Déclaration de M. Léon Bertrand, ministre délégué au tourisme, sur le rôle économique des congrès et salons, et sur la volonté gouvernementale de contribuer à ce développement en associant la marque Qualité tourisme au référentiel Qualicongrès, à Evian le 8 février 2007. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Léon Bertrand, ministre délégué au tourisme, sur le rôle économique des congrès et salons, et sur la volonté gouvernementale de contribuer à ce développement en associant la marque Qualité tourisme au référentiel Qualicongrès, à Evian le 8 février 2007.

Personnalité, fonction : BERTRAND Léon.

FRANCE. Ministre délégué au tourisme

Circonstances : Clôture des journées d'études de France Congrès à Evian le 8 février 2007

ti : Monsieur le Président de France Congrès, Cher Philippe AUGIER
Monsieur le Député-maire, Cher Marc FRANCINA,
Mesdames et Messieurs,
Chers amis,

C'est avec beaucoup de plaisir que je viens clore les journées d'études de France Congrès.

Elle me donnent l'occasion de revenir à Evian, une ville que j'apprécie tout particulièrement, notamment pour inaugurer ce Palais Lumière rénové où nous sommes.

Ces journées me permettent aussi de répondre favorablement à une invitation que je reçois chaque année depuis 2002, année où je suis entré au gouvernement.

Je n'avais jamais eu, jusqu'à présent, la possibilité d'y répondre favorablement.

Enfin, en me trouvant devant vous, j'ai l'occasion de faire le point des relations étroites entre France Congrès et mon ministère et de tracer la voie qu'elles pourraient suivre à l'avenir.

De longue date, France Congrès travaille avec la direction du Tourisme, ODIT France et Maison de la France pour publier les multiples études nécessaires à votre secteur.

Information conjoncturelle, analyse des retombées économiques pour chaque ville et son centre de congrès, dépenses des congressistes, tarifs des prestations des centres de congrès...tous ces sujets font l'objet, entre mes services et France Congrès, d'un travail très fructueux pour chacun d'entre nous.

Mais nous pouvons et nous devons aller plus loin.

Plus tôt, dans l'après-midi, Christian MANTEI, le directeur général d'ODIT France, vous a parlé des partenariats public-privé. C'est là un très bon exemple de sujet important mais difficile sur lequel ODIT France peut vous apporter toute son expertise.

Nous pouvons aussi travailler avec vous à la valorisation commerciale de la démarche qualité dans laquelle vous êtes engagés à travers votre référentiel Qualicongrès.

En effet, avec la marque Qualité tourisme, nous avons la possibilité de donner plus de visibilité à vos engagements.

Pour cela, j'ai demandé à la direction du Tourisme, responsable de la gestion et de la promotion de la marque, de se tenir à votre disposition pour étudier ensemble et rapidement le moyen d'attribuer la marque Qualité tourisme aux signataires du référentiel Qualicongrès.

Je suis bien conscient que pour poursuivre le développement de votre activité, vous êtes, naturellement, très soucieux des prestations touristiques que vous pouvez proposer à vos clients en accompagnement de vos prestations principales.

En disant cela, j'ai à l'esprit la réforme de la loi de 1992 modifiée par l'ordonnance de 2005.

Je tiens, à cet égard, à vous dire que je reste totalement impliqué dans la démarche que nous avons initiée ensemble, au cours d'une réunion de travail très utile, organisée à l'automne dernier.

Je m'efforce d'aboutir à un résultat rapide malgré, vous vous en doutez, les difficultés de calendrier.

Au-delà de ces sujets sensibles, je souhaite nouer avec vous un véritable partenariat. C'est tout le sens de la démarche dans laquelle Christine LAGARDE, ministre déléguée au commerce extérieur, et moi-même sommes engagés depuis mai dernier avec la filière « foires, salons et congrès ».

Pourquoi cette démarche et qu'est-ce que nous en attendons ?

Nous avons parfaitement compris toute l'importance de l'activité des "foires, salons et congrès".

Qu'il s'agisse des retombées pour notre commerce extérieur et pour notre tourisme, qu'il s'agisse de l'activité propre des professionnels concernés, il est évident que nous avons tous intérêt à renforcer la compétitivité de la filière.

Sachez que pour y parvenir nous sommes tous mobilisés. D'abord les organisations professionnelles.

A cet égard, je tiens à féliciter France Congrès, la Fédération des foires salons et congrès et la Chambre de commerce et d'industrie de Paris d'être capables de travailler main dans la main pour monter un programme d'action qui se veut à la fois large et concret.

Les pouvoirs publics, tous secteurs confondus, sont également mobilisés à vos côtés. C'est un élément important si l'on a à l'esprit le très grand nombre d'interlocuteurs administratifs avec lesquels vous collaborez.

Où en sommes-nous aujourd'hui ?

Le 20 décembre dernier, Christine LAGARDE et moi-même, entourés de toutes les familles professionnelles concernées, avons installé le comité de pilotage de la filière.

Il ne s'agit pas là d'un comité de plus mais d'une instance légère chargée de piloter des ateliers dans lesquels les sujets concrets qui vous préoccupent seront traités, avec pragmatisme et détermination, aussi bien par les professionnels que par les administrations concernées.

Plusieurs de ces ateliers sont déjà au travail.

Pour illustrer la nouvelle dynamique dans laquelle nous nous situons, je voudrais vous donner des exemples d'actions lancées ou soutenues par le gouvernement.

Maison de la France, associée à l'Agence française pour les investissements internationaux et Promosalons, est en train d'engager une campagne de communication internationale au profit de la filière.

Le ministère du Commerce extérieur est prêt à initier, avec vos représentants, un programme d'action sectoriel conduisant à vous accorder des facilités et des soutiens pour vos démarches de prospection à l'étranger.

Le ministère des finances a soutenu deux amendements parlementaires, votés fin 2006 dans le cadre de la loi de finances rectificative.

Ils renforcent la compétitivité de votre secteur en aménageant la fiscalité. L'un clarifie le régime applicable en matière de taxe locale d'équipement. L'autre exonère de taxe professionnelle les investissements nouveaux dans votre secteur.

En outre, la direction du Tourisme et ODIT France sont en discussion avec le ministère de la Culture et le ministère de la Défense pour définir des sites patrimoniaux d'exception pouvant servir de cadre à des manifestations de prestige, en complément à vos propres installations.

Sachez aussi que chacun de mes collègues du gouvernement et moi-même nous sommes également déterminés à nous engager dans la promotion à l'étranger de vos sites auprès des organisateurs de congrès, à chaque fois que l'opportunité se fera ressentir.

J'ai d'ailleurs commencé à le faire pour un congrès médical à Lyon.

Comme vous le voyez, par-delà les mécanismes et les institutions, il s'agit d'un véritable état d'esprit nouveau auquel, collectivement, nous travaillons.

Je suis bien conscient que ce n'est pas en quelques réunions que tous les problèmes de la filière seront réglés. Mais il est clair, et les exemples étrangers le démontrent amplement, que l'attractivité d'un site est, pour une large part, une affaire de mise en cohérence de toute une filière au service d'une démarche commerciale et technique.

Mesdames et Messieurs, Chers Amis,

Ma présence à vos côtés, aujourd'hui, témoigne de la reconnaissance, par le gouvernement et par moi-même, de l'activité de congrès en France avec ce qu'elle représente pour le développement de nos territoires et de notre économie nationale.

Avec France Congrès, avec votre président Philippe AUGIER, vous avez la capacité de faire entendre vos revendications et vos propositions au service du rayonnement de la France. Je vous en félicite.


Je vous remercie.


Rechercher