral pris pour 5 ans.

Enfin, seules les communes ayant structuré une offre touristique d'excellence pourront être érigées en stations classées de tourisme.

Un groupe de travail se réunit depuis le 6 mai 2006 autour de la Direction du Tourisme pour préparer le décret d'application de la réforme.

A terme, nous visons une « enveloppe globale » de 3 000 communes et de 300 ou 400 stations classées.

Dernier point que je souhaite souligner aujourd'hui : mon attachement au label « Famille Plus » qui a bénéficié, et j'en suis heureux, d'un très bel article dans le Monde daté du 27 janvier dernier.

Ce label, très exigeant en matière d'accueil et de service pour les familles, regroupe aujourd'hui 67 stations, dont 48 en montagne.

Rappelons que selon une enquête effectuée en Isère pendant l'hiver 2005/2006, près de 80% des clients des stations viennent avec au moins un enfant.

Mon Ministère participe naturellement au financement de ce label et soutient très vigoureusement cette initiative, qui a permis d'unifier les dispositifs existant pour les stations du littoral, de la montagne, des campagnes et des villes.

Je souhaite donc, avec un peu d'avance sur le programme, adresser mes chaleureuses félicitations aux lauréats des trophées « Famille Plus ».

Mesdames et Messieurs, Chers Amis,

Avant de vous quitter pour rejoindre Paris, je souhaite vous redire, à toutes et à tous, le grand plaisir qui a été le mien d'oeuvrer à vos côtés pendant toutes ces années pour une plus grande reconnaissance du tourisme français.

C'est un combat qui se poursuit, au plan national mais aussi européen. L'après-midi du 2 février sera ainsi très largement consacré au thème du tourisme en Europe.

Au niveau communautaire, l'industrie européenne du tourisme contribue pour plus de 4% du PIB et représente environ 2 millions d'entreprises occupant quelque 4% de la population active totale (soit environ 8 millions d'emplois).

Si l'on prend en considération les liens avec d'autres secteurs d'activité, la part du tourisme dans le PIB est estimée à environ 11% et ce secteur fournit du travail à plus de 12% de la population active (24 millions d'emplois).

On sait par ailleurs que le tourisme connaît une croissance remarquable : le taux de création d'emploi dans ce domaine est supérieur à la moyenne de l'économie européenne dans son ensemble, notamment dans le secteur des hôtels-cafés-restaurants.

C'est dire que le tourisme joue un rôle essentiel dans la réalisation des objectifs de la Stratégie de Lisbonne, à laquelle le Conseil européen de 2005 a donné un nouvel élan en concentrant l'action de l'Union européenne sur deux missions principales : réaliser une croissance plus forte et durable et créer des emplois plus nombreux et meilleurs.

C'est pourquoi, chacun à notre niveau, il faut agir pour que la prise de conscience du rôle économique essentiel du tourisme se fasse au niveau européen.

Il faut savoir sensibiliser nos collègues qui prennent des décisions qui nous concernent, faire valoir les intérêts du tourisme.

De même que j'encourage la création d'une grande Confédération des industries du tourisme au plan national, je pense que l'industrie européenne du tourisme devrait mieux se faire entendre.

Je sais pouvoir compter sur vous tous ici pour relayer ce message.


Les échéances qui approchent sont propices et je souhaite de tout coeur que celui ou celle qui me succédera sache percevoir toutes les richesses de ce secteur pour lequel je me suis tant battu à vos côtés.


Je vous remercie.


Rechercher