Déclaration de M. François Loos, ministre délégué à l'industrie, sur la signature de la charte de coopération des pôles de compétitivité du secteur automobile, Mulhouse le 23 février 2007. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. François Loos, ministre délégué à l'industrie, sur la signature de la charte de coopération des pôles de compétitivité du secteur automobile, Mulhouse le 23 février 2007.

Personnalité, fonction : LOOS François.

FRANCE. Ministre délégué à l'industrie

Circonstances : Réunion sectorielle des pôles de compétivité transports terrestres à Mulhouse, le 23 février 2007

ti : Objectifs de cette réunion :

La première étape pour le succès des pôles de compétitivité était que chaque pôle se constitue, mette au point sa gouvernance et commence à sortir de nouveaux projets de R& D. Cette première étape est bien réussie, dans les secteurs des transports terrestres comme dans d'autres : les 11 pôles invités sont bien stabilisés et ont ensemble obtenu pour plus de 80Meuros d'aide du fonds unique interministériel depuis les 1ers appels à projets.

Pour aller de l'avant, une nouvelle étape est maintenant nécessaire, d'ouverture vers l'extérieur. Dans un secteur donné, chaque pôle développe une vision du futur, d'où découlent ses projets. Il faut donc dans un secteur donné que les pôles s'assurent d'une certaine cohérence entre leurs stratégies. En travaillant ensemble les pôles trouveront des synergies qui permettront de développer des projets plus importants.

L'ouverture vers l'extérieur c'est aussi l'ouverture vers l'international, pour conquérir de nouveaux marchés, attirer des investisseurs ou nouer des partenariats. Dans ce domaine la coordination est indispensable : il ne faut pas donner une image dispersée à l'international.

Avec Christian Estrosi nous avons choisi de commencer par votre domaine parce que des coopérations avaient déjà commencé notamment avec une réunion le 6 avril 2006 à Poitiers, et parce que l'actualité industrielle nous amené à être très attentif au secteur de l'automobile en particulier.

Je suis satisfait que cette première rencontre permette de premiers résultats concrets :

- Les 11 pôles du secteur ont répondu présent et ont donné leur accord pour engager un travail de recensement des actions de coopération possibles qui amènera à des résultats détaillés fin juillet. Les priorités ont été identifiées : coordination des actions à l'international, échange d'information sur les projets de R& D en particulier.

- Les 4 pôles du secteur automobile signent une charte de coopération qui comprend des actions concrètes, notamment la création d'une plateforme de travail collaboratif, une coordination des plans de communication, une stratégie commune de participation aux événements internationaux, et aussi une concertation pour la réponse aux appels d'offre européen.

- Des exemples concrets de coopération sont présentés au cours de la réunion, dans les domaines du confort (vibro acoustique), de l'électronique embarquée et de la réduction de la consommation d'énergie fossile.

Nous sommes clairement dans une logique de coopération dans une logique de volontariat dans le respect de la gouvernance des pôles : ce n'est pas à l'Etat d'imposer des modèles venus d'en haut.

Ce que j'attends de cette coopération c'est qu'en permettant aux pôles d'avoir une véritable vision du futur ils remontent davantage de projets de qualité qui puissent donc être retenus pour un financement. Nous ne sommes pas dans une logique de restriction budgétaire envers les pôles, les moyens sont là. Nous sommes en attente d'avoir davantage de bons projets.

Point sur le plan d'action automobile :

Cette réunion est aussi l'occasion de marquer un nouveau pas en avant dans la mise en ¿uvre du plan de soutien à la filière automobile décidé en novembre dernier.

La France est dans le peloton de tête parmi les pays producteurs d'automobiles : nous sommes au 2ème rang européen, avec deux grands constructeurs (PSA 6ème mondial, Renault + Nissan 4ème mondial), des équipementiers parmi les leaders mondiaux, et une attractivité forte (Toyota à Valenciennes). L'ensemble de la filière représente 1,4 millions de salariés (y compris services) et 15% de la R& D privée effectuée en France.

En même temps, c'est incontestable, le secteur connaît un trou d'air depuis fin 2005 : la production automobile a baissé de 13% en 2006 en France. Il y a deux raisons aux difficultés actuelles :
- L'une concerne tout le secteur en Europe, c'est la croissance quasi nulle du marché automobile en Europe de l'Ouest. Et la situation est encore plus difficile aux Etats-Unis où les constructeurs nationaux traversent des difficultés plus fortes que les nôtres.

- L'autre est plus spécifique aux deux groupes français qui sont dans ce qu'on appelle un creux de gamme. Ils ont perdu des parts de marché en France, même s'ils sont encore à plus de 50%.
En janvier dernier j'ai mené à bien la première étape du plan de soutien à la filière avec la signature sous mon égide d'un accord sur la réduction des délais de paiement dans la filière : cela représente plus d'un milliard d'euros supplémentaire de trésorerie pour les PME de la filière.

Aujourd'hui, cette réunion donne une impulsion nouvelle à l'autre axe essentiel de ce plan d'action : la R& D.

Le plan de novembre prévoit 250Meuros sur 2006 ¿ 2007 soit environ 125 sur 2007. Je peux aujourd'hui vous dire que cet engagement avance rapidement, avec deux éléments nouveaux que je vous livre aujourd'hui :

- l'AII a décidé le 7 février de soutenir le projet de Valeo LowCO2Motion pour un montant d'aide de 60Meuros environ.

- Nous avons achevé le dépouillement des demandes d'aides sur l'appel à projets en cours pour les pôles de compétitivité. Le montant total des demandes est de 42Meuros pour les pôles automobiles. Il s'agit bien de demandes, bien sûr, les dossiers seront décidés d'ici la fin mars en fonction de la qualité des projets.

Les critères de financement dans les appels à projets sont des critères exigeants quant à la qualité des dossiers : les secteurs dans lesquels les pôles auront su organiser une réflexion stratégique et une coordination efficace obtiendront mécaniquement plus de financement parce qu'ils seront à même de présenter de meilleurs dossiers, j'en suis convaincu. La signature de la charte de coopération des pôles du secteur automobile permettra j'en suis convaincu de faire émerger encore davantage de bons projets, que je souhaite davantage encore centrés sur nos thèmes prioritaires de recherche : l'économie d'anergie, la sécurité et la qualité.

Rechercher