Déclaration de M. Renaud Donnedieu de vabres, ministre de la culture et de la communication, sur le développement de l'art lyrique en Lorraine, Nancy le 16 mars 2007. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Renaud Donnedieu de vabres, ministre de la culture et de la communication, sur le développement de l'art lyrique en Lorraine, Nancy le 16 mars 2007.

Personnalité, fonction : DONNEDIEU DE VABRES Renaud.

FRANCE. Ministre de la culture et de la communication

Circonstances : Signature de la convention d'objectifs de l'opéra national de Lorraine à Nancy le 16 mars 2007

ti : Messieurs les Ministres,
Monsieur le Directeur,
Mesdames, Messieurs,


Voici précisément un mois, le 16 février dernier, j'avais l'honneur d'ouvrir, à l'Opéra national de Paris, les premières journées européennes de l'opéra, initiative à laquelle la Réunion des opéras de France, présidée par Laurent Hénart, a pris une part décisive.

En application d'un beau slogan, plein d'élan et de promesses : « Tous à l'Opéra ! », des milliers de visiteurs ont afflué, au cours des jours suivants, dans les maisons lyriques.

Le succès populaire considérable de cette opération, qui a conduit des publics de tous âges à découvrir les coulisses des opéras et quelques-uns des secrets des professionnels qui y travaillent, a illustré, de façon éclatante, un phénomène dont nous avions l'intuition depuis quelques années : l'art lyrique connaît dans notre pays un renouveau profond. Le public se rajeunit et se démocratise, l'opéra que l'on croyait peu touché par les évolutions globales du spectacle vivant, s'est ouvert au croisement des genres, accepte les nouveaux regards, se remet en cause. Artistes, directeurs de théâtres lyriques, responsables politiques, tous ont oeuvré pour que l'opéra nouveau redevienne cet art total, savant et populaire à la fois, dont témoignent les plus grands ouvrages de son histoire.

C'est dans ce cadre qu'il faut replacer la reconnaissance du travail conduit ici même, à l'Opéra national de Nancy et de Lorraine, l'une des maisons lyriques les plus inventives et les plus dynamiques du paysage musical national.

Préparée dès 2003 dans le cadre d'un plan global portant sur le développement lyrique, symphonique et chorégraphique en Lorraine, la convention « Opéra national de Nancy et de Lorraine », qui porte sur la période 2006-2010, permettra à cet établissement de franchir des étapes décisives et lui donnera les moyens du rayonnement qu'il mérite.

Comme toutes les conventions « Opéra national », elle met d'abord l'accent sur le projet artistique. Celui-ci, conçu et porté par Laurent Spielmann, témoigne d'une ouverture à tous les aspects du répertoire lyrique, de la période baroque à nos jours, avec une place significative donnée à la création. Je fais toute confiance au savoir-faire aigu de ce grand professionnel, et à son expérience, pour trouver un juste équilibre entre l'objectif d'une ouverture à un large public, et celui d'une programmation de curiosité et d'exigence.

La convention prévoit aussi la nécessité d'être présent sur l'ensemble du territoire de la Lorraine, en proposant des formes nouvelles, adaptées à une diffusion de l'opéra au plus près des publics. Elle invite enfin à imaginer le développement de dispositifs de formations et d'insertion professionnelle, qui constituent aussi la mission d'un opéra reconnu au niveau national.

Riche de son histoire, de ses forces artistiques permanentes, orchestre et choeur, et de l'ensemble des professionnels qui collaborent à son action, l'Opéra national de Nancy et de Lorraine a aujourd'hui les atouts pour contribuer au grand élan national du renouveau de l'art lyrique que j'évoquais à l'instant.

Pour cela, les partenaires qui soutiennent son action, ne ménagent pas leurs efforts.

Tous liés par la même conviction, et désormais présents ensemble au sein d'une régie personnalisée qui permet de rendre plus autonome et donc plus efficace la gestion de ce théâtre, les collectivités territoriales et l'Etat ont résolu d'apporter sur la durée les moyens financiers nouveaux adaptés à leurs ambitions communes.

Je dois souligner que l'évolution de la part de l'Etat est particulièrement représentative de cette mobilisation financière. Alors qu'il n'apportait que 10 % des subventions voici trois ans, il hissera sa participation à plus de 20 % à la fin de la première convention « Opéra national », et cela alors même que le budget global de la structure connaîtra une croissance importante sur la période.

C'est une chance considérable pour l'ensemble de la vie culturelle nationale et celle de la Lorraine. C'est aussi la reconnaissance d'un travail remarquable des équipes de ce théâtre, et de l'exceptionnelle énergie d'une ville et de ses édiles au profit de la culture et de sa diversité.

Alors, reprenant le mot des Journées européennes de l'Opéra, j'ai envie de dire aujourd'hui avec vous, « Tous à l'opéra »..... à l'Opéra national de Nancy et de Lorraine !


Source http://www.culture.gouv.fr, le 19 mars 2007

Rechercher